SPECTACLE - GÉRARD LOUIS AU MGI : Le dernier concert de l’architecte musical

Il avait convié le public et ses amis artistes les plus proches à célébrer, à ses côtés, ses trente ans de carrière au MGI, samedi dernier. Une salle bondée avait répondu présent à son invitation. Mais si dans tout anniversaire, ce sont les invités qui offrent un cadeau à leur hôte, Gérard Louis en avait décidé autrement. Pour l’occasion de ses trois décennies en musique, c’est lui qui a gratifié d’une belle surprise, tant à ses amis qu’au public en leur offrant un concert exceptionnel.
Pendant près de quatre heures, où le temps s’est écoulé sans que la salle ne s’en lasse, Gérard Louis a encore une fois démontré pourquoi il est un des incontournables de l’industrie musicale à Maurice. En nous entraînant dans son univers éclectique il a osé un pari auquel il était seul à croire. Dans cet univers où il mêle styles, couleurs, sensibilité et intensité, Gérard Louis a réussi sans mal à conquérir une assistance enthousiaste du début à la fin du show. Le cadre, plutôt intimiste, se prêtait aussi à ce genre de rendez-vous musical. Pourtant, malgré le défilé de voix, l’énergie dégagée sur la scène du MGI, une ambiance qui ne s’est pas estompée et toute l’euphorie qui accompagne un tel événement, Gérard Louis a fait le choix de ne plus renouveler cette expérience. Cette décision, il l’a annoncée une fois le rideau tombé. “Célébrer ses 30 ans, c’est bien…” a-t-il confié dans l’intimité. “Mais, c’est bon ! J’ai pris la décision de ne plus marquer ma carrière. Je ne reviendrai pas dessus. Même si je continuerai à être sur scène, ce sera pour accompagner d’autres artistes”. Il ne fait aucun doute qu’il tiendra parole. Il y a quelques années, il avait décidé de faire une parenthèse de deux ans et s’était effectivement retiré pour revenir plus tard avec d’autres projets en poche.
Lorsqu’il était encore la tête pensante et l’arrangeur de Cassiya, Gérard Louis avait confié à Scope qu’il était un architecte musical. Cette confidence avait tout son sens, samedi dernier. Il a conçu un show structuré et de qualité qui, grâce à la pléiade d’artistes et leurs styles variés, a mis le feu au MGI. Pour fêter ses trente ans de carrière, il a voulu se faire plaisir et proposer un concert qui traduit son parcours et faire de la place aux chanteurs qui ont partagé sa route. S’il a donné le ton à la fête, il a vite cédé la place à Dominique Barret, Gaëtan Abel, Désiré François, Steve Augustin, Edouard Doyal, Alain Ramanisum, Renel Trapu, Mario Justin, Sandra Mayotte, la Réunionnaise Chantal Ivara tout en s’intercalant avec ses titres les plus populaires. Désiré François, Alain Lafleur, Bruno François et Alain Ramanisum l’ont ensuite rejoint le temps de recomposer Cassiya, un groupe auquel son nom sera à jamais associé pour reprendre quelques-uns des plus grands succès de la formation. L’incursion dans l’univers de Gérard Louis s’est poursuivie avec du jazz, du funk et de la soul avec la complicité de Gérard Grivon, un brin de bollywood avec Meera Mohun et du déhanchement de Maïsta. Pour clore la fête, c’est l’inattendu We are the world (USA for Africa) qui a été interprété par tous les amis de Gérard Louis, en chœur avec le public pour mettre fin à quatre heures de bonheur, mais pas à une carrière qui continue.