Rosario Marianne (à gauche) aux côtés de son guide Samuel Bousoula

Celui qui se dit victime d’une injustice peut toujours espérer faire partie des nominés grâce à ses performances

Le cas du handisportif souffrant d’une déficience visuelle, Rosario Marianne, comme sportif de l’année 2019 de sa catégorie, sera pris sur le fond, ce mardi par un panel technique du Mauritius Sports Council, à Belle Rose. C’est ce que Week-End a appris de sources sûres. Il nous revient même qu’il n’est pas à écarter qu’il soit nominé étant donné qu’il reste toujours une place vacante dans cette catégorie.

Tout espoir n’est donc pas totalement perdu pour Rosario Marianne étant donné que son cas sera débattu par le panel technique du MSC ce mardi. Ce sont surtout ses résultats et ses performances qui font que ceux concernés ont décidé de se pencher sérieusement sur ce cas très particulier. En effet, Rosario Marianne a participé aux Championnats du monde de novembre dernier à Dubaï, non pas sur invitation, mais après s’être qualifié au lancer du poids.

Rosario Marianne avait alors réalisé les minima imposés par l’International Paralympics Committee soit 7m50. Il avait même fait mieux en lançant à 7m68. Une performance qui lui a, par là-même permis de réaliser les minima pour les Jeux Paralympiques d’août prochain, à Tokyo au Japon, en attendant maintenant de valider une participation.

Logiquement, Rosario Marianne aurait dû faire partie des nominés, mais pas pour certains au sein de la Visually Handicapped Persons Sports Federation (VHPSF). En dépit du fait d’avoir protesté auprès du président et du secrétaire, Reynolds Permal et Dominique Pancham respectivement, il n’a pas obtenu le soutien de sa fédération selon une source au MSC. Contrairement aux autres contestataires dont les noms ont été finalement envoyés par leurs fédérations respectives, à jeudi dernier, midi, date limite pour toute contestation.

À sa place, la VHPSF a préféré Jamieson Mohun. Il est bon de préciser que ce dernier avait été retenu pour représenter le pays au 100m non-voyant lors des Jeux des Iles de l’Océan Indien de l’année dernière. Il avait été toutefois disqualifié. Cette participation avait été d’ailleurs sujette à de vives critiques, notamment de par la façon dont la VHPSF avait procédé dans ce cas précis.

Alors que trois trials avaient été programmés pour déterminer qui représentera le pays aux JIOI — les trois courses avaient été toutes remportées par Rosario Marianne —, la VHPSF décida, à la surprise général, d’en organiser un quatrième, en Suisse, cette fois. Jamieson Mohun a alors battu Rosario Marianne en réalisant le meilleur chrono de l’année sur la distance, mais sans pour autant réussir à réaliser les minima, ni pour les Championnats du monde de novembre dernier à Dubaï et encore moins pour les Jeux Paralympiques.

Ainsi, ce sont autant de raisons qui ont poussé ceux faisant partie du panel technique du MSC à prendre ce cas sur le fond, ce mardi. D’autant qu’ils ne comprennent pas pourquoi la VHPSF n’a pas validé la nomination de Rosario Marianne, alors qu’elle pouvait le faire. Deux entrées seulement sur trois ont été envoyées, notamment Anndorra Asaun et Jamieson Perrine. Il ne reste plus qu’à souhaiter que le panel prenne la décision qui s’impose, afin que les droits d’aucun sportif ne soit lésés.