Photo illustration

Le stage de Niveau 1 de l’International Association of Athletics Federations (IAAF), organisé sur deux semaines à l’intention des entraîneurs rodriguais, a pris fin avec succès. C’était le deuxième dans l’île après celui de 1995 qu’avait dirigé un expert allemand en compagnie de Joël Sévère. Des 18 participants inscrits, 15 ont brillamment été reçus et sont éligibles au Niveau 2 dont les participants seront maintenant choisis en fonction de leurs spécialités par la fédération internationale pour suivre cette formation à Nairobi, au Kenya. Du côté des lecturers, nommément le Rodriguais Daniel André et Frankie Lebon, la satisfaction est de mise. Le premier nommé n’a d’ailleurs pas manqué de préciser que c’était l’une de ses meilleures sessions de formation qu’il a dispensées aux entraîneurs et ce, pour plusieurs raisons.

Ils étaient 18 jeunes à postuler pour un certificat d’entraîneur responsable des jeunes de la catégorie minime (-16 ans). Parmi, on retrouvait deux anciens athlètes, nommément Olivier Baptiste et surtout Brice Pierre Louis. Rappelons que ce dernier, 21 ans seulement, avait été élu meilleur athlète des Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien (CJSOI) en 2012 aux Comores avec le doublé longueur-triple saut. Jameson Mariane, spécialiste du 800m et toujours en activité, a également suivi cette formation de Niveau 1.

Selon Daniel André, 16 participants ont brillamment réussi à la partie théorique. « Malheureusement, un des 16 n’a pas été en mesure de passer le pointage fixé dans la partie pratique », a expliqué Daniel André. Au-delà de cet échec, ce dernier s’est dit très satisfait par le déroulement et les conditions entourant cette formation.

« Sincèrement, je ne trouve pas les mots pour qualifier ce stage. C’est l’un des meilleurs que j’ai animé. Même Frankie Lebon, qui a eu l’occasion de bouger plus que moi en tant que lecturer, est de cet avis. Nous avons passé deux semaines formidables et pour les formateurs que nous sommes, c’était une expérience qu’il ne fallait surtout pas rater », a-t-il fait remarquer.

L’ancien spécialiste du 400m, soit un des premiers athlètes mauriciens à participer aux Jeux Olympiques (1984 à Los Angeles aux Etats-Unis), s’est dit émerveillé par le dévouement des 18 participants. « Ils avaient tous envie d’apprendre et étaient très disciplinés. La majorité était d’ailleurs présents 10, voire 15 minutes, avant que débute le stage chaque matin. Ce qui m’a aussi frappé c’est de voir ceux qui avaient plus d’expérience, aider les autres participants. Ce qui nous touche encore plus, c’est qu’ils nous ont aidé là où ils avaient les capacités. C’est une attitude formidable que nous voyons rarement lors d’un stage de formation et je les félicite tous. Cela a aussi contribué à la réussite de ce stage », a indiqué Daniel André.

L’exploit, a-t-il ajouté, aura certainement été le fait de voir 15 participants réussir brillamment et être éligibles au Niveau 2. « Ils ont été exposés à toutes les spécialités en athlétisme et auront maintenant à faire un choix pour le Niveau 2. Leurs résultats seront envoyés à l’IAAF à Monaco et les cours du Niveau 2 seront maintenant dispensés à Nairobi au Kenya. C’est du reste la fédération internationale qui choisit les candidats et ce, en ordre prioritaire par rapport aux résultats. L’AMA (Association mauricienne d’Athlétisme) devra, elle, ratifier ces noms en confirmant si ceux choisis sont toujours actifs », a-t-il précisé. Mais avant de parvenir à ce résultat, Daniel André a indiqué que tout n’a pas été aussi simple, surtout pendant les premiers jours. « Frankie et moi étaient même sceptiques à un moment donné, car les participants n’avaient pas démontré grand-chose. En revanche, nous avons ensuite été agréablement surpris par leur progression que je qualifie d’énorme. Je saluerai aussi la communion qu’il y a eu entre les participants et nous les lecturers », a-t-il fait ressortir.