Photo archive

L’année 2018 a débuté pratiquement sur la même courbe d’accidents fatals que 2017. S’ils étaient déjà 20 à avoir perdu la vie au 14 février 2017 dans 18 accidents, à la même date cette année, ils sont déjà 19 (-1) à avoir été tués sur les routes de l’île dans17 (-1) accidents fatals

Les autorités auraient pu se glorifier de la baisse de 5% que cela représente statistiquement, mais la prudence est de mise puisque tous les morts sont déjà des morts de trop et des familles entières pleurent leurs disparus, car souvent arrachés à la vie à la fleur de l’âge. Parmi ceux qui nous ont brutalement quittés, on note 7 (=) décès de jeunes de moins de 25 ans et 6 (+2) de ceux âgés entre 26 et 50 ans, ce qui représente une croissance d’environ 50% dans cette catégorie d’âge.

Une fois n’est pas coutume, ce sont les pilotes de motocyclette qui ont payé le plus large tribut aux accidents mortels jusqu’ici,  avec une progression spectaculaire de 250%, passant de 2 en 2017 à 7 en 2018. Les chauffeurs de voitures ont eu moins de chance que leurs passagers cette année, puisque le nombre de fatalités dans leur cas connaît une progression de 20% (passant de 5 à 6 tués), alors que les passagers voient leurs morts décroître de 7 à 3, un recul de 57%.

Il est intéressant de noter que les tranches d’heures des accidents sont à peu les mêmes au cours d’un jour. Même s’il faille préciser qu’en 2018 il y a eu une progression spectaculaire du nombre de tués entre minuit et six heures du matin, lorsqu’on compare sur la même période en 2017. Seul un piéton a été tué sur la route jusqu’ici, ce qui est une bonne nouvelle, et démontre qu’ils font preuve d’une plus grande prudence.

Parmi les 19 tués, on enregistre 17 hommes contre 2 femmes comme étant les victimes des accidents de la route au 14 février 2018. Parmi ces 17 hommes, 12 sont des chauffeurs de voiture (5) ou ds motocyclistes (7), les deux dames étant une conductrice et une passagère.