Dès son retour de Gold Coast, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint est revenu sur les événements entourant les jeux du Commonwealth 2018. Lundi, lors de son point de presse, il a aussi été bombardé de questions sur l’affaire Kaysee Teeroovengadum – Jessika Rosun. D’emblée, Stephan Toussaint a bien fait comprendre que « le ministère de la Jeunesse et des Sports et lui comme ministre, n’a pas le droit de s’ingérer dans les affaires du Comité Olympique Mauricien qui est une institution autonome. Il ne faut pas faire d’amalgame », fait-il ressortir.

Dans la foulée, il a aussi expliqué pourquoi l’ex-chef de mission, Kaysee Teeroovengadum n’a pas quitté le village des jeux immédiatement après les allégations d’attouchements sexuels, faites contre lui.  « À mon arrivée à Gold Coast, une réunion s’est tenue où  chacun s’est exprimé. Puis Kaysee Teeroovengadum  a été prié de se retirer en tant que chef de mission alors que Jessika Rosun est allé rapporter le cas au poste de police qui se trouvait dans le village des jeux. C’est uniquement pour cette raison que Kaysee Teeroovengadum est resté au village. Il devait être disponible pour les besoins de l’enquête. Et une fois qu’il a donné sa version des faits, il a quitté les lieux », explique Stephan Toussaint.

Toutefois, Kaysee Teeroovengadum devra retourner en Australie où il devra faire face au SouthPort Tribunal en ce 17 avril. Mais fera-t-il le déplacement ? Le ministre des Sports a bien fait comprendre que cette question n’est pas de son ressort. « Ce sera à Kaysee de prouver son innocence. Ce  n’est certainement pas, le ministère qui financera son déplacement en Australie. Il y a une chose qu’il faut bien faire comprendre, il est membre du COM. Donc au COM de prendre ses responsabilités. Moi, mo pas pou kapav trape so lame, amene li laba. Il y a déjà une enquête policière en cours. Je pense que la meilleure chose, c’est d’attendre le jugement de la cour australienne. Se sera clair pour tout le monde à ce moment-là », dit-il.

En ce qui concerne l’ampleur qu’a pris cette affaire qui a défrayé la chronique à Maurice et même par la presse australienne et britannique, il avance que « ce n’est pas agréable. Mais que les Mauriciens savent comment faire face et remonter la pente. À mon départ, le moral était au beau fixe dans le camp des athlètes. » Interrogé sur la façon que le COM a géré cette affaire, le ministre n’a pas voulu faire de commentaires. « Je ne peux pas prendre des décisions à la place du COM. À Phlippe Hao Thyn Voon (ndlr : président du COM) de prendre ses responsabilités. Je préfère rester sur les faits. Mais certainement des décisions seront prises après le jugement », lâche Stephan Toussaint. À savoir que Kaysee Teeroovengadum est le secrétaire général du COM et de la Fédération mauricienne de volleyball.

Lors de ce point de presse, il a aussi été question de la performance de Roilya Ranaivosoa dont la médaille d’argent remporté en haltérophilie est presque passée inaperçue par l’affaire  Kaysee Teeroovengadum – Jessika Rosun. Pour Stephan Toussaint, Roilya Ranaivosoa « mérite d’être dans le limelight. Elle s’est très bien battue. J’ai assisté à sa compétition et ce n’était pas gagnée d’avance pour la Mauricienne.  La médaillée d’or de la compétition était oustanding. C’est une championne du monde », souligne-t-il.