Si la fin de 2015 a été plutôt tranquille pour Dinesh Sooful, le début de 2016 est bien mouvementé. Surtout en ce qui concerne les interférences. Sanctionné en deux occasions à l’issue de la 6e journée, le Mauricien a de nouveau été cloué au pilori pour négligence. Avec déjà trois fautes à son encontre, il n’est plus éligible à une remise de peine.
On pourrait dire que les Racing Stewards ont été plutôt cléments lors de la journée de samedi dernier. À moins que les fautes imputées aux jockeys n’ont pas été d’une trop grande importance. De petites babioles sans doute. Mais toujours est-il que les cas de gêne n’ont pas manqué. En ce qu’il s’agit de celle de Dinesh Sooful, elle a eu lieu lors de la première course où King’s Advisor a gêné Ravatak aux environs des 1365m. C’est en voulant trouver une bonne position dans le parcours alors que son cheval n’a pas hérité d’une bonne ligne que la faute a eu lieu.
Dinesh Sooful a expliqué qu’il «était un peu sous pression» et que «le cheval était sa meilleure chance de la journée.» Il a aussi avancé que «Halabaloo a tendance à lever la tête quand il est repris.» Mais pour lui, le principal fait qui a contribué à sa faute est qu’il pensait «pouvoir suivre Brave Leader, mais qui a été repris.» Un mauvais jugement qui a fait que les circonstances ont joué en sa faveur. Si on veut être plus précis que la gêne subie par Ravatak, il faudrait préciser que c’est en s’engageant dans un espace entre Brave Leader et Halabaloo parce qu’il a été repris par son jockey.
Dinesh Sooful a plaidé coupable de la faute tout en avançant les faits mentionnés plus haut et il a écopé d’une semaine de suspension seulement parce qu’il fait partie des cravaches qui se sont bien comportées pendant 35 montes ou plus en 2015. Toutefois, comme il en est déjà à sa troisième incartade, il se trouve sous le coup d’une suspension de deux journées lors de sa prochaine faute d’interférence.
Kevin Ghunowa s’en est sorti sans égratignure quand il a été appelé à donner sa version des faits sur la gêne subie par Blaze Of Noon au début de la ligne droite finale de la troisième épreuve. Étaient aussi présents Derreck David (Gharbee) et Dinesh Sooful.
Tout comme Dinesh Sooful, Kevin Ghunowa a invoqué la pression et le désir de remporter des courses comme excuses. Le film de la course a démontré que la monture de Kevin Ghunowa a forcé Blaze Of Noon à l’extérieur et, presque au même moment, Gharbee avait commencé à verser sur sa gauche. Ce qui a forcé Dinesh Sooful à reprendre quelque peu son cheval pour ne pas monter sur les postérieurs de Gharbee.
Kevin Ghunowa a expliqué qu’il s’est donné à fond dans le dernier virage et que son cheval s’est retrouvé sur les postérieurs de Valerin. Pour éviter ce dernier, il n’a pas eu d’autre alternative que d’aller vers la gauche. Or, le film a démontré que c’est lui qui a dirigé son cheval vers un espace qui pouvait être considéré comme le rightful running de Blaze Of Noon.
Reste que Dinesh Sooful s’est montré quelque peu complaisant dans le sens où il a déclaré que Blaze Of Noon ne pouvait plus accélérer au moment de l’incident et qu’il a repris son cheval sur une foulée pour ne pas entrer en contact avec Gharbee.
Après avoir entendu les explications de Ghunowa et de Sooful, le premier nommé n’a pas été sanctioné. Il s’en est sorti avec une réprimande. Toutefois, lors de la réclamation formulée à l’encontre de Gharbee et de Valerin samedi dernier, celle concernant le cheval de Gilbert Rousset avait été repoussée alors que l’autre avait été déclarée comme étant frivole, d’où une amende de Rs 10 000 imposée à l’encontre de Kevin Ghunowa.
Nouvelle réprimande pour Kevin Ghunowa pour sa monte sur le nouveau Step To Fame auquel il a asséné plus d’une vingtaine de coups de cravache en ligne droite. Les Racing Stewards l’ont averti que ce genre de comportement sera sanctionné la prochaine fois.
«Not comfortable with the instructions»
Les Racing Stewards ont, mardi matin, ouvert une enquête sur la monte d’Ashanti Gold après avoir pris connaissance des instructions formulés par l’entraîneur. Ce dernier avait demandé à son jockey de «go in front or with the leaders». Le jockey a expliqué que son cheval n’avait pas bien démarré et qu’il a été d’avis que sa monture n’aurait pu prendre la tête ou mieux se placer durant le parcours. Le Sud-Africain a soutenu qu’il n’était pas «comfortable» avec les ordres, ce à quoi il lui a été demandé de venir en discuter avec les RS à l’avenir s’il trouvait qu’il existait une certaine ambiguïté.
De son côté, Subiraj Gujadhur a fait ressortir qu’après avoir revu le film, il était toujours «upset» de la course d’Ashanti Gold. Donavan Mansour a fini par accepter qu’il aurait pu demander un peu plus à son cheval, mais qu’il n’a pas voulu le faire. Il a même ajouté que s’il n’y avait pas eu d’instructions, il aurait placé son cheval à l’arrière-garde après le départ. Aucune suite n’a été donnée à l’enquête.
Vikram Sola, qui comptabilise déjà deux suspensions, une pour négligence (2 journées) et l’autre pour n’avoir pas monté à la satisfaction des Racing Stewards (5 journées), a été appelé à donner des explications sur la course de Coulour Of Courage, surtout quand le cheval a abusé de la largeur de la piste dans le dernier virage. Vikram Sola essaya de s’en tirer avec le moins de casse possible. «Mon cheval n’a gêné personne quand il a écarté», a-t-il tenu à faire ressortir. «J’ai déjà purgé deux journées de mise à pied et il m’en reste encore cinq. Si je suis à nouveau suspendu, je n’aurai pas plus raccrocher les étriers.» a-t-il ajouté. C’est ainsi qu’il a été «severely reprimanded for riding in an incompetent manner.»
Même réprimande pour Rehaze Hoolash, qui était en selle sur Halabaloo dans la première course.