IN THE STEWARDS’ROOM : Jeanot Bardottier au pilori

Il ne se passe pas une semaine sans que Jeanot Bardottier ne soit appelé à donner des explications au sujet d’une interférence. Le Mauricien est le jockey qui a été le plus sanctionné pour négligence, et ce, depuis quelque temps déjà. Ainsi, il a été mis à pied pour trois journées pour avoir gêné un adversaire et a été trouvé coupable de n’avoir pas monté un cheval à la satisfaction des Racing Stewards. La sanction a été trois semaines de suspension et Rs 20 000 d’amende.
La première faute du Mauricien a eu lieu dans la course d’ouverture, où il était en selle sur Megamuhti, cheval de Raj Ramdin. Aux 1300m, en dirigeant sa monture vers l’intérieur, il a emmené Declarator en direction de la lice. Laughistheanswer, qui suivait ce dernier, a dû être repris pour ne pas monter sur les postérieurs du cheval entraîné par Rameshwar Gujadhur. Jeanot Bardottier a accepté sa faute et devra observer une mise à pied.
La seconde faute de Jeanot Bardottier concerne un cas où l’entraîneur Raj Ramdin a estimé que Social Network n’avait pas été monté selon ses instructions. Les Racing Stewards ont décidé d’ouvrir une enquête sur le handling du cheval dans la partie initiale. L’entraîneur devait dire qu’il avait discuté de la tactique avec Jeanot Bardottier et il avait été convenu d’opter pour la position tête et corde. Raj Ramdin a souligné que le cavalier mauricien lui avait assuré que Social Network était le plus rapide du lot. Jeanot Bardottier a déclaré qu’il s’attendait que Social Network se montre plus véloce et qu’il ne s’attendait que Billy Bojangles, placé au numéro un, soit plus facile que sa monture. Cela dit, il soulignera qu’il a alors préféré placer son cheval dans le dos de Billy Bojangles pour ne pas courir le nez au vent.
Raj Ramdin a trouvé que Jeanot Bardottier aurait pu démontrer une plus grande détermination au départ. Il avait été convenu qu’il ne fallait pas donner une course facile à Brave Leader, qui était à son extérieur. Jeanot Bardottier devait accepter qu’il aurait pu faire un plus gros effort pour essayer de suivre les instructions, mais que son cheval n’aurait pu prendre la tête avant le Tombeau Malartic et cette débauche d’énergie n’aurait pas été sans conséquence. Et comme Social Network s’est déjà bien défendu dans la position d’attentiste, en troisième ou quatrième position, il a préféré cette tactique.
Ce à quoi le Chief Stipe devait lui dire qu’on ne le saura jamais. Mais que toujours est-il qu’il n’y a pas eu d’initiative de sa part pour montrer à ses adversaires qu’il avait l’intention de mener la course. Stéphane de Chalain ajoutera qu’il n’a sollicité sa monture que sur quatre foulées. Jeanot Bardottier dira pour sa part qu’il a donné un coup de cravache à Social Network, mais celui-ci n’a pas répondu à ses attentes.
Les explications de Jeanot Bardottier, qui a plaidé non-coupable, n’ont pas été acceptées par le board des Racing Stewards. Pour un cavalier de sa trempe, le board des RS s’attendait à une meilleure prestation de sa part. Mais comme c’était sa première faute sous ce chapitre, il a été décidé de convertir une journée de suspension en une amende.