La Small Medium Enterprise Development Authority (SMEDA) a laissé la place depuis l’année dernière à la nouvelle compagnie SME Mauritius suite à un projet de loi voté en 2017, et qui a été diversement critiqué. Un Master Plan de 10 ans, ayant été élaboré pour le secteur des Petites et moyennes entreprises (PME), vise à revigorer l’entrepreneuriat à Maurice à travers différentes mesures. Si le ministère de l’Activité économique se penche sur une nouvelle vision pour les PME, les erreurs du passé, souligne le ministre Sunil Bholah, « ne devront pas être de nouveau commises ».
« Nous n’allons pas répéter les mêmes erreurs que la SMEDA, où nous avions trop d’employés », a avancé le ministre de l’Activité économique et des coopératives, Sunil Bholah, mercredi après-midi lors d’une conférence de presse tenue au siège de son ministère, à Port-Louis. Il a abordé les premières avancées de SME Mauritius depuis son lancement en février dernier. L’une des premières répercussions de ces changements concerne les postes qui étaient occupés par certaines personnes. Pour ne pas commettre d’erreurs, le ministre indique que deux postes clés à SME Mauritius devront bientôt être remplis, à savoir celui de responsable des Business Support Services et du Strategic Planning. Mais pour lui, le recrutement de ces deux responsables « prend du temps » car « nous devons analyser si nous aurons vraiment besoin d’eux ».

Sur un total de 94 employés de l’ex-SMEDA, 77 ont souhaité être redéployés vers d’autres ministères et corps para-étatiques, contre dix ayant préféré continuer avec SME Mauritius. Sept autres sont également partis à la retraite. À la fin de cette année financière, les 77 employés devront occuper un poste. En ce moment, SME Mauritius opère avec un effectif très restreint. Toutefois, selon Sunil Bholah, « tous les services sont offerts normalement ».

SME Mauritius compte 23 employés pour ses différentes activités. Il indique que, sous la SMEDA, 34 employés sur 94 avaient la position de “minor grades”. Le nouvel organigramme de SME Mauritius ne nécessitera que dix personnes de cette catégorie. Les protocoles d’accords signés entre la SMEDA et d’autres entreprises seront aussi revus. D’ailleurs, SME Mauritius signera bientôt un protocole d’accord avec la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MMCI) sur le “barcoding”. Un autre accord sera signé avec Mauritius Duty Free Paraside. « Nous allons revoir les protocoles d’accord signés », dit-il. De nouveaux protocoles d’accords ont aussi été signés entre SME Mauritius et des associations locales.

Pour améliorer le secteur, une SME Registration Unit sera mise sur pied. « Cette unité remplace MyBiz. Elle offrira toutes les facilités qu’offrait ce “one-stop shop” », indique Sunil Bholah. Les officiers de différents ministères, qui étaient sollicités pour travailler à MyBiz, sont finalement retournés à leurs ministères. « Leur retour n’a pas pour autant perturbé les services de MyBiz. Les services de l’ex-SMEDA ne sont pas les mêmes et nous ne voulons pas que les entrepreneurs souffrent », dit-il. Depuis la mise en place de la Registration Unit, en janvier dernier, 668 personnes sont venues pour diverses raisons dans cette unité jusqu’au mois de mars. Celle-ci a enregistré 125 PME pour cette période. De plus, 25 lettres d’intention ont aussi été émises. Par ailleurs, Sunil Bholah indique que cinq plans ont été lancés par SME Mauritius, dont trois étant plus demandés. L’entreprise est en ce moment en discussions avec une centaine de PME démontrant grandement leur intérêt pour les trois plans. S’agissant du Solar Scheme et du Mentoring Scheme, « plus d’efforts sont nécessaires pour leur réussite ».

Dans le but d’augmenter la visibilité des entrepreneurs locaux à l’étranger, une délégation mauricienne se rendra en Chine du 28 au 31 mars à l’Interzoom Furniture. Quelque 14 participants mauriciens ont déjà exprimé leur souhait d’y participer. Considérant le potentiel de l’industrie du cuir à Maurice, une rencontre se tiendra du 9 au 13 avril, date à laquelle trois représentants du COMESA seront à Maurice pour rehausser le niveau du secteur du cuir à Maurice. D’autre part, le Private Office of Duke of York a choisi la compagnie V Kanhye Health Food Ltd pour participer au Pitch at Palace en avril.

Le SME Business Development Scheme, mis en place en 2017, a permis l’approbation par la MauBank de 336 demandes de prêts sur 491 applications. Au niveau des parcs industriels, la pose de première pierre d’une autre partie sera bientôt organisée à Plaine-Magnien.

« Le potentiel de ce secteur existe, d’où la nécessité d’avoir un nouveau regard. Malheureusement, il y a un manque de talent et d’inspiration », dit le ministre. Il ajoute : « C’est l’une des raisons qui fait inonder le marché de produits importés. » Pour lutter contre ce problème, un hologramme sera dévoilé dans six semaines aux artisans, qui devront l’appliquer sur leurs produits. Un SME Portal, qui sera prêt d’ici juin, verra aussi le jour sous le Master Plan de 10 ans. L’objectif de la plateforme sera d’élaborer une stratégie de communication en consolidant le dialogue entre le public et le privé.