Swapneel Rama poursuit son bonhomme de chemin

En cinq montes et une pick-up ride, Swapneel Rama, poids léger de 50 kg, a ramené deux gagnants, Purple Rock et Brave Leader. De plus, il a fini dans l’argent à trois reprises, avec Chosen Path, Var’s Dream et Victory Team. Seul Bastille Day a couru en dessous des attentes. Parlant de sa fructueuse journée, ce père de deux enfants s’est empressé de leur dédier ses victoires et « les accessits pour madame ! » dit-il dans un large sourire, sachant pertinemment qu’il se fera remonter les bretelles par son épouse.
Purple Rock, qui est souvent ardent et en manque de finish, a cette fois couru plus détendu à l’arrière-garde. « Le crédit va à l’entraîneur Ricky Maingard. Il a cerné ce cheval et m’a dit de le faire courir en arrière-garde, d’abord avec une 10e ligne et ensuite, on s’attendait qu’il y ait du pas dans la course. »  Effectivement, le hongre bai de 5 ans s’est calé en 10e position, pour conclure en bolide. « Il courait  off the bit et a sorti une accélération dévastatrice. »
Si le retrait de Gold Medalist pourrait avoir fait l’affaire de Brave Leader, son pilote est d’avis que l’alezan n’aurait en aucun cas, été battu. « Le champ était à sa portée et il a tiré une ligne intérieure. Une fois qu’on a pu prendre les devants, je savais qu’il ne serait pas battu. » En effet, après avoir respiré un bon coup, le sujet du yard Sewdyal est reparti de plus belle, pour doubler la mise. « Il gagnera encore cette saison », juge notre interlocuteur. Selon son entraîneur, il n’aurait pas dû sortir la cravache. Or, Rama l’a fait. « Au début de la ligne droite, il s’est montré moins concentré. J’ai sorti la cravache pour le réveiller ».
Celui qui est désormais 7e au classement des jockeys est d’avis que Victory Team aurait pu résister à Beat The Retreat. « Je suis triste d’avoir perdu cette course. Avec une ligne intérieure (ndlr : il a sauté du 9e couloir), Victory Team se serait retrouvé plus facile à l’avant et aurait contenu Beat The Retreat. »
De ses autres courses, Swapneel Rama trouve que Chosen Path ne peut que progresser après avoir couru green. Var’s Dream, toujours régulier, n’a toutefois pas eu une course facile. Mal placé au départ, il a été repris pour être positionné à l’arrière-garde avant de bien conclure. Ce cheval devrait faire parler de lui s’il peut bénéficier d’un bon numéro de corde.
Seul Bastille Day n’a pas vraiment été à la hauteur. Swapneel Rama estime pour sa part que sa monture n’a pas si mal fait que cela vu que le cheval a terminé cinquième. « Il se fait vieux certes, mais n’a pas démérité étant donné qu’il s’est retrouvé tout juste derrière les quatre meilleurs chevaux de la course ».
Enfin, Rama nous a dit qu’il poursuit son parcours en freelance et veut continuer sur la voie du succès, « sans songer au titre de champion », du moins pour le moment.


« L'État et le MTC pour faire perdurer la passion hippique »
C’est assez rare que les jockeys mauriciens sont sollicités pour commenter l’actualité. Mais la relation entre l’État et le MTC est un sujet qui préoccupe notre invité, car il y va de son gagne-pain. Après une petite hésitation, il a fini par se lâcher : « L’État et le MTC doivent faire perdurer la passion hippique. À chaque coin de rue, les Mauriciens discutent des courses, du football britannique et de la politique. Cette passion hippique fait notre fierté, comme les Anglais sont fiers de leur Premier League. Maintenant, avec les moyens logistiques dont dispose l’État, à travers la Police des Jeux, la Gambling Regulatory Authoriry, la police régulière, la Mauritius Revenue Authority, en ajoutant à l’expertise, le professionnalisme et le savoir-faire du Mauritius Turf Club, ensemble, ils peuvent faire perdurer la tradition hippique. Les deux parties sont pour la transparence et les courses propres. »