Pas de hausse de prix des taxis à prévoir, a affirmé Raffick Bahadoor, président de la Taxi Proprietors’ Union (TPU), sollicité ce vendredi 22 mai.

Il se dit conscient qu’avec l’impact de la crise sanitaire dans le sillage de la pandémie  de Covid-19, le quotidien des chauffeurs de taxis sera difficile. « Mais la hausse des prix n’est pas dans notre agenda. Konsomater lamem pena ek dimounn dan problem ».

Toutefois, Raffick Bahadoor déplore « l’absence de dialogue » du gouvernement avec les petits opérateurs. A l’instar des propriétaires des taxis qui traversent également une période creuse.

A cet effet, regrette-t-il, de nombreux chauffeurs de taxis n’ont pas eu de permis pour circuler « around the island ». Or, sans cette autorisation, ils ne peuvent opérer convenablement et peuvent être interpellés par la police.

« Kouma nou sipoze fer ek sa? », lance-t-il.

Il déplore également la limite de passagers autorisés par véhicule. « Mo met zot odefi vinn konfirm mwa ki ena enn met distans ant mwa ek dimoun a kote mwa-la ». Pour le président, cette mesure n’est pas logique.

Raffick Bahadoor demande également un moratoire d’un an pour ceux devant remplacer leurs véhicule : « Nou dan difikilte ».