Le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) a lancé un nouveau système de « gravity-fed irrigation » sur les terres de quelques agriculteurs dans le but d’améliorer leur rendement et la qualité de leur production tout en optimisant l’utilisation de l’eau et de fertilisants.
Indoomatee Ramma, Principal Research Scientist auprès du FAREI, indique que cette technologie a été acquise sous un programme régional de l’International Atomic Energy Agency (IAEA) qui est destiné à un transfert de technologie et à un partage de ressources et de connaissances parmi la communauté agricole. « Ce système ne nécessite pas de source d’énergie. On a juste à installer un tank sur une hauteur d’un mètre et demi, le connecter à des goutteurs et le travail est fait. On irrigue les plantations au goutte-à-goutte avec option pour la fertigation. Ce qui permet d’optimiser l’utilisation de l’eau et des fertilisants et de ne pas en gaspiller », indique-t-elle. L’avantage en utilisant ce système, dit-elle, est qu’on n’irrigue pas tout le champ mais juste les racines des plantes. « Ce qui prévient la pousse des mauvaises herbes », ajoute-t-elle. Des essais menés par le FAREI ont démontré une augmentation du rendement de 25 à 30 %. Ce qui cadre bien avec la démarche d’améliorer la sécurité alimentaire dans le pays, tout en renforçant la résilience des agriculteurs face au changement climatique et la mitigation.
Ce système est actuellement en démonstration dans les champs de deux agriculteurs, à Plaisance et à Bon-Accueil sur une superficie de 1 250 mètres carrés chacun. L’agriculteur Kamal Koylassat de Bon-Accueil cultive du brocoli et du chou rouge tandis que Anand Seetohul de Plaisance cultive du haricot vert et du chou rouge. Les deux ont été formés dans l’installation, l’opération et la maintenance de ce système d’irrigation et dans son utilisation, tant en irrigation qu’en fertigation. « Nous sommes en train de démontrer l’utilisation et les bénéfices que la communauté peut en tirer grâce à cette technologie à travers des visites. Les données concernant le rendement, les coûts de production et la génération des revenus seront évalués par le FAREI », fait-elle ressortir.