Alors qu’une marche à pas de loup, une autre renaît de ses cendres tels le phénix. Plus loin, une rebelle qui s’assume décide d’exposer géométriquement son univers décalé, et pour couronner le tout, la dernière décide de ne pas faire dans la dentelle. Le point commun entre ces quatre femmes c’est qu’elles voient grand et ont osé se soumettre au tatouage version XXL.
Elles ont choisi le tatouage en grand format. Ingrid Albert a choisi de représenter son caractère par un loup magnifique sur le dos. Le tatouage se magnifie aussi avec des poissons, symbole de son horoscope. “J’ai rajouté le yin et le yan car rien n’est tout blanc ou noir dans la vie.” Nathalie Bax célèbre sa renaissance à travers un gigantesque phénix, qui dit-elle “prend naissance au niveau de ma nuque et s’étend jusqu’au bas de mes reins”. En tant que Designer et Pattern Maker à son compte, Anne-Béatrice est du genre à “ne pas faire dans la dentelle”. Son premier tatouage, elle le voulait grand et complexe. Tout à fait à l’image du tatouage qu’elle arbore aujourd’hui de l’épaule à la hanche. “C’est une dentelle que j’ai réalisée pour un client, à laquelle s’ajoutent des pivoines et des trèfles”, confie cette dernière. Sur l’avant-bras, Gaelle Bazire présente un motif pas aussi imposant que ses consoeurs, mais tout aussi balèze. “Ces premières lignes ont commencé lors d’un voyage au Portugal. Vu que ce n’était pas terrible, à mon retour à Maurice, j’y ai rajouté des lignes pour camoufler le travail précédent. Un beau mélange de géométrie, de mandala, Black work entre autres, fruit de ma période pixie hippy des festivals australiens”.