Rhikesh Taucoory aura beau faire parler son expérience, il n’a pu que constater la supériorité des Togolais

Il faudra repasser pour la médaille africaine. Mardi, les pongistes mauriciens ont laissé filer les demi-finales, tant chez les garçons que chez les filles, s’inclinant en quarts contre le Togo et l’Afrique du Sud. À l’arrivée, la déception est immense pour le camp mauricien, qui tablait sur le tournoi par équipes pour monter sur le podium.

Le Centre national de tennis de table, à Beau-Bassin, ne sera pas le théâtre des rêves mauricien. Les championnats d’Afrique ne réussissent pas aux locaux. Engagés hier en quarts de finale, après une courte victoire contre la République démocratique du Congo, Brian Chan Yook Fo, Akhilen Yogarajah et Rhikesh Taucoory se sont vite retrouvés acculés par les Togolais. Brian Chan Yook Fo d’abord. Dodji Fanny a eu un peu de mal à se défaire du Mauricien, mais les cinq sets ont sonné les quadricolores. « C’est dommage que Brian ne puisse rentrer mieux dans le match , lâche Akhilen Yogarajah.

Dans la foulée, il ne peut que tenter de sauver les meubles contre Mawussi Agbetoglo. 3-1 à l’arrivée (6- 11, 2-11, 12-10, 3-11), suffisant pour donner un boost au moral des Togolais. Et lorsque Fessou Lawson- Gaizer entre en piste pour affronter Rhikesh Taucoory, il sait que la rencontre tournera à son avantage s’il envoie des signaux forts. Taucoory a bien allumé les contre-feux, mais il ne pourra jamais vraiment retourner la situation à son profit. Le Togolais s’imposera finalement 3-1, donnant une victoire éclatante à sa formation.

« Le Togo était un bon tirage pour nous. On est passé à deux points de la qualification », lâche le DTN, Cédric Rouleau. De son côté, Akhilen Yogarajah ne veut pas pleurer sur les occasions perdues. « Je connais leur n°1, qui évolue en France. Il est très bon et il ne faut pas rougir de notre performance. » Le match de Brian Chan Yook Fo a, en quelque sorte, préparé la sortie de la sélection mauricienne. « Mais il faut être honnête. Ma journée n’est pas terrible. Lorsque Rhikesh arrive, il joue pour revenir à 1-1. C’est quand même plus compliqué. »

Chez les filles, Prathna Jalim et compagnie se sont compliqué la tâche contre les Sud-Africaines. De l’aveu même de Cédric Rouleau, les jaunes et verts étaient prenables« Il nous a manqué un peu d’expérience et de préparation mentale sur la fin », admettait à froid le Français. Élodie Ho Wan Kau ouvrait le bal, mais laissait filer Danisha Patel en trois sets. Mais Prathna Jalim empêchait Simeen Mookrey de faire le break une première fois en revenant à 1-1. Oumehani Hosenally donnait même l’avantage à Maurice contre Mthabiseng Mtshoelibe en trois sets (2-1).

Mais les choses allaient prendre une tournure inattendue lorsque Danisha Patel venait à bout de Prathna Jalim sur le score de 3-2, remettant ainsi les deux équipes à niveau (2-2). Élodie Ho Wan Kau, dernier rempart mauricien sur la route des Sud-Africaines, ne pourra rien faire contre Simeen Mookrey. Cédric Rouleau y voit là un désaveu de taille. Lui qui disait lundi que la génération actuelle n’a pas connu la précédente médaille mauricienne. « Cela fait 14 ans que Maurice n’a pas connu de médaille africaine en seniors. Ça commence à bien faire. Mais c’est le sport , il faut un vainqueur et un vaincu », conclut le DTN.