La sélection mauricienne a réalisé la meilleure récolte de son histoire au Tournoi international de La Cressonnière, à La Réunion. Elle a, en effet, enlevé cinq des sept médailles en jeu, avec, notamment, le sacre d’Omar Ahmed chez les moins de 17 ans.
C’est, d’ailleurs, la performance la plus remarquable de la semaine. Le jeune pongiste a pris le dessus sur Sébastien Morel, no. 1 réunionnais chez les juniors. Il a signé une victoire en 3-1 en finale du tableau des moins de 17 ans. « Cela démontre la progression d’Omar », explique Rajessen Desscann, l’entraîneur national, qui accompagnait l’équipe à La Réunion.
Ce succès est d’autant plus intéressant que, seulement un jour auparavant, le Réunionnais avait pris la mesure du Mauricien en 3-0 dans le tournoi par équipes. « Il a su se ressaisir par la suite pour donner la réplique à son adversaire. »
Le tournoi par équipes a également vu la victoire du camp mauricien, qui s’est imposé vendredi, en finale. Ce succès est venu de l’équipe U13, composée de Ryan Desscann et Zayhan Sheik Hossen, qui ont pris la mesure des Réunionnais en finale.
Ce même Zayhan Sheik Hossen s’est également imposé en finale du tableau U13 devant un représentant du pays hôte et son camarade de sélection, Rayn Desscann, qui finit troisième. Et cerise sur le gâteau, Sheik Hossen s’impose également dans le tableau 699, communément appelé catégorie open.
« Cette moisson de médailles est importante pour nous. Cela nous permet de conclure une belle année », a souligné Rajessen Desscann. Il capitalise, par la même occasion, sur la victoire d’Omar Ahmed face à Sébastien Morel. « Le Réunionnais avait battu une des têtes de série égyptiennes lors du World Junior Circuit, en avril dernier », rappelle Rajessen Desscann.
La série aurait été parfaite si Widaad Gukhool avait pu prendre le dessus sur la no. 1 réunionnaise, Audrey Picard. Mais elle s’est inclinée en 3-1, après avoir battu, en demi-finale, Emilie Hoareau. Tout comme l’équipe féminine U17 qui laisse filer le titre à La Réunion (2-3).
« Les pongistes ont connu une longue saison. Mais ils se sont bien défendus », avance Rajessen Desscann.
Analysant la performance générale de l’équipe de Maurice, l’entraîneur national revient également sur la performance des jeunes pousses du projet Baby Ping Elite. Il cite Zayan Sheik Hossen, Ryan et Ivana Desscann. « Ce sont des joueurs qui ont connu une belle progression et qui vont encore augmenter leur niveau de jeu. Ivanna, par exemple, est arrivée en demi-finale du tableau principal. C’est bon signe. »
D’autant que cette génération de pongistes pourrait être appelée à défendre les couleurs mauriciennes aux prochains JIOI, en 2019. Mais avant de penser à l’échéance 2019, il faut avant tout une évaluation des joueurs. « Cette compétition nous a permis d’avoir une idée plus claire de leurs forces et faiblesses. Mais surtout, nous savons sur quels aspects travailler pour l’année prochaine », conclut l’entraîneur.