La première pièce de théâtre, écrite en anglais, par Sedley Assonne a été retenue pour l’Indianapolis Fringe Festival en août prochain. C’est Ashish Beesoondial qui jouera seul sur scène, l’histoire d’un homme face à la solitude. Lorven Vydelingum, complète le trio qui fera le déplacement aux États-Unis. Ils espèrent pouvoir donner une représentation à Maurice avant leur départ.
The Invisible Man est l’histoire d’un homme qui se retrouve seul dans la rue après une série d’événements dans sa vie. À travers cette pièce, l’auteur a voulu mettre en exergue « le paradoxe de la solitude dans un contexte de village global. » Envoyée à plusieurs Fringe Festivals aux États-Unis, la pièce a été retenue pour celle d’Indianapolis. Un honneur pour celui qu’on connaît surtout pour ses écrits en français et kreol. « L’idée de participer à ce festival vient surtout de Lorven Vydelingum qui avait fait le déplacement à San Francisco avec Gaston Valayden pour la pièce Madogs of Diego. Employé à la MBC, il montait le portrait d’artiste d’Ashish Beesoondial pour mon émission. C’est là que l’idée a germé. »
Ashish Beesoondial, chargé de cours au Mauritius Institute of Education (MIE), également metteur en scène et acteur reconnu est embarqué dans l’aventure. « Depuis longtemps, je rêvais de travailler sur un texte mauricien. Celui de Sedley Assonne m’a plu. Ce que j’aime par-dessus tout c’est le fait de faire partie du projet. C’est-à-dire, je ne me contente pas de prendre le texte et de le mettre en scène. Mais nous travaillons ensemble pour essayer de traduire la complexité émotionnelle de la solitude. »
En jouant The Invisible Man, Ashish Beesoondial renoue également avec les planches, car ces derniers temps, il s’était surtout consacré à la mise en scène. « Etre seul sur scène a ses avantages et ses limites. Cela me permet de faire mon autocritique et de construire le personnage. Toutefois, ce n’est pas un one man show car, comme je l’ai dit, nous travaillons en équipe. »
Monter la même pièce avec une troupe aurait demandé plus de « actor training », dit Ashish Beesoondial. En étant seul sur scène, celui-ci devra aussi relever le défi de faire comprendre qu’il évolue au milieu d’autres personnages. « L’approche est moderne et permet une réflexion sur le jeu d’acteur. »
Sedley Assonne de son côté, dit avoir été inspiré par la photo d’un sans domicile fixe dans la presse. « Il avait vécu en Australie et est revenu à Maurice où il dormait dans la rue, la tête posée sur sa valise. Aux yeux des autres, il était invisible. »
Lorven Vydelingum qui, lui, a déjà joué au San Francisco Fringe Festival avec la Trup Sapsiway, fera cette fois le déplacement en tant qu’assistant metteur en scène et régisseur. Outre les jeux de lumière qui contribuent aux différentes ambiances de la pièce, il confie être également « l’oeil d’Ashish en dehors de la scène. »
Le Trio se présentera à l’Indianapolis Fringe Festival sous le nom de What’s In a Name ? Dans un deuxième temps, ils comptent en faire une troupe et accueilleront d’autres personnes. Avant de partir aux États-Unis, ils souhaitent donner une représentation de The Invisible Man à Maurice. Si tout se passe comme prévu, celle-ci se tiendra au Théâtre Serge Constantin, vers la fin du mois de juillet. Le festival se tiendra du 6 au 25 août. Ils doivent être sur place à partir du 10 août.
Cette participation à l’Indianapolis Fringe Festival a été rendue possible grâce au fonds de Rs 200 000 mis à la disposition des artistes par le ministère des Arts et de la Culture. « Je remercie le ministre Baboo pour cela et je tiens également à préciser que j’ai soumis un dossier en bonne et due forme au ministère des Arts et de la Culture, contrairement à ce que disent les mauvaises langues », souligne Sedley Assonne.
Il manque tout de même Rs 100 000 à l’équipe pour ce déplacement et des demandes ont été faites pour un parrainage auprès du ministère du Tourisme entre autres. L’agence Immedia apporte elle aussi sa contribution.
Cette première pièce de théâtre ouvre aussi la voie à d’autres projets pour Sedley Assonne. D’abord, The Invisible Man a été traduite en français et soumise à un concours en France. Ensuite, l’auteur vient de terminer son premier recueil de poésie en anglais.