Le ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation (TCI) Etienne Sinatambou a rencontré cette semaine le General Manager d’IBM Middle East and Africa, Tejas Metha. L’occasion pour lui de solliciter l’aide de la célèbre firme, connue dans le domaine de l’innovation. Dans le cadre des initiatives prises par le gouvernement afin de faire de notre île une « Smart and Intelligent Mauritius », le ministre s’est intéressé au concept « IBM Smarter Planet » qui, entre autres, propose des technologies innovantes et abordables permettant aux citoyens d’avoir un niveau de vie plus agréable dans un milieu plus sécurisé, et ce tout en respectant l’environnement.
Le ministre Sinatambou a profité de cette rencontre pour saluer la contribution de son prédécesseur, en l’occurrence Pravind Jugnauth, « qui a su mettre en place en 2015 un “National Innovation Framework” » pourvu d’un budget de Rs 125 M, « initiative qui cadre parfaitement avec la Vision 2030 énoncée par le Premier ministre » en août de l’année dernière. Dans cette optique, le ministre a ajouté que les technologies innovantes constituent « des éléments déterminants afin de réaliser la vision du gouvernement ». Il a pris l’engagement de s’associer à des entreprises reconnues pour leur expertise en matière de technologie et d’innovation.
Le ministère des TIC s’est associé, en mai 2015, à travers l’ICT Academy, à IBM sous le « MEA University Programme », pour la formation de nos jeunes dans les technologies innovantes. À travers ce partenariat, 20 professeurs d’université et 45 étudiants ont reçu une formation poussée sur le développement des applications mobiles, domaine très prisé en ce moment. En 2016, la formation s’étendra à des créneaux porteurs, tel les « Big Data Analytics ». Le ministre Sinatambou a souhaité une accélération du programme afin de former au moins 200 étudiants en 2016 à travers l’IBM MEA University Programme.
Le ministre s’est également intéressé aux différentes initiatives d’IBM, surtout aux centres d’innovation qui sont disséminés à travers le monde. Dans ce contexte, il a mentionné que le ministère, en partenariat avec des promoteurs étrangers, envisage de mettre en place un incubateur/accélérateur pourvu de 60 postes et destiné aux jeunes innovateurs, et qui sera au coeur de la Cybercité, à Ébène. Il a aussi dit souhaiter une collaboration rapprochée avec IBM dans le domaine de la cybersécurité, surtout par rapport au combat contre le cybercrime et autres attaques, « qui deviennent un problème national et réel pour notre économie et notre société ». Une cellule sera instituée au niveau de son ministère afin de raffermir et étendre le partenariat entre le gouvernement et IBM.
IBM, créée en 1911 en tant que société Computing – Tabulating-Recording (CTR), est une multinationale américaine spécialisée dans le domaine de la technologie et une société de conseil, dont le siège social est à Armonk, New York. IBM fabrique et commercialise du matériel informatique, le “middleware” et les logiciels, et offre l’infrastructure, l’hébergement et des services de conseil dans des domaines allant des ordinateurs centraux aux nanotechnologies.
IBM dispose de 12 laboratoires de recherche à travers le monde, regroupés dans l’IBM Research. En 2013, la société détenait le record pour la plupart des brevets générés par une entreprise pendant 22 années consécutives. Ses employés ont reçu cinq prix Nobel, six Turing Awards, dix médailles nationales de la technologie et cinq médailles nationales des sciences.
En 2012, Fortune 500 classait IBM comme la deuxième plus grande entreprise américaine en termes de nombre d’employés (435 000 dans le monde), la quatrième plus importante en termes de capitalisation boursière, la neuvième la plus rentable, et la 19e la plus grande, à l’échelle mondiale, en termes de revenus. IBM a été classée 31e entreprise la plus importante en termes de chiffre d’affaires par Forbes pour l’année 2011.