À peine un an après la sortie de Music for the Soul, Hans Nayna revient avec un troisième album, Time Flies. Le chanteur, plébiscité pour sa chanson Mo lam, sort un opus saupoudré de rock, de soul et de blues, le 30 septembre. Le concert de lancement de l’album a lieu le même jour à l’Espace Culturel Malcolm de Chazal à Helvetia, St-Pierre.
Pari osé pour l’auteur-compositeur-interprète de Music for the soul. Il sort son troisième album Time Flies, le 30 septembre, lors d’un concert de lancement à l’Espace Culturel Malcolm de Chazal (Lycée Mascareignes) à Helvetia, St-Pierre. Un album qui comprend douze titres et qui ne tardera pas à séduire les Mauriciens. “Nous avons joué un peu avec les extrêmes. Là où c’était rock, c’est un peu plus rock; là où c’était doux, c’est un peu plus doux. Nous avons mûri. Avec le temps, il y a une certaine osmose qui s’est installée entre les musiciens. Nous sommes tous potes. Nous nous entendons bien. Cela aide beaucoup. Grâce à tout cela, nous avons repoussé les limites de l’album précédent.”
En pleine répétition avec son groupe dans sa maison à Pointe d’Esny, Hans Nayna chante à tue-tête Water, un des morceaux de l’album. Il débute les préparatifs de son concert et essaie de trouver les bons accords. “Tu vas comprendre quand tu écouteras les paroles de Water. Il m’arrive d’écrire des conneries (rires). Pour les paroles de cette chanson, j’ai fermé les yeux et je me voyais sur scène. Il y avait une fille devant moi, dont je n’arrivais pas à voir le visage. J’ai couru après elle pour la retrouver. Bref, je ne l’ai jamais vue. C’est intrigant, mais elle vient à tous mes concerts. Ce sont des histoires de filles. C’est un peu délicat.” La touche d’originalité est apportée par Emmanuelle Ghem, sa femme et violoniste du groupe. “Elle est là depuis le début. C’est assez spécial. Elle ne joue qu’avec moi. Elle me soutient énormément.”