Les 90 coureurs prendront le départ du Tour avec l’intention de ramener au moins un des maillots dans leurs bagages

Le Tour de Maurice, qui débute ce soir devant le bâtiment d’Air Mauritius, sera à bien des égards l’un des plus relevés, rien que de par sa densité, avec 90 coureurs — un record pour l’épreuve — sur la ligne de départ. Le prologue, sur 3,4 km dans les rues de Port-Louis, donnera le ton pour la semaine à venir.

90 coureurs, et un seul en jaune samedi à Bagatelle. Le Tour de Maurice prend cette année des allures de course de l’Africa Tour, avec la présence de Gustav Basson (Afrique du Sud/ProTouch), vainqueur du tout premier Tour de Limpopo et 12e au classement continental. Ou encore de son compatriote Clint Hendricks , médaillé de bronze aux Jeux du Commonwealth cette année, appelé par la Wiecon-UCRH. Ajoutons à ces deux coureurs la présence des Français Corentin Ville et Guillaume Gaboriaud, et à un degré moindre Olivier Cron, qui a grossi les rangs du Moka Rangers-ENL SC. On oublie un peu vite le coureur, quatrième du Tour il y a quelques années sous les couleurs de la défunte Fit for Life.

Plateau relevé ? Trop peut-être, même si cela s’inscrit dans une perpétuelle continuité et une quête vers le haut niveau africain. Lawrence Wong, président de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC), l’a lui-même dit en conférence de presse. « Nous avons voulu mettre le Tour de Maurice sur la carte africaine. » Voilà pour le côté ambitieux de la course. Sur le plan sportif, les choses seront à coup sûr animées.

Les premières tendances devraient déjà se dessiner ce soir, avec un prologue dont l’arrivée sera jugée en côte. Puis, place demain à 134 km. Les coureurs prendront la direction du Nord. Mercredi, l’étape de Curepipe, entre le froid, le plat et la côte est, sur environ 104,6 km. Mais ce n’est que jeudi qu’on aura une idée définitive de l’identité du vainqueur. L’étape reine, entre Ébène et Plaine Champagne, la plus longue aussi, sera le moment tant attendu par les grimpeurs pour exprimer leurs qualités. Redoutée et redoutable, cette étape servira en fait à mettre tout le monde d’accord, avec la montée de Fantaisie puis celle de Plaine Champagne en attractions principales.

Vendredi — jour férié — la direction du Tour a planifié deux étapes. Le matin, les coureurs affronteront la montre dans l’espoir de refaire leur retard, entre Ferney et Riche-en-Eau (12,3 km). L’après-midi, le peloton restera dans le sud-est, autour de Riche-en-Eau, pour un critérium de 81 km. Finalement, la dernière étape, samedi — là encore une première pour le Tour — verra les coureurs boucler trois tours de circuit sur une partie du parcours du chrono par équipes des JIOI 2019. À l’arrivée, prévue à Bagatelle, ils auront parcouru samedi 80,3 km, pour un total de 560 km.