D’importants changements sont survenus récemment au niveau des transplantations rénales dans le service hospitalier public. Le Dr Surendra Gigabhoy, qui a pratiqué ces interventions pendant de nombreuses années à l’Hôpital Nehru, n’est plus dans ce service depuis quelque temps et a été transféré à l’Hôpital Jeetoo. Afin de ne pas pénaliser la dizaine de patients en attente d’une greffe rénale, le ministère de la Santé vient de signer un accord avec l’hôpital Artemis, basé en Inde et spécialisé dans différentes transplantations d’organes.
Selon nos renseignements, une équipe de l’hôpital Artemis, une institution privée, était à Maurice en début d’année et a donné des conférences dans les hôpitaux régionaux. Des médecins qui y ont assisté disent qu’ils « ont été séduits » par le savoir-faire de cet hôpital indien en matière de greffes.
Du côté du ministère, on affirme que le Dr Gigabhoy « a signifié son intention d’arrêter les transplantations rénales », d’où les négociations entreprises ces dernières semaines avec l’hôpital indien pour des possibles greffes sur une dizaine de patients à Maurice et qui ont déjà obtenu un rein. « Dès que nous avons appris la décision du Dr Gigabhoy, nous n’avons pas chômé pour trouver des solutions rapidement afin de ne pas pénaliser une dizaine de patients qui ont déjà eu un donneur pour un rein. Les négociations avec Artemis Hospital ont abouti et les transplantations auront lieu durant le mois d’août », a expliqué un responsable du ministère. Mais des médecins en poste à l’Hôpital Nehru avancent une autre version au sujet de l’arrêt des transplantations rénales par leur collègue.
Dvelina Chakravarty, la directrice d’Artemis, était à Maurice au début de ce mois pour signer cet accord. Jusqu’ici les transplantations rénales se déroulaient à l’Hôpital Nehru, à Rose-Belle. Mais la dizaine d’opérations prévues au mois d’août sera assurée par les chirurgiens indiens et aura lieu dans les salles d’opération flambant neuves de la Cardiac Unit de l’Hôpital Victoria. La délégation d’Artemis qui était à Maurice pour la signature de l’accord y a effectué une visite et serait satisfaite de la qualité des infrastructures et de l’ensemble du set-up qui sera mis à leur disposition.