Ils sont mécontents d’être considérés comme des travailleurs de catégorie inférieure alors qu’ils offrent le même service que leurs concurrents. Les membres de la Federation of Bus Owners Co-operative Societies (FBOC) durcissent le ton et attendent une rencontre avec le ministre des Infrastructures publiques et du transport, Nando Bodha, après qu’une lettre lui a été adressée en octobre dernier.
« Nous constatons une discrimination à notre encontre. Notre situation est devenue alarmante et nous sentons que les décisions sont prises sans nous consulter. Nous voulons que le public soit au courant de notre situation », soutient au Mauricien Sunil Jeewoonarain, secrétaire de la FBOC.
Les raisons provoquant la colère des membres de cette association sont l’absence de consultations entre eux et le ministère du Transport sur plusieurs sujets qui les concernent directement. Le projet de Metro Express est l’un des problèmes prioritaires pour la fédération. Évoquant l’inquiétude exprimée par les trois principales compagnies de transport sur ce projet, il avance que le gouvernement a fait de sorte que ces compagnies soient soulagées au détriment des propriétaires d’autobus individuels.  « Il est clair que le gouvernement veut nous faire subir les soucis des principales compagnies de transport en leur permettant de travailler sur nos routes », dit-il. Et d’affirmer avoir noté que plusieurs routes que desservaient uniquement les autobus individuels sont aussi desservies par d’autres compagnies. Face à ce constat, Sunil Jeewoonarain n’a eu d’autre choix que de rencontrer ses membres pour discuter de la marche à suivre.
« Nous sommes très en colère car aucune de nos correspondances n’est prise en considération. Nous croyons que c’est un delaying tactic pour que des décisions soient prises sans qu’on le sache. Nous allons maintenant agir si aucun rendez-vous ne nous est accordé », dit-il. Après sa lettre envoyée au ministère du Transport pour la demande d’une rencontre au mois d’octobre, il regrette que rien ne se soit produit jusqu’à présent. Avant qu’une décision soit prise par la fédération pour leur marche à suivre, il donne 20 jours de plus au ministère du Transport, pour une rencontre avec le ministre de tutelle, Nando Bodha. Sunil Jeewoonarain prévient que des décisions seront prises si aucune rencontre n’est obtenue. La première sera l’organisation d’un grand rassemblement de tous les 800 membres.
Pour Sunil Jeewoonarain, il faut défendre l’intérêt des membres car ces derniers travaillent dans des conditions difficiles. Et ce, sans aucun soutien de la part du gouvernement. Le fait d’ajouter d’autres compagnies d’autobus sur des routes exclusives aux autobus individuels forcera plusieurs membres de la fédération de cesser leurs activités. Si cette situation perdure, il soutient que les propriétaires d’autobus individuels seront contraints à procéder au licenciement de leurs travailleurs. « Cela est devenu une compétition malsaine », dit-il, ajoutant qu’une telle situation fragilise l’industrie du transport. Il fait également ressortir que les membres de la fédération n’obtiennent aucun subside de la part du gouvernement contrairement aux autres compagnies de transport, mais ont un plan de travail qui leur permet de réaliser des profits. Sunil Jeewoonarain dit qu’il cherchera justice en Cour car toutes les compagnies d’autobus doivent obtenir une subvention du gouvernement.
Par ailleurs, le secrétaire de la FBOC s’oppose à la réduction du nombre d’autobus sur le trajet du Metro Express pour s’ajouter aux autobus qui opèrent dans les villages. « Cela augmentera la congestion routière dans cette partie du pays et certains opérateurs éprouveront des difficultés à continuer leurs activités. Nous avons en ce moment plusieurs autobus qui ne roulent pas à cause d’un excédent d’autobus », dit-il. Il ajoute qu’aucune étude n’a été faite en ce sens pour déterminer l’impact d’une telle décision sur la congestion routière. Sunil Jeewoonarain dit ne pas savoir la raison des décisions « unilatérales » du ministère du Transport, qui selon lui, vont directement à l’encontre de la FBOC.
Sunil Jeewoonarain dit vouloir travailler en consultation avec le gouvernement pour que chaque compagnie de transport soit traitée équitablement.