Le gouvernement a recommandé hier le paiement d’une compensation salariale de Rs 150 « across the board » à l’ensemble des travailleurs des secteurs public et privé à partir de fin janvier 2016. Le coût de cette compensation tournerait autour de Rs 1,5 milliard dont Rs 1,2 milliard pour le privé. La décision gouvernementale a été loin de faire l’unanimité, surtout au sein de la classe syndicale qui n’a pas manqué de qualifier la réunion tripartite de « farce ». Le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui a présidé la rencontre tripartite, interrogé par les syndicalistes, est resté inébranlable. « La décision du gouvernement est finale », a-t-il fait comprendre.
Entouré de collègues ministres et de hauts officiels de différents ministères, Vishnu Lutchmeenaraidoo s’est évertué à expliquer la rationalité de la décision prise quelques heures plus tôt par le conseil des ministres. « La réunion tripartite est une occasion pour dialoguer et écouter les différents partenaires sociaux. Après quoi, le cabinet ministériel est appelé à trancher et à communiquer une décision finale, ceci en tenant compte de la capacité des entreprises privées à faire face au coût de la compensation et aussi des retombées sur l’emploi », a-t-il déclaré d’emblée. Le conseil des ministres, a-t-il poursuivi, a pris en compte le fait que toute compensation salariale ne doit pas mettre en péril le développement économique du pays et la création d’emplois, et doit avoir pour objectif d’apporter un certain soulagement à la population.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a ajouté qu’il y a eu cohérence dans l’approche du gouvernement, que ce dernier, tout en étant conscient qu’on ne peut avoir une « République à deux vitesses », s’est assuré de tout mettre en oeuvre pour éliminer l’extrême pauvreté dans le pays et que les richesses soient partagées équitablement.
Avant d’annoncer le montant de la compensation, le ministre des Finances a fait savoir que le gouvernement a pris bonne note de la requête des syndicats de la fonction publique pour que la compensation salariale 2016 soit étendue aux fonctionnaires, ajoutant cependant que cette compensation sera incluse dans la nouvelle grille que proposera le Pay Research Bureau. Vishnu Lutchmeenaraidoo a fait remarquer que le gouvernement a adopté le principe de paiement d’une compensation « across the board » et qui ne fait pas de différence sur la base des fourchettes de salaires. Pour le Grand argentier, le gouvernement a recommandé une compensation qui est supérieure au taux d’inflation pour les travailleurs dont les salaires ne dépassent pas Rs 11 500 et la capacité des petites et moyennes entreprises à appliquer une telle compensation a été considérée.
Alors qu’il complétait son intervention en faisant appel à toutes les parties pour qu’il n’y ait pas de situation conflictuelle autour de la compensation, le ministre devait être interrompu par Ashok Subron qui voulait savoir si le président du comité tripartite était disposé à considérer une contre-proposition syndicale. « Nous ne reviendrons pas sur notre décision », a répondu Vishnu Lutchmeenaraidoo qui a soutenu que le gouvernement ne va rien faire qui mettra en péril l’économie du pays. « Nous faisons tout pour aider ceux au bas de l’échelle », soutient-il.
Les représentants des centrales syndicales ont observé que la réunion tripartite est une « farce » dans la mesure où les propositions syndicales sont tout simplement écartées, le gouvernement maintenant sa position et donnant l’impression, comme cela a été le cas dans le passé, que le montant de la compensation décidé avant les tripartites restera inchangé pendant la réunion et après. Ashok Subron de la General Workers Federation avait voulu savoir quand le texte de loi sur la compensation allait être introduit à l’Assemblée législative et s’il y avait possibilité pour le gouvernement de reconsidérer son offre. Vishnu Lutchmeenaraidoo lui a fait savoir que la décision gouvernementale est finale.
Patronat : « Contexte pas propice »
Du côté du patronat, on faisait ressortir après la réunion qu’avec un taux d’inflation de 1,3 % cette année, « le contexte n’est pas propice pour le paiement d’une compensation salariale ». Raj Makoond de Business Mauritius a observé que le fait d’avoir organisé des rencontres tripartites pour parler du paiement d’une compensation à partir de fin janvier 2016 a pour conséquence que la question ne va pas se poser à nouveau à l’approche de la présentation du budget 2016-2017.
Le patronat a aussi argué que le fait que le principe d’inclusion de la compensation salariale 2016 dans les recommandations du PRB ait été accepté, il y a lieu d’appliquer ce même principe lorsqu’il est question de négociations collectives (collective bargaining).
On est d’avis du côté des employeurs que certaines entreprises, en particulier les PME, éprouveront des difficultés à payer la compensation recommandée.