La faille de sécurité a été débusquée sur des processeurs Intel produits depuis près de dix ans. Elle concerne des millions d’ordinateurs à travers le monde.

Un bug aux ramifications infinies. Une erreur de conception, ou faille « de design », sur les processeurs Intel vendus depuis une dizaine d’années force les concepteurs de systèmes d’exploitation à revoir en profondeur leur fonctionnement.

Parmi eux, Linux, Windows et MacOs. Intel est l’un des principaux fournisseurs de processeurs au monde. Ses puces ont été intégrées à des millions d’ordinateurs ces dix dernières années et Apple les a notamment placées dans ses ordinateurs. Selon les premières informations disponibles, cette faille permettrait à des attaquants d’accéder à des zones privilégiées des systèmes d’exploitation visés, pour récupérer des données confidentielles, dont des mots de passe et clés secrètes. De plus amples précisions sont attendues.

Si un correctif a déjà été mis en place pour Linux, il faudra attendre le 9 janvier et le prochain « Patch Tuesday » pour que celui de Windows soit disponible.