L’affaire de cette mère-fille de 13 ans mariée et retrouvée morte à Goodlands, la semaine dernière, ne cesse de faire des vagues. La goutte de trop.

Une association sera lancée bientôt afin de lutter contre le mariage infantile, une pratique tolérée à Maurice, mais désormais très controversée.

A l’origine de cette association : Anushka Virasawmy, la directrice de Gender Links.

Elle explique qu’en 2015, Maurice n’a pas signé le décret de la SADC contre le mariage infantile.  » A l’époque, nous avions parlé au ministère concerné et nous avions eu comme réponse que cela fait parti de la culture traditionnelle « , souligne-t-elle.

Elle déplore d’ailleurs l’hypocrisie derrière toute cette affaire, car depuis des années le mariage infantile se pratique, malgré les lois l’interdisant. Toutefois, elle reste catégorique :  » Il n’y a pas à sortir de là, à cet âge on ne se marie pas, c’est toujours un enfant ».

Elle rebondit également sur le Children’s Bill, qui vise à offrir une meilleure protection aux enfants. Selon elle, il faut amender certaines lois d’autant que « cela fait 12 ans que le Children’s Bill traîne ».

C’est d’ailleurs dans ce sens que cette association a été créée. Composée d’une cinquantaine de membres, l’association souhaite « faire bouger les choses ». Suite à leur première réunion, ils décideront de la marche à suivre afin de lutter contre ce fléau.