Une femme, âgée de 83 ans, et résidant à Union Park, ne pensait pas que son fils, pour qui elle s’est sacrifiée, la traiterait de la sorte jusqu’à même lui donner un coup de poing au visage.

L’octogénaire a été admise à l’hôpital de Rose-Belle vendredi à la suite de cette agression. Elle n’a non seulement été frappée, mais son agresseur présumé a même tenté de la tuer en l’étranglant de ses mains. Étant donné son âge avancé et les blessures subies, le personnel soignant juge son état de santé inquiétant.

Dans une plainte consignée par un officier du poste de police de Rose-Belle, l’octogénaire, sur son lit d’hôpital, a raconté que depuis la mort de son époux en 2016, son fils n’a cessé de la frapper et la maltraiter. « Je n’ai pas voulu ni le rapporter à la police, ni me rendre à l’hôpital pour ne pas salir sa répu- tation. Mais j’ai changé d’avis vendredi matin lorsqu’il est rentré à la maison. Il s’est dirigé dans la cuisine pour m’insulter ». Elle a ajouté que le suspect lui a lancé : “Narnien pas pou

twa dan sa lakaz la” tout en lui balançant des jurons. Puis, il a menacé de tuer sa mère. « Mon fils m’a saisie à la gorge pour m’étrangler. Il m’a poussé contre un mur avant de me donner un coup de poing au visage », dit- elle dans sa déposition.

Elle doit son salut à un proche qui est intervenu, et es- timant que sa vie était en dan- ger, elle s’est tournée vers la police pour chercher de l’aide. Selon l’octogénaire, elle s’est sentie humiliée par le compor- tement de son fils à son égard, mais, insiste-t-elle, elle ne sou- haite pas quitter sa maison. Elle a ajouté que le suspect prenait de temps en temps son argent de pension. Une “Form 58” lui a été remise après son agression attestant qu’elle a subi des blessures. Son fils est activement recherché par la police.

D’après les renseignements recueillis, c’est une affaire d’héritage qui serait à l’origine de la mauvaise relation entre mère et fils. L’enquête se poursuit sous la supervision de l’ACP Ramsurrun.