Maurice a été élue hier membre du comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, à Paris, à l’issue de la 6e session de l’Assemblée générale des États parties à la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel au siège de l’Unesco. Conservant ce siège pour la période 2016-20, le pays rejoint ainsi les onze autres élus sur ce comité, à savoir l’Arménie, l’Autriche, la Colombie, Cuba, Chypre, le Guatemala, le Liban, la Palestine, les Philippines, le Sénégal et la Zambie. Les états membres se réunissent tous les deux ans lors d’une Assemblée générale et la moitié du comité intergouvernemental est renouvelée.
La délégation mauricienne, composée de la Permanent Secretary du ministère de tutelle, N. Luckheenarain, et de l’Officer in charge du National Heritage Fund (NHF), Shivajee Dowlutrao, était dirigée par le ministre des Arts et de la Culture, Dan Baboo. La candidature de Maurice a bénéficié du soutien d’autres États africains. Dans une déclaration au Mauricien ce matin, Dan Baboo qui se trouvait à Dubaï, en route vers la Tanzanie pour assister à une conférence internationale sur la sauvegarde du patrimoine vivant en tant que moteur du développement durable, a affirmé : « Je suis très content de cette élection. Cela fait honneur au pays. »
Dans un communiqué émis hier, le ministère des Arts et de la Culture souligne que Maurice a obtenu « le soutien des États membres pour le travail accompli en matière de protection et de préservation du patrimoine culturel du pays et son engagement pour l’inscription de ses biens matériels et immatériels sur la liste du patrimoine mondial ».
« Cette reconnaissance internationale est le fruit d’un travail assidu de mon ministère pour protéger, préserver et valoriser nos biens qu’ils soient matériels ou immatériels. Nous avons reçu beaucoup de félicitations pour notre engagement dans ce domaine. À part Le Morne, l’Aapravasi Ghat et le Séga Tipik’ déjà inscrits sur la liste du patrimoine mondial, le dossier du Bhojpuri Folk Songs sera examiné par les experts de l’Unesco en novembre. Une équipe du ministère travaille en parallèle sur le dossier Séga Tambour de Rodrigues et l’Unesco a confirmé que ce dossier sera examiné en 2017 », soutient Dan Baboo.
Pendant les trois jours de travail, l’Assemblée générale a débattu et adopté des résolutions substantielles, dont l’adoption d’un nouveau chapitre réaffirmant l’importance du patrimoine vivant en tant que moteur du développement durable et la révision du montant de subvention internationale accordée pour la sauvegarde des patrimoines, qui est passé de USD 25 000 à USD 100 000. Dan Baboo est rentré au pays dimanche.