Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est vu décerner le titre de Dr of Civil Law Honoris Causa par l’Université de Maurice hier. Dans son discours d’occasion, il a félicité Maurice pour son exemple « d’unité dans la diversité » et a insisté sur le développement durable ainsi que « l’empowerment » des jeunes. Deux clés nécessaires, selon lui, pour faire face aux défis du XXIe siècle. Ban Ki-moon a aussi invité les jeunes à questionner leurs leaders et à faire entendre leurs voix.
« Avec sa diversité, votre pays illumine le XXIe siècle ». C’est en ces termes que Ban Ki-moon s’est adressé aux invités présents à l’Université de Maurice hier après-midi. Évoquant les problèmes qui affectent le monde, le secrétaire général de l’ONU a déclaré que la solidarité humaine est une manière d’y faire face. « Maurice le prouve avec l’unité dans la diversité », a soutenu Ban Ki-moon, avant d’inviter également les leaders à assumer leurs responsabilités.
Pour surmonter les défis du XXIe siècle, a poursuivi le secrétaire général de l’ONU, il faut miser sur le développement durable et le renforcement des capacités humaines, particulièrement les jeunes. « Il faut utiliser le talent et l’énergie des jeunes tout en leur donnant des opportunités décentes. Que ce soit sur le plan socio-économique ou politique ». Ban Ki-moon a ainsi invité les jeunes à « faire entendre leurs voix » et à « oser défier les leaders et les rendre inconfortables. »
D’autre part, il a plaidé pour une meilleure représentation féminine dans les instances de décision. Tout en félicitant Maurice d’avoir une femme comme Présidente, le secrétaire général de l’ONU souhaite voir davantage d’éléments féminins au cabinet et comme CEO dans les entreprises.
« La meilleure façon de faire prospérer un pays est d’investir dans l’éducation », a ajouté Ban Ki-moon, qui a félicité Maurice pour ses différentes mesures facilitant l’accès à l’éducation, notamment le transport gratuit.
Le secrétaire général de l’ONU a rappelé que nous vivons aujourd’hui dans un monde interconnecté où « il n’y a plus d’île ». Chaque pays, si petit soit-il, peut contribuer à trouver des solutions aux problèmes de ce siècle. S’adressant aux jeunes, il les a invités à s’engager : « Je compte sur vous. Vous savez que vous pouvez le faire. Il n’y a rien qu’on ne puisse surmonter. »