L’Université de Maurice (UoM) vient de participer à une conférence au Royaume-Uni ciblant les jeunes en Afrique. Le pro-VC (Planning and Resources), Mohammad I. Santally, qui avait représenté l’UoM à cet événement de trois jours, soutient que le but est de « professionnaliser le travail avec les jeunes ». En ce sens, un programme sera offert très bientôt à l’UoM.

Le pro-VC rappelle que l’UoM avait participé à la Commonwealth Youth Conference à Pretoria, laquelle avait débouché sur la participation de Maurice à la conférence au Royaume-Uni. « Un volet de cette conférence organisée par le Commonwealth Secretariat concernait la professionnalisation du travail dans le domaine de la jeunesse dans les pays en développement. Dans ces pays, plusieurs personnes travaillent avec des jeunes. Le but est de professionnaliser ce qu’ils font », dit-il.

Pour professionnaliser les travaux effectués avec les jeunes, l’idée, lors de cette conférence, était d’établir un programme « innovant et en ligne », et qui s’adapte à leur train de vie. De plus, ceux qui travaillent avec les jeunes auront les compétences nécessaires pour leur transformation. C’est ainsi qu’un consortium de certaines universités a été développé. C’est l’université de West Indies qui chapeaute le consortium, étant donné que cette université a élaboré le curriculum.

Selon Mohammad Santally, pour aller vers cet objectif, les universités réunies dans ce consortium « doivent adapter le curriculum dans leur contexte » et le mettre en application en ciblant ceux qui travaillent avec les jeunes. « Désormais, nous aurons des personnes qui auront un diplôme ou un “Top-Up Degree” dans le travail avec les jeunes », dit-il, ajoutant que ce curriculum « vise aussi les fonctionnaires ». Il avance que le curriculum est « moderne, mais conçu principalement pour les pays d’Amérique latine ». D’où l’importance, selon lui, de l’adapter au contexte local. « Une fois que nous recevrons tout le contenu, nous élaborerons ce programme», dit-il, précisant que l’UoM attend les fonctionnaires du ministère de la Jeunesse et des Sports et les Ong travaillant avec les jeunes pour ce cours. D’ailleurs, une rencontre s’est tenue avec ce ministère pour que les fonctionnaires concernés puissent avoir un aperçu du programme.

Le pro-VC préside un sous-comité sur le curriculum. Ce cours, intégré aux autres programmes de l’UoM, visera à « inculquer les bonnes valeurs » aux jeunes, à l’instar des bonnes attitudes et du patriotisme. En parallèle, il offrira un programme « innovant et en ligne » pour former ceux et celles travaillant avec les jeunes afin qu’ils soient préparés à travailler avec d’autres jeunes à l’avenir. « L’UoM est déjà prête avec ce programme », dit-il. Mohammad Santally soutient que le coût du programme est actuellement à l’étude afin que celui-ci soit « très abordable, vu que cela concerne le développement de la nation ».
Pour rappel, une des retombées de la rencontre entre l’UoM et des agents recruteurs d’universités lors d’un événement organisé en Inde en début d’année avait débouché sur l’aval accordé par le conseil de l’UoM sur la politique visant à travailler avec ces agents. « Nous signerons des contrats très bientôt avec ces agents », précise-t-il. Les programmes offerts avec l’Université de l’Arizona et les cours de médecine seront mis en avant. Concernant les cours en médecine, dix places sont encore disponibles à l’UoM, le but restant d’attirer au moins quelques étudiants étrangers.