Le Victoria square sera complètement libéré d’ici fin octobre 2018

Onze. C’est le nombre de ministres présents jeudi dernier au bureau de Nando Bodha au cours de la présentation aux marchands ambulants du projet de l’Urban terminal à Port-Louis. Sous la pression de la Street Vendors Association (SVA), cette rencontre a permis de remettre sur les rails les modalités et le calendrier de la refonte des gares du Nord et du Sud avec des infrastructures adéquates devant accueillir un millier de colporteurs dans ces futurs espaces commerciaux.

Le consortium, comprenant six sociétés, a, par le biais de son délégué, demandé au gouvernement que le Victoria Square soit complètement libéré d’ici fin octobre pour l’exécution des travaux qui dureront jusqu’au 11 novembre 2020.

Les contours du méga projet de l’Urban Terminal commencent à prendre forme. Pour calmer l’escalade verbale du président de la SVA, Hyder Raman, Nando Bodha a fait parvenir mardi dernier à l’association une lettre officielle destinée à inviter ses membres à une présentation jeudi de ce projet lié au passage du Metro Express dans la capitale. Pour mémoire, la SVA avait, lors d’une conférence de presse, le 21 juin 2018, brandi le spectre d’une manifestation si jamais le ministre des Infrastructures publiques et du Transport ne les rencontrait pas avant 10 jours.

« Telle était la condition pour que nous puissions mettre fin à notre menace de descendre dans la rue et, qui plus est, en compagnie des membres de l’opposition », a soutenu Hyder Raman. Jusqu’alors, il était reproché à Nando Bodha, « son inaccessibilité et silence assourdissant » quant à une rencontre avec les marchands pour s’accorder sur les modalités de leur intégration dans le secteur formel. Aussi, la présence, jeudi, d’autres ministres,Roubina Jadoo-Jaunbocus, Fazila Daureeawoo, Sunil Bholah, Anil Gayan, Alain Wong, Mahen Jhugroo, Leela Devi Dookun-Lutchoomun, Stéphane Toussaint et Soodesh Callichurn, et du lord-maire, Daniel Laurent, a semblé, selon le président de la SVA, « témoigner d’une volonté d’avancer et de dissiper la crainte des marchands qui n’arrivent pas à écouler leurs marchandises et faisant face à de gros problèmes financiers ».

Le consortium comprenant General Construction, IBL, Innodis, Promotion and Development, RHT Bus Services Ltd et Transinvest Construction — auquel une somme de Rs 5 M découlant des revenus collectés pour le “Bus Toll” sera remise annuellement — a présenté au gouvernement le projet officiel. Le point d’orgue demeure, après la signature du « master agreement », que le Victoria Square soit complètement libérée d’ici fin octobre pour des travaux d’envergure sur le site dès novembre et qui dureront 24 mois, avec le « handover » au gouvernement prévu  le 11 novembre 2020.

Aussi, la responsabilité incombera à la National Transport Authority (NTA) d’évacuer le Bus & Taxi Stand. Quant à la mairie de Port-Louis, elle s’attellera à libérer la foire Decaen où sont actuellement recasés les colporteurs qui squattaient les trottoirs de la capitale jusqu’à l’interdiction de 2016. Chez les occupants du lieu, une position unanime a été adoptée : « Nous acceptons de céder les lieux, à condition qu’on soit logés dans un endroit plus décent.» Du côté de la mairie, on fait valoir que pendant la durée des travaux, la municipalité a identifié deux sites sur des terrains privés pour reloger les marchands ambulants, mais rien n’a encore été approuvé. « La question est toujours à l’étude », fait-on savoir.