VACOAS—ENSEIGNE INCONTOURNABLE: Le supermarché London s’offre un lifting

Les clients du supermarché London, situé sur la route principale de Vacoas, s’acclimatent depuis quelques jours à un nouveau local. En effet, le London Supermarket de la localité s’est offert un important lifting : plus d’espace, une meilleure fluidité entre les rayons, par ailleurs mieux achalandés... En cette période de fin d’année, marquée par les festivités, le London Supermarket de Vacoas, un des piliers dans le domaine de la consommation à Maurice, augure une nouvelle ère.
Trois générations : la première, celle de la grand-mère, Popo Kan Wah. Puis celle des fils et des filles, nommément Gérard, Guy, Georges, Jacqueline, Claudette et Maryse. Et la présente, celle de Nicolas, Marie-Noëlle, Joëlle, Yannick, Éric, Matthew, Johann et Andrew. Ces trois générations de la famille Kan Wah sont derrière le succès de l’enseigne London Supermarket, qui compte cinq magasins dans le pays (deux à Vacoas, un à Tamarin, un à Pointe-aux-Sables et un autre à Mahébourg). « Chaque génération a amené sa propre contribution. Au départ, il y a eu les gros efforts consentis des parents et de nous-mêmes. Désormais, ce sont les jeunes qui ont décidé de prendre la relève et qui vont continuer le travail », dit Gérard Kan Wah.
Flash-back : fin des années 70, quand le London d’aujourd’hui n’était pas le supermarché qu’il est devenu, mais un commerce incontournable de La Caverne, Vacoas, où en semaine comme en week-end, les clients de toutes couches sociales venaient s’y approvisionner. La consommation vivait ses premières heures de concurrence… En effet, les “laboutik sinwa” connaissaient leurs dernières heures avec l’avènement des supermarchés – ce que London n’était pas au départ. Mais la persévérance et la détermination des uns et des autres de la famille Kan Wah, injectées d’une « forte dose de passion », comme le dit avec justesse Nicolas Kan Wah, qui a pris les rennes du business familial. Ajouté à cela, beaucoup de visions de la part de cette famille qui voit loin, et c’est ainsi que le modeste local peint en rouge émergera un immeuble en béton, qui abrite toujours l’actuel London Supermarket de Vacoas. Celui-ci a été soumis à des travaux d’agrandissement et d’aménagement durant quelques mois afin d’accueillir « davantage de produits, car offrir des rayons mieux achalandés est le propre d’un commerce qui veut rester près de sa clientèle et lui donner plus de raisons de lui rester fidèle », note le manager, Nicolas Kan Wah. Il poursuit : « Développer dans un grand souci de professionnalisme, tout en respectant un cachet de convivialité et cette touche de proximité qui ont toujours été le point fort de London. » Ainsi se targuent les membres de la famille Kan Wah : « Chez nous, les clients et le personnel forment une grande famille. » Il n’y a qu’à faire un tour les dimanches matin et écouter les conversations entre clients et préposés du supermarché, ainsi que les membres de la famille, qui sont toujours au four et au moulin, pour s’en rendre compte !
Une approche humaine
Au fil des années, retient N. Kan Wah, « l’approche humaine et individuelle envers les clients a fait notre marque de fabrique ». Mais cela, dit-il, « n’a pas été fait sans effort ». En effet, le jeune homme, qui a été lauréat, a opté pour prendre le relais du business familial plutôt que de s’inscrire dans d’autres sphères. Chose rare qui lui vaut l’admiration des aînés ! « Il y a toute une génération avec moi qui a choisi de perpétuer ce que nos parents ont commencé », dit-il humblement. Et d’évoquer ses proches qui le soutiennent dans sa démarche.
Soixante-dix ans de présence dans le pays, ce n’est pas une mince affaire et ce n’est pas donné à tous non plus ! Chez les Kan Wah, de père en fils, on cultive l’effort et le dur labeur. « Les jeunes, comme Nicolas et Yannick, ont souhaité adhérer au développement du business familial », indique Guy Kan Wah. « Et c’est tant mieux ! Nous ne pouvons que les soutenir dans leurs choix et les aider du mieux que nous pouvons, car nous réalisons qu’ils ont pris une fort louable décision… » Leurs efforts, reconnaît pour sa part Gérard Kan Wah, « générera certainement des fruits ». Modeste, Nicolas Kan Wah salue surtout « ce que les aînés ont mis en place avec beaucoup de difficultés, mais toujours en ayant beaucoup de visions, en restant à l’écoute de la clientèle, et en marge des développements rapides dans le domaine de la consommation ».
Conscients que la concurrence est « très certainement rude », N. Kan Wah ne se leurre aucunement et concède qu’il « nous faut rester réalistes ». Il ajoute : « C’est un métier qui réclame une redevabilité financière permanente, tout en requérant la qualité. » Fort de leurs longues années de bons et loyaux services auprès des Mauriciens, dans les différentes régions où l’enseigne London est présente, la famille Kan Wah s’embarque dans une nouvelle phase d’une aventure démarrée avec passion et engagement. « C’est un combat de tous les jours. Il y a des normes de qualité et sanitaires qu’il nous faut scrupuleusement respecter. La récente tragédie du Shoprite de Trianon est vivante dans nos esprits. C’est très triste ce qui s’est passé et on doit s’en inspirer pour que cela ne nous arrive pas », explique N. Kan Wah. De même, termine notre interlocuteur, « nous devons convaincre nos clients de se débarrasser des vieilles croyances, comme celle de débrancher les frigos le soir quand le supermarché est fermé : tout cela fait partie d’un lot complet qui nous aide à assurer une prestation et un service de qualité ».