VARMAGATE : L’heure a sonné pour Yatin Varma

La version de l’ex-Attorney General déterminante pour le Senior Adviser au PMO, Subash Gobine, et l’ancien SP Bala Kamatchi
L'ex AG Yatin Varma lors de sa comparution en cour
  • Maurice Allet, toujours en poste à la MPA malgré une inculpation, confirme que “Yatin rekonet so tor” et que la question de dédommagement a été évoquée dès le 20 mai

L’interrogatoire Under Warning de l’ancien Attorney General, Yatin Varma, par des limiers du Central CID assumera incessamment toute son importance pour deux nouveaux protagonistes dans le feuilleton Varmagate. Dépendant des éléments de réponse que fournira l’ancien ministre travailliste, le Senior Adviser au Prime Minister’s Office et directeur des communications du chef du gouvernement, Subash Gobine, et l’ancien surintendant de police et ex-responsable de la Major Crime Investigation Team (MCIT), Bala Kamatchi, devront être fixés quant à leur sort respectif. Entre-temps, les informations sur par Maurice Allet, président du PMSD et qui n’a pas encore démissionné de la présidence de la Mauritius Ports Authority (MPA), malgré son inculpation provisoire, élargissent le champ d’action de l’enquête au pénal pour entrave à la justice.
Neuf semaines après l’accident de la route survenu à Sodnac, Quatre-Bornes, avec l’agression du jeune Florent Jeannot, Yatin Varma devra dans les prochains jours se mettre à table au QG du Central CID pour tout révéler des tractations initiées en vue de mettre un terme à ce litige. En début de semaine, ses conseils légaux, Mes Gavin Glover et Sanjay Bhuckory, confirmeront aux enquêteurs du Central CID le calendrier pour les séances d’interrogatoire susceptibles de s’échelonner sur plusieurs jours.
Le schéma d’interrogatoire établi par les hommes des ACPs Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi prévoit que pour la première partie du Questioning, l’ancien Attorney General sera appelé à dévoiler ses relations avec les différents protagonistes, soit des membres de la famille Jeannot à Maurice Allet en passant par Subash Gobine, l’ancien surintendant Kamatchi, ou encore le dénommé Raj Ramrachia et l’ex-Private Parliamentary Secretary Reza Issack.
Au nom de chacun de ces contacts, le Central CID tentera d’établir une Time Line de leurs interventions aussi bien que leurs rôles respectifs dans les négociations avec des membres de la famille Jeannot, principalement le père. Ainsi, Yatin Varma devra révéler les circonstances et la période au cours desquelles l’ancien surintendant a été mêlé à cette affaire et les conseils du Senior Adviser au Prime Minister’s Office, ainsi qu’une vieille connaissance d’affaires de Raj Ramrachia.
Ces détails seront consignés en prélude au volet consacré aux révélations faites par Maurice Allet à son retour de mission officielle mardi dernier. La principale confirmation recherchée portera sur la teneur des échanges au bureau du président de la Mauritius Ports Authority où, selon les aveux de Mario Jeannot, le président de la MPA aurait déclaré d’entrée de jeu : “Pou fané, li (Yatin) ine fané. Mé li oulé arranz les choses. Nou trouve ène solusyon. Yatin rekonet so tort. Li disposé dédomaz to piti.” Cette phrase risque de peser lourd au moment des comptes.
L’ancien Attorney General devra donner des détails à la police sur la mission qui avait été confiée à Maurice Allet à partir du 19 mai dernier suite à l’échec de la médiation Kamatchi aussi bien que les détails des négociations lors de ses rencontres avec Mario Jeannot et d’autres membres de la famille.
La question du montant du dédommagement à différentes étapes partant de Rs 2 millions pour descendre à Rs 1,5 millions devra figurer en bonne place de l’interrogatoire de Yatin Varma. Ce dernier devra aussi faire état de ses confidences et de ses excuses faites à la mère du jeune Florent Jeannot, au téléphone et face à face.
De son côté, Maurice Allet a apporté, avec des nuances, la Corroborative Evidence nécessaire à la chronologie des rencontres entre le 20 mai et le 4 juin, dont fait état Mario Jeannot. Le président du PMSD n’a pas contesté le fait que lors de la seconde rencontre organisée à la demande de Mario Jeannot dans l’enceinte de l’écurie Allet au Mauritius Turf Club (MTC), il aurait pu déclarer que “le deal is on” lors d’une conversation téléphonique avec Yatin Varma, ou encore qu’à la demande de celui-ci tout devrait être conclu après le 3 juin sur les conseils de son pandit.
En conclusion à son interrogatoire, Maurice Allet a évoqué des menaces proférées par Mario Jeannot à l’encontre de Yatin Varma dont un “vous allez entendre parler de moi dans une semaine” au téléphone en date du 6 juin. Des copies de messages SMS ont également été versées au dossier à charge...Neuf semaines après l’accident de la route survenu à Sodnac, Quatre-Bornes, avec l’agression du jeune Florent Jeannot, Yatin Varma devra dans les prochains jours se mettre à table au QG du Central CID pour tout révéler des tractations initiées en vue de mettre un terme à ce litige. En début de semaine, ses conseils légaux, Mes Gavin Glover et Sanjay Bhuckory, confirmeront aux enquêteurs du Central CID le calendrier pour les séances d’interrogatoire susceptibles de s’échelonner sur plusieurs jours.
Le schéma d’interrogatoire établi par les hommes des ACPs Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi prévoit que pour la première partie du Questioning, l’ancien Attorney General sera appelé à dévoiler ses relations avec les différents protagonistes, soit des membres de la famille Jeannot à Maurice Allet en passant par Subash Gobine, l’ancien surintendant Kamatchi, ou encore le dénommé Raj Ramrachia et l’ex-Private Parliamentary Secretary Reza Issack.
Au nom de chacun de ces contacts, le Central CID tentera d’établir une Time Line de leurs interventions aussi bien que leurs rôles respectifs dans les négociations avec des membres de la famille Jeannot, principalement le père. Ainsi, Yatin Varma devra révéler les circonstances et la période au cours desquelles l’ancien surintendant a été mêlé à cette affaire et les conseils du Senior Adviser au Prime Minister’s Office, ainsi qu’une vieille connaissance d’affaires de Raj Ramrachia.
Ces détails seront consignés en prélude au volet consacré aux révélations faites par Maurice Allet à son retour de mission officielle mardi dernier. La principale confirmation recherchée portera sur la teneur des échanges au bureau du président de la Mauritius Ports Authority où, selon les aveux de Mario Jeannot, le président de la MPA aurait déclaré d’entrée de jeu : “Pou fané, li (Yatin) ine fané. Mé li oulé arranz les choses. Nou trouve ène solusyon. Yatin rekonet so tort. Li disposé dédomaz to piti.” Cette phrase risque de peser lourd au moment des comptes.
L’ancien Attorney General devra donner des détails à la police sur la mission qui avait été confiée à Maurice Allet à partir du 19 mai dernier suite à l’échec de la médiation Kamatchi aussi bien que les détails des négociations lors de ses rencontres avec Mario Jeannot et d’autres membres de la famille.
La question du montant du dédommagement à différentes étapes partant de Rs 2 millions pour descendre à Rs 1,5 millions devra figurer en bonne place de l’interrogatoire de Yatin Varma. Ce dernier devra aussi faire état de ses confidences et de ses excuses faites à la mère du jeune Florent Jeannot, au téléphone et face à face.
De son côté, Maurice Allet a apporté, avec des nuances, la Corroborative Evidence nécessaire à la chronologie des rencontres entre le 20 mai et le 4 juin, dont fait état Mario Jeannot. Le président du PMSD n’a pas contesté le fait que lors de la seconde rencontre organisée à la demande de Mario Jeannot dans l’enceinte de l’écurie Allet au Mauritius Turf Club (MTC), il aurait pu déclarer que “le deal is on” lors d’une conversation téléphonique avec Yatin Varma, ou encore qu’à la demande de celui-ci tout devrait être conclu après le 3 juin sur les conseils de son pandit.
En conclusion à son interrogatoire, Maurice Allet a évoqué des menaces proférées par Mario Jeannot à l’encontre de Yatin Varma dont un “vous allez entendre parler de moi dans une semaine” au téléphone en date du 6 juin. Des copies de messages SMS ont également été versées au dossier à charge...Neuf semaines après l’accident de la route survenu à Sodnac, Quatre-Bornes, avec l’agression du jeune Florent Jeannot, Yatin Varma devra dans les prochains jours se mettre à table au QG du Central CID pour tout révéler des tractations initiées en vue de mettre un terme à ce litige. En début de semaine, ses conseils légaux, Mes Gavin Glover et Sanjay Bhuckory, confirmeront aux enquêteurs du Central CID le calendrier pour les séances d’interrogatoire susceptibles de s’échelonner sur plusieurs jours.
Le schéma d’interrogatoire établi par les hommes des ACPs Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi prévoit que pour la première partie du Questioning, l’ancien Attorney General sera appelé à dévoiler ses relations avec les différents protagonistes, soit des membres de la famille Jeannot à Maurice Allet en passant par Subash Gobine, l’ancien surintendant Kamatchi, ou encore le dénommé Raj Ramrachia et l’ex-Private Parliamentary Secretary Reza Issack.
Au nom de chacun de ces contacts, le Central CID tentera d’établir une Time Line de leurs interventions aussi bien que leurs rôles respectifs dans les négociations avec des membres de la famille Jeannot, principalement le père. Ainsi, Yatin Varma devra révéler les circonstances et la période au cours desquelles l’ancien surintendant a été mêlé à cette affaire et les conseils du Senior Adviser au Prime Minister’s Office, ainsi qu’une vieille connaissance d’affaires de Raj Ramrachia.
Ces détails seront consignés en prélude au volet consacré aux révélations faites par Maurice Allet à son retour de mission officielle mardi dernier. La principale confirmation recherchée portera sur la teneur des échanges au bureau du président de la Mauritius Ports Authority où, selon les aveux de Mario Jeannot, le président de la MPA aurait déclaré d’entrée de jeu : “Pou fané, li (Yatin) ine fané. Mé li oulé arranz les choses. Nou trouve ène solusyon. Yatin rekonet so tort. Li disposé dédomaz to piti.” Cette phrase risque de peser lourd au moment des comptes.
L’ancien Attorney General devra donner des détails à la police sur la mission qui avait été confiée à Maurice Allet à partir du 19 mai dernier suite à l’échec de la médiation Kamatchi aussi bien que les détails des négociations lors de ses rencontres avec Mario Jeannot et d’autres membres de la famille.
La question du montant du dédommagement à différentes étapes partant de Rs 2 millions pour descendre à Rs 1,5 millions devra figurer en bonne place de l’interrogatoire de Yatin Varma. Ce dernier devra aussi faire état de ses confidences et de ses excuses faites à la mère du jeune Florent Jeannot, au téléphone et face à face.
De son côté, Maurice Allet a apporté, avec des nuances, la Corroborative Evidence nécessaire à la chronologie des rencontres entre le 20 mai et le 4 juin, dont fait état Mario Jeannot. Le président du PMSD n’a pas contesté le fait que lors de la seconde rencontre organisée à la demande de Mario Jeannot dans l’enceinte de l’écurie Allet au Mauritius Turf Club (MTC), il aurait pu déclarer que “le deal is on” lors d’une conversation téléphonique avec Yatin Varma, ou encore qu’à la demande de celui-ci tout devrait être conclu après le 3 juin sur les conseils de son pandit.
En conclusion à son interrogatoire, Maurice Allet a évoqué des menaces proférées par Mario Jeannot à l’encontre de Yatin Varma dont un “vous allez entendre parler de moi dans une semaine” au téléphone en date du 6 juin. Des copies de messages SMS ont également été versées au dossier à charge...


AU LANCEMENT DE EBÈNE ACCELERATOR À ÉBÈNE HIER : Interrogé sur Maurice Allet, Xavier Duval «No comments»
Le flou persiste toujours du côté du Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) autour de Maurice Allet, président du parti. Le ministre des Finances, Xavier Duval, s’est hier, à l’issue de la cérémonie de lancement de l’ Ebène Accelerator, refusé à tout commentaire aux questions de la presse au sujet de la présence de son collègue au congrès de l’aile jeune du PMSD ou de sa démission. Interrogé, le leader du PMSD n’a pas jugé bon de jeter la lumière sur les interrogations de la presse concernant le président de la Mauritius Ports Authority, accusé de complot pour entrave à la justice dans le Varmagate.