Le vice-Premier ministre et ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval, a déclaré hier soir que « le secteur des véhicules reconditionnés a aidé à démocratiser l’économie du pays, avant même que ce nom ne soit inventé ». « Si aujourd’hui les membres de la Dealer in Imported Used Motor Vehicles Association (DIVA) vendent 9 000 voitures annuellement, c’est qu’il y a un marché pour ces voitures ». C’était à Trou-aux-Biches, à l’occasion du 15e anniversaire de cette association qui compte environ 5 000 membres.
Xavier-Luc Duval a dit être heureux de constater que « cette industrie a progressé » et « a aidé à démocratiser l’économie du pays, avant même que ce nom ne soit inventé ». « Beaucoup d’agents importaient des voitures auparavant. Cependant ce sont les amendements apportés à la loi par le gouvernement en 1999-2000 qui ont rendu le business solide et durable, non seulement pour tous les membres de l’association, mais aussi pour tous les Mauriciens », dit-il.
Xavier-Luc Duval a dit espérer que les membres de la DIVA continueront à offrir de la qualité, « qui est la seule garantie de durabilité d’un business, et de “value for money” ». « J’espère que ces voitures continueront à faire plaisir aux Mauriciens et permettront à ceux qui n’ont pas des centaines de milliers ou des millions de roupies, d’avoir la possibilité de les acheter ». D’autre part, Xavier-Luc Duval espère « qu’à travers votre force commerciale, vous allez faire une percée vers les voitures hybrides, ce qui serait bon pour notre environnement ». Mais, a-t-il nuancé, « il faut savoir que le consommateur est roi et lorsqu’on vend une voiture, c’est votre réputation qui est en jeu ».
Pour sa part, le président de la DIVA, Zaid Ameer, a rappelé avoir rencontré plusieurs ministres du Commerce avant 2000. « Mais c’est Xavier-Luc Duval qui avait porté une attention particulière à notre demande et nous avions ainsi pu créer une nouvelle race d’entrepreneurs ». Le vice-Premier ministre, dit-il, les a aussi aidés à importer des véhicules d’autres régions du Japon après la catastrophe nucléaire à Fukushima. Par ailleurs, Zaid Ameer a annoncé que la DIVA compte offrir une ambulance au gouvernement mauricien dans les semaines à venir.
Rappelons que dans les années 90, l’importation de véhicules de seconde main se faisait uniquement à travers des agents commissionnaires qui, selon la DIVA, « se concentraient sur d’autres produits commerciaux et négligeaient ainsi l’aspect qualité des véhicules importés ». De trois ou quatre showrooms à ses débuts, la DIVA est passée à une centaine dans ce secteur à servir la clientèle, créant ainsi 5 000 emplois directs et indirects.