VELOGIC – LA COUPE DES PRÉSIDENTS — G 2 (55+) —2100M : Kingmambo’s Legacy en démonstration

Kingmambo’s Legacy a offert une première victoire de groupe à Chandradutt Daby en tant qu’entraîneur, alors qu’en tant que jockey il avait eu l’occasion de remporter cette même épreuve en selle sur Mustang Manny. L’alezan a ajouté la manière à son succès. Il a joué la carte from pillar to post. C’est-à-dire made every post a winning one, avec à la clé le meilleur temps de la saison sur 2100m. Et ses adversaires n’y ont vu que du feu. Le plus proche s’est retrouvé à plus de 3L. Du coup, Dinesh Sooful réalisait son triplé de la journée.
Il n’était pas faut de dire que Kingmambo’s Legacy n’avait pas été bien piloté par Ioannis Poullis à sa dernière sortie. Le Chypriote n’avait tiré profit du bon départ de son cheval pour prendre la foulée de Vettel et il avait trop tardé avant de le lancer. On se souvient que ce n’est qu’à 600m de l’arrivée qu’il avait tenté quelque chose. Cette fois, les données ont quelque peu changé avec le départ lent de Vettel. Toutefois, le challenge de Dawn Raid n’était pas prévu. Ces deux chevaux se sont démarqués du reste du peloton qui était emmené par un Vettel bien amorphe. Il n’a rien pu faire pour se rapprocher de la tête de la course.
Il est vrai de dire que l’allure était rapide. Moins de 7" pour les premiers 100m et les 600m qui ont suivi ont été couverts en 35"32, ce qui est un temps bien rapide. Il faut ici souligner que ce n’est qu’après 400m de course que Kingmambo’s Legacy a pu prendre les devants, non sans avoir gêné Dawn Raid, qui a dû être retenu sur environs trois foulées. Le rythme a baissé entre les 1400m et le Tombeau Malartic sans pour autant que les Solar Star et autre Bouclette Top ne puissent se rapprocher. En fait, on trouve que ce dernier aurait pu le faire car il s’est montré ardent et a été retenu par son cavalier.
Disco Al était bien distancé. Il est vrai qu’on préfère qu’il ne soit pas bousculé au début d’un parcours. Cependant, comme les conditions de la course n’ont pas été celles auxquelles son jockey s’attendait, il aurait mieux fait d’essayer de combler une partie de son retard quand le cheval de tête avait réduit l’allure. On a eu droit à une nouvelle accélération du meneur au début de la descente. Dawn Raid est resté dans son sillage à environ deux longueurs. À 600m de l’arrivée, Kingmambo’s Legacy est reparti de plus belle. Dawn Raid a suivi son démarrage sans accuser le coup et a même donné l’impression de pouvoir revenir aux 1500m. Mais il avait été écrit que Kingmambo’s Legacy ne serait pas rejoint. Il a sorti un nouveau coup de reins dans les derniers 100m pour l’emporter haut la main.
La quatrième place est revenue à Easy Lover, qui était déjà battu au départ vu qu’il avait accusé plusieurs longueurs de retard à l’ouverture des stalles. Solar Star a déçu. On s’attendait à mieux de sa part. Mais comme on est en fin de saison et qu’il a beaucoup donné ces derniers temps, on ne peut pas trop le condamner. Il en est de même pour Disco Al, qui n’a devancé que ses trois compagnons de box. Bulsara, lui, n’a pu passer la transition 1500-2100m. Il a été pris à la gorge par le rythme imposé et n’a jamais faire sentir sa présence. Bouclette Top demeure une énigme qu’il n’est pas facile d’élucider. Vettel n’a plus sa place pour rester en compétition.
 
LES AUTRES COURSES

Le triplé de Dinesh Sooful

1. Spin A Coin qui récidive de belle manière. À la faveur d’une bonne ligne, il a pu tranquillement prendre position sur les barres, alors qu’à l’avant Halabaloo a été inquiété par Mighty Lion qui, après un départ lent, a essayé de prendre les devants. Sea Pass s’est montré plutôt amorphe au départ et a dû être pris en main par son cavalier pour ne pas être décroché. Par contre, St Arnault a été l’auteur d’une bonne mise en action et avait trouvé un très bon placement. On dira que le rythme était d’un bon niveau pour la catégorie de chevaux qui étaient engagés dans la course. Halabaloo en tête aurait peut-être pu attendre avant d’accélérer à 600m de l’arrivée. Mais quoi qu’il en soit, il n’aurait pu tenir tête à Spin A Coin, qui a pris ses distances à l’amorce du dernier tournant. St Arnault s’est mis à ses trousses, mais n’a pu que grignoter du terrain. Sea Pass avait le penchant pour verser sur sa droite et n’a pas accéléré comme prévu. Prince Of Arabia a bien terminé, sans plus, pour accrocher la quatrième place devant son compagnon de box Vintage Angel, qui a sans doute trouvé la distance un peu longue pour ses aptitudes.

2.  La victoire a enfin souri à Noordhoek Ice, un succès qui ne s’est dessiné que sur a fin. Pour les propriétaires, c’était la joie étant donné que leur protégé n’avait pu ouvrir son compteur jusque-là. Force est de constater que le niveau des engagés de cette deuxième épreuve était un cran au-dessous de ceux de la course d’ouverture. Il n’y a qu’à jeter un coup d’œil au chrono pour s’en rendre compte. 1'39"62 contre 1'41"34. On a aussi eu droit à une fin de course pénible de la part de la majorité d’entre eux. On avait dit que Noordhoek Ice ne possédait pas assez d’accélération et il l’a confirmé. S’il a pris la mesure de Rasta Rebel au finish, c’est surtout dû au fait que la monture de Steven Arnold a été contrainte à s’user prématurément pour contourner le handicap de sa mauvaise ligne. Gstaad a tenté le tout pour le tout, mais a manqué de résistance. Havana Breeze n’a jamais été dans le coup. Il semblerait qu’il ait lâché son mors. Roman Silvanus a eu trop de terrain à refaire, tout comme Wing Man. Pour Craftsman, c’est sans doute la distance qui n’a pas été à sa convenance.  

3. Steal A March qui renoue avec le succès après avoir obtenu une course idéale par rapport à Avail. Steal A March s’est contenté de prendre position à la corde en sixième position. Imran Chisty a essayé de contourner la difficulté de la mauvaise ligne d’Avail, mais s’est retrouvé en épaisseur avant de reprendre sa monture. On peut aussi avancer qu’il a été incommodé au début de la ligne droite. À l’avant, Cula a fait ce qu’il faut pour conserver suffisamment de ressources. Toutefois, il n’a pu continuer sur le même rythme. On peut penser qu’Antwerp s’est retrouvé trop en retrait et a eu trop de terrain à refaire. Declarator a eu un parcours difficile. Mambo était bien placé mais n’a pas accéléré. Chester’s Wish n’a pas fait sentir sa présence. Si Steal A March a revisité le box des vainqueurs, il en a été de même pour Kersley Ramsamy, qui n’avait pas gagné depuis la 28e journée avec Nordic Warrior. Gilbert Rousset, lui, a encaissé Rs 150 000 pour reprendre ses distances face à Rameshwar Gujadhur.

4. La logique a été respectée avec Talbec, même si on appréhendait un manque de rythme et la présence d’Emblem Royale seul à l’avant. La course s’est déroulée comme on s’y attendait. La monture de Dinesh Sooful s’est vite placée en tête pour diriger les opérations. Comme attendu, le cavalier mauricien n’a été nullement pressé pour rallier le but. Il a, au contraire, fait de sorte de retarder cette échéance le plus longtemps possible. Le tempo a été d’un niveau très moyen. On a enregistré 13"27, 12"56, 13"43, 13"67 entre les 1800m et le Tombeau Malartic. Malgré cela, Emblem Royale a été incapable de soutenir la comparaison au finish pour terminer dernier. On aurait pensé que Roving Jet, condamné à l’extérieur avec le nez au vent, aurait tenté quelque chose, mais son jockey a campé sur sa position. Kurundu a pointé le nez, mais s’est vite retrouvé sous la menace de Talbec, qui s’est démarqué dès que son jockey lui a donné un coup de cravache. New Star a privé Bono Vox du troisième accessit. À noter que Nordic Storm avait perdu plusieurs longueurs au départ.

5. Tanjiro a été exact au rendez-vous pour se racheter de sa course quelconque lors de sa première tentative sous ses nouvelles couleurs. Piloté par Dinesh Sooful, il faut reconnaître qu’il a eu un parcours de rêve, dans le sens où il y a eu lutte à l’avant entre Silver Snaffles et Independence. Ce dernier a eu à lutter pour prendre les devants, mais il a ralenti à partir des 1400m. Comme Silver Snaffles est un cheval qui est avant tout un gallopper, Steven Arnold l’a redirigé vers la tête de la course. Il faut souligner qu’il l’a fait en pleine montée et cela a sans doute eu une incidence sur sa fin de course. Peut-être aussi que la cravache australienne n’a pas été bien inspirée en demandant à sa monture de fournir son effort à 600m de l’arrivée. Mais comme Silver Snaffles n’est pas vraiment un finisseur, on ne peut trop le condamner. Dinesh Sooful a peut-être lui aussi présumé des capacités de Tanjiro. Il ne pensait sans doute pas qu’il pouvait être rejoint. Toutefois, il a résisté de justesse au retour de Greys Inn Control. Seven Fountains, lent au départ, est venu souffler la troisième place à Silver Snaffles.  

7. Le doublé pour Gilbert Rousset, alors que Pravesh Horil remportait sa première course de la saison. Il semblerait que les dés sont jetés en ce qui concerne le championnat des entraîneurs. Aspara est enfin parvenu à passer le but en premier. Il a cependant dû attendre le verdict de la photo-finish pour connaître le gagnant car Flower Blue avait passé le but dans la même foulée après avoir mené les opérations depuis le départ. Cette course n’a pas été lancée sur des bases élevées dans la partie initiale. Raheeb et Chap Trap en ont profité, surtout ce dernier, pour se positionner dans le peloton de tête. En fait, Raheeb semble avoir démarré mieux que prévu. Aussi, quand il a pris la foulée du meneur, on était en droit de penser qu’il était le plus gros danger pour le favori. Le rythme est monté d’un cran dès l’amorce de la ligne droite d’en face. Raheeb restait facile dans son action. Aspara n’était pas mal non plus, mais il avait à démontrer un autre visage en fin de parcours. Pravesh Horil s’est bien démené pour avoir le dernier mot. La troisième place est revenue à Blue Jeans, qui a précédé le nouveau Spun Out. Raheeb, lui, a terminé sur les genoux.

8. Petite surprise à l’arrivée de la dernière course, avec Storm Clipper qui réalise le bout en bout sous la selle de Pravesh Horil, qui accrochait son doublé de la journée. Cette cravache s’est bien adaptée à la monte de ce cheval, qui a tendance à se montrer. Mais comme Storm Clipper avait bien sauté, son jockey n’a pas eu à le solliciter pour diriger les opérations. Ainsi, le cheval a couru relax et a pu aller jusqu’au bout de la ligne droite pour ouvrir son palmarès. Ruby Rocker a fait ce qu’il a pu après un départ quelconque et s’est retrouvé plus en retrait que prévu. Sa tendance à verser à l’intérieur l’a gêné et il s’est trouvé à trois-quarts de longueur. Starspangled Banner, lui, espérait pouvoir imposer sa loi, mais a trouvé plus rapide que lui et s’est contenté de la troisième place. En ce qui concerne Yoda Man, son jockey a opté pour un passage à l’intérieur et n’a jamais pu trouver le jour. Il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’il aurait mieux terminé si son jockey avait pu le monter comme il se devait.

Sooful et Bundhoo suspendus
Tout n’a pas été rose pour Dinesh Sooful, auteur d’un beau triplé samedi. Le Mauricien a été trouvé coupable d’une faute d’interférence à l’encontre de Dawn Raid, alors qu’il était en selle sur Kingmambo’s Legacy. Il n’a toutefois écopé que d’une semaine de mise à pied. Il a aussi été condamné à une amende de Rs 20 000 pour avoir trop réduit le rythme lorsqu’il était associé à Emblem Royale. Les Racing Stewards ont trouvé que, de par sa faute, Kurundu est monté sur ses postérieurs en plusieurs occasions alors que le cheval de Ramapatee Gujadhur avait tendance à être ardent depuis le départ. Vijay Anand Bundhoo (Independence) a aussi été pénalisé pour le même genre de faute. Il lui a été reproché d’avoir trop repris son cheval et mis Tanjiro en difficulté.

Bardottier ne fait pas
honneur au quadricolore

Jeanot Bardottier n’a pas fait honneur au pays à Abu Dhabi et a été contraint à plier bagage. Notre confrère Turf Magazine avait fait état dans sa dernière édition que le cavalier mauricien avait obtenu un contrat pour monter pour le compte de l’entraîneur R. Bouresly. Il avait déclaré à cet effet pouvoir monter à 55 kg. Or, quand il s’est présenté sur la balance vendredi, son poids était de 58,5 kg. L’entraîneur n’a pas eu d’autre choix que de résilier son contrat et, dans la foulée, un terme a été mis à son permis de travail. Et dire que le board des administrateurs lui avait fait une faveur en convertissant les deux semaines de suspension qu’il avait encore à purger en une amende, et ce, pour lui permettre de continuer à exercer son métier hors du pays alors qu’il n’a pas de licence pour exercer au Champ de Mars.