VIOLENCE CONJUGALE : Deux femmes tuées

Vacoas : Un quadragénaire d’origine belge tue sa femme, Vedavadee Dhonit (62 ans), dans l’après-midi après une énième dispute familiale
  • Clémencia : Sunita Ramotar (43 ans) agressée mortellement au sabre par son époux avant que ce dernier ne fasse deux tentatives de suicide

Le lundi de Pâques, marqué par le deuil national suite aux inondations meurtrières de samedi, a été encore plus dramatique pour deux familles de Clémencia et de Vacoas. Sunita Ramotar (43 ans) et Vedavadee Dhonit (62 ans) ont été tuées par leur époux. Les enquêtes policières sur ces deux cas ont été straight forward, avec les deux suspects écroués.
Les informations disponibles de sources policières indiquent que c’est aux alentours de 18 heures hier que le cadavre de Vedavadee Dhonit a été retrouvé dans le salon du domicile familial à Vacoas, avec de multiples blessures et saignant abondamment. Après un premier examen on the spot, le corps a été transporté à la morgue à des fins d’autopsie. Cet exercice pratiqué par le Police Medical Officer devait révéler que la sexagénaire est décédée suite à une « aspiration of blood following injuries with multiple fractures of ribs ».
De son côté, l’enquête policière devait dès le début être orientée vers l’époux de la victime, Yves Georges Dhonit, 49 ans, d’origine belge et chauffeur de profession. Le suspect n’a pas tardé à passer à table en avouant que les disputes étaient très fréquentes au sein du couple. Ainsi, cette tension au sein de la famille Dhonit a complètement dérapé dans l’après-midi d’hier avec le suspect principal infligeant plusieurs coups, dont avec le pied, à sa femme. Depuis hier soir il est en détention policière en attendant sa comparution en cour ce matin pour son chef d’accusation provisoire.
À Clémencia, dans la région de Rivière-Sèche dans l’est de l’île, Sunita Ramotar, femme laboureur, a été sauvagement agressée à coups de sabre par son époux, Gianeeram (52 ans). La victime de 43 ans a été retrouvée dans une mare de sang dans la cuisine avec le sabre à ses côtés. Selon l’autopsie, sa mort est due à une « chop wound of the neck ».
Vraisemblablement pris de remords après cette agression mortelle, l’époux Gianeeram Ramotar a tenté de se donner la mort à deux reprises. Il aurait d’abord ingurgité une substance nocive avant de tenter de se jeter du Pont Lardier. D’ailleurs, c’est à cet endroit que le suspect, qui était dans un état de somnolence et portant plusieurs blessures à la tête, a été retrouvé. Il a été admis à l’hôpital de Flacq sous forte surveillance policière.