VIOLENCE ET INDISCIPLINE SCOLAIRE Rivalités des collégiens — JKC/Regis Chaperon SSS : les « Bad Boys » se réconcilient

Riyaad Sheriff (président du Student Council du JKC) : « Assez avec ces bagarres et ces rivalités inutiles. Investissons-nous plutôt dans nos études »
Les élèves du John Kennedy College en compagnie de leur recteur arrivant hier au SSS Marcel Cabon pour la rencontre de réconciliation avec leurs amis du Dr Regis Chaperon SSS

 

Un groupe d’élèves du John Kennedy College (Beau-Bassin) et du Dr Regis Chaperon SSS (Belle-Rose) se sont rencontrés hier pour mettre un terme aux rivalités – souvent empreintes de bagarres violentes — qui existent depuis des années entre ces deux institutions d’État. Ce désir de réconciliation a été scellé en terrain neutre, soit au SSS Marcel Cabon à Barkly. Les représentants des deux collèges veulent que leur démarche soit le début d’une prise de conscience au niveau national pour réduire l’indiscipline en milieu scolaire. Enfin le sursaut tant attendu et qui mérite d’être soutenu à l’heure où l’opinion publique s’inquiète des comportements déviants des jeunes.

 

Les élèves du John Kennedy College (JKC) et du Dr Regis Chaperon SSS (DRC) – deux établissements pourtant bien éloignés l’un de l’autre – entretiennent des relations conflictuelles qui ont souvent dégénéré en rixe ces dernières années. C’est ainsi que dans le public, ils ont le surnom de « bad boys ». Le moindre incident impliquant un des leurs est rapporté dans les médias et éclabousse les noms des deux institutions. Mais personne ne connaît les vraies raisons de ces rivalités et c’est ce que confirment les résultats d’un sondage entrepris en début de semaine au sein du DRC par le Student Council et le Prefect Body. « Nous avons essayé de comprendre la source des problèmes entre nos deux collèges mais nous n’avons trouvé aucune réponse », a souligné hier Ajmal Cadersa, Head Boy du collège de Belle-Rose.

Aujourd’hui, conscients de l’étendue de la violence parmi les jeunes et qui se généralise en milieu scolaire, les représentants d’élèves des deux collèges ont voulu mettre un terme à leurs rivalités. C’est ainsi qu’ils ont répondu positivement à la proposition faite en ce sens par Soondress Sawmynaden, recteur du JKC. Également président du syndicat des recteurs des collèges d’État, il en a assez d’entendre des propos négatifs sur les deux établissements à chaque fois que le problème de l’indiscipline en milieu scolaire est évoqué dans les médias.  

« De par mes fonctions de chef d’établissement et de représentant des recteurs, je suis parfaitement au courant des difficultés liées au bad behaviour des jeunes. C’est l’escalade de la violence et il faut l’arrêter. Le problème qui existe entre JKC et DRC se répète ailleurs, mais malheureusement ce sont les mêmes collèges qui sont ciblés dans l’opinion publique. Je me suis dit pourquoi ne pas faire se rencontrer les élèves des deux établissements pour crever l’abcès et à partir de là enclencher d’autres actions pour assainir la situation », indique au Mauricien Soondress Sawmynaden.

La rencontre de la réconciliation – qui fera date –, loin des feux des projecteurs, a eu lieu au Marcel Cabon SSS pour éviter les réactions comme « ki fer nou ki bizin al kot zot e ki fer zot pa vinn kot nou ». « Il est grand temps de changer et de tourner la page sur les événements passés » ont lancé tour à tour hier les élèves qui ont pris la parole. « À quoi cela sert-il de nous bagarrer entre nous, surtout pour des raisons que l’on ne connaît pas ? Le monde est confronté à tant de problèmes qui requièrent la collaboration de tout un chacun. Retournons dans nos collèges avec un autre esprit et sensibilisons nos amis sur la nécessité de se rassembler plutôt que d’être divisé », a soutenu Jaynesh Narroo, Head Boy du JKC. 

Ces jeunes sont toutefois très lucides : ils ont admis hier que le changement d’attitude réclamé des deux côtés sera un long processus et « will be a hard thing ». Cependant, ils gardent espoir que leur démarche entreprise hier ne sera pas qu’un feu de paille et que leurs benjamins feront tout pour faire durer cette réconciliation. « Il faut bien commencer quelque part. Il y a un philosophe qui a dit que tout long trajet commence par un premier pas et nous avons fait ce premier pas », a ajouté avec conviction Riyaad Sheriff, président du Student Council du JKC.

 

Les collégiens ont fait hier quelques suggestions pour des actions communes dans l’immédiat afin de consolider ces nouvelles relations cordiales. Ils ont proposé par exemple l’organisation de match de football et d’activités pour la protection de l’environnement, qui est un souci national.

Les représentants d’élèves du JKC et du DRC sont aussi conscients d’une dégradation des mœurs parmi les jeunes et de l’augmentation de la violence à l’intérieur comme à l’extérieur du milieu scolaire. Ils ont émis le souhait hier que leur démarche d’une réconciliation à leur niveau donne le ton à une prise de conscience collective parmi les jeunes pour « changer les habitudes » et pour faire inverser la tendance de l’indiscipline. « L’alcool et la violence physique et psychologique font beaucoup de dégâts parmi les jeunes et l’école n’est pas épargnée. Jusqu’ici il n’y a pas vraiment de conscience massive parmi les jeunes à ce sujet. Avec notre rencontre, nous posons les jalons de cette prise de conscience au niveau national et espérons que notre appel soit entendu par tous, qu’ils fréquentent les collèges d’État ou privés », souhaite ardemment le Head Boy du JKC.

Cette volonté de changement a été exprimée en présence de plusieurs témoins : les responsables des deux collèges, le directeur du Zone Directorate No 4 et les représentants des deux PTA. Ils ont promis leur soutien dans la consolidation de ces nouvelles relations.