Mercredi au siège du ministère de la Jeunesse et des Sports, le ministre Stephan Toussaint a reçu les Mauriciens qui ont triomphé à la Coupe de l’Océan Indien (COI) 2017. Cette compétition — qui a réuni Maurice, les Seychelles et La Réunion — s’est déroulée dans les eaux mauriciennes, plus précisément au Grand Bay Yacht Club, du 12 au 19 août. Cette rencontre avec les médaillés, les entraîneurs nationaux et les membres de la Mauritius Yachting Association était une occasion pour le ministre de les encourager en vue des 10e Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI), dans deux ans à Maurice.
La préparation pour les JIOI de 2019 a déjà été enclenchée, avant même cette 5e édition de la COI, lors de laquelle nos barreurs ont envoyé un signal fort en récoltant sept médailles d’or sur neuf possibles. Et désormais, ils ont en viseur les prochains championnats d’Afrique (laser) prévus en Égypte avant la fin de cette année, histoire d’enfin franchir un palier. À savoir que les dates ne sont pas encore fixées.
Selon le président de la MYA, Florian Bétuel, participer à des compétitions internationales est indispensable. « Notre prochain objectif est les prochains championnats d’Afrique et on est en train de travailler sur ce dossier pour qu’on puisse envoyer une délégation. Nos chances de médailles seront difficiles, l’essentiel serait de revenir avec de l’expérience. Aujourd’hui, on a atteint notre potentiel au niveau régional et on veut progresser pour atteindre un niveau continental. Il nous faut ce frottement avec d’autres pays pour y arriver, non seulement se contenter des compétitions inter-îles, car c’est insuffisant », fait-il ressortir.
Ayant lui-même suivi la COI de très près, il estime que ses protégés ont encore une belle marge de progression. « Je suis ce groupe depuis 2012 et je les connais tous personnellement. En 2014 j’étais étonné de voire à quelle vitesse ils ont progressé. Aujourd’hui, on voit que l’équipe s’est encore améliorée. Les jeunes sont plus à l’aise, ils commettent beaucoup moins de fautes. Cependant, il y a encore du travail à faire et nous sommes définitivement sur la bonne voie. L’avenir s’annonce bien, les athlètes s’entraînent parfaitement. On projette déjà sur les JIOI de 2019 sans pour autant négliger l’année 2018 qui sera un test grandeur nature pour nous, avec le 6e opus de la COI qui se tiendra à La Réunion », avance Florian Bétuel.
Mais avant, la MYA, pour la première fois, espère envoyer des représentants en Afrique, pour les championnats du continent. Ce serait là, l’occasion pour les Mauriciens d’aller titiller le gratin africain et par la même occasion, de se jauger à un niveau de voile de plus élevé. Ce qui constitue non seulement un véritable challenge, mais aussi une préparation de premier choix à l’approche des Jeux des îles.