L’ADSU du nord a déployé les grands moyens hier pour une opération à Grand-Gaube suite à l’incident survenu le 29 septembre, où une cinquantaine de personnes avaient entouré la police et dérobé 3 kg de cannabis, qui avaient été saisis chez Gerald Brasse, un proche du skipper Mike Brasse. Les enquêteurs avaient alors identifié cinq meneurs qui se trouvaient dans la foule. Quatre d’entre eux ont été arrêtés hier, soit une femme de 26 ans exerçant la profession de mannequin, un maçon du même âge, un pêcheur de 45 ans et une baby-sitter de 26 ans.

La police a également perquisitionné leur domicile, mais n’a trouvé aucune trace de la drogue volée. Les suspects ont tous été placés en détention préventive après leur inculpation au tribunal de Rivière-du-Rempart mardi après-midi. Ils n’ont pas encore donné leur version des faits. De son côté, Gerald Brasse, plus connu comme “Mamou”, ne donne toujours pas signe de vie. Pourtant, ce dernier était menotté lors de son arrestation fin septembre.

L’ADSU avait appris qu’une cargaison de cannabis se trouvait chez lui. Lors de la fouille, la police avait découvert deux sachets en plastique renfermant environ 2 kg de cannabis et un autre recouvert d’un tissu rouge et dans lequel se trouvait un autre kilo de cette même drogue. Dans un récipient, l’ADSU a également découvert 65 doses de cannabis, déjà préparées et qui devaient être vendues.

La drogue avait été mise sous scellé dans trois sacs en plastique. Mais à l’extérieur de la maison de “Mamou” se trouvait une cinquantaine de personnes, certaines armées de sabres, de bâtons, de barres de fer et de pierres. Les individus en question ont alors empêché les policiers de faire entrer le fugitif dans le véhicule. Les cinq meneurs identifiés auraient alors bousculé les policiers avant de leur arracher des mains les trois kilos de cannabis saisis. Un des officiers s’est, lui, agrippé au sac contenant les 65 doses de cannabis, ce qui constitue donc la seule pièce à conviction que l’ADSU a pu embarquer. Qui plus est, profitant de la confusion, Gerald Brasse avait pris la poudre d’escampette.