Deux individus étaient poursuivis pour avoir volé un générateur qui se trouvait sur un catamaran en février 2015. La magistrate Adila Hamuth, qui a donné son verdict, a rayé l’accusation portée contre l’un d’eux. L’autre accusé, un certain Dorestan, a quant à lui été reconnu coupable d’avoir volé ledit générateur.
L’accusé Dorestan avait été arrêté le 16 mars 2015 à la suite d’une enquête sur le vol. Il devait avouer son méfait aux officiers de police deux jours après son arrestation. Il avait incriminé le deuxième accusé comme étant son complice et l’avait d’ailleurs désigné lors d’un exercice d’identification. Le générateur, que Dorestan avait réussi à vendre, avait par la suite été retrouvé par la police. Toutefois, dans une autre déposition à la police, Dorestan devait dédouaner son complice allégué, soutenant qu’il avait fait de fausses allégations contre lui car ils n’étaient pas en bons termes. Dorestan avait de ce fait soutenu qu’il était seul à extirper le générateur du catamaran. La magistrate avait ainsi abandonné les charges contre le complice présumé par manque de preuves. Seule zone d’ombre : le fait que l’accusé ait été seul à transporter le générateur. Selon les policiers en charge de l’enquête, le générateur pesait lourd et il était en effet impossible pour une seule personne de le transporter, d’autant que le catamaran se trouvait à trois mètres du quai.
L’accusé Dorestan devait ainsi indiquer qu’il s’est servi d’un chariot pour placer le générateur et qu’il a pu le déplacer à l’aide d’une planche reliant le catamaran au quai. La magistrate, trouvant plausible les explications de l’accusé sur la manière dont il a transporté le générateur, a ainsi statué qu’il était probable qu’il ait agi seul. De ce fait, elle l’a reconnu coupable de l’accusation portée contre lui.