Premier orateur ce matin, le Premier ministre adjoint Xavier-Luc Duval a consacré presque tout son discours sur les mesures contenues dans le budget et celles qui doivent être prises pour sortir du piège du Middle Income Status afin de passer à celui de High Income Status.
XLD a rappelé d’entrée qu’au moment de son accession à l’indépendance en 1968 Maurice avait un PIB par tête d’habitant de 250 dollars. Le pays a atteint le niveau de Middle Income Status en 1991 dans le sillage du premier miracle économique. Il a tenu, à ce sujet, à rappeler la contribution du PMSD à travers son leader sir Gaëtan Duval dans la progression qu’avait connu le pays. Il a cité notamment sa contribution dans le développement touristique et de la zone franche manufacturière. Toutefois, a-t-il constaté, 24 ans après Maurice n’a toujours pas réussi à gravir l’échelon supérieur pour atteindre le niveau de high income economy. Il faut, a-t-il souligné, tout faire que cette progression se produise beaucoup plus tôt que la période prévue par les experts c’est-à-dire en 2028 ou 2032. Cela nécessite une moyenne de croissance d’au mois cinq pour cent. Il a rappelé que Maurice a connu une croissance de 3,4 %, 3,2 % et 3,5 % respectivement en 2012, 2013, 2014 soit des taux supérieurs à ceux enregistrés par les pays développés et que le taux de chômage est tombé à de 8 % à 7 %. Selon lui, un taux de croissance de 5 % est à la portée de Maurice tenant en compte la situation économique en Europe, aux États-Unis, en Chine et en Inde, qui connaissent tous une reprise économique. Parmi les mesures prises pour accélérer la croissance figure la modernisation du secteur portuaire. Le port sera doté bientôt de deux nouveaux portiques afin d’accélérer le débarquement des conteneurs. Pour lui, le budget pro investment permettra de se débarrasser des engorgements. Parmi les autres conditions nécessaires à la croissance, selon le Premier ministre adjoint, figurent la nécessité pour les travailleurs de s’adapter aux nouvelles technologies de l’information ; la nécessité de changer de mindset par rapport au travail ; l’innovation capable d’ajouter de la valeur à nos produits. XLD souligne l’importance d’encourager l’innovation. Il s’est beaucoup appesanti sur les mesures budgétaires pour la formation et l’éducation y compris l’éducation supérieure ainsi que les mesures prévues pour les SME.
Xavier-Luc Duval a observé que l’affaire Bramer/BAI a pris une dimension nationale. Il estime que les mesures prises permettront d’ajouter de la valeur pour les parties prenantes. Pour lui, il s’agira de mitiger l’impact négatif de cette affaire sur la réputation de Maurice comme un « safe financial centre ».
Le Premier ministre adjoint a aussi fait mention d’une récente rencontre qu’il a eue avec le directeur de l’aviation civile chinoise qui se propose d’utiliser le pays comme un centre de transit entre la Chine et l’Afrique. Si ce projet se réalise, il ouvrira des opportunités inestimables vers le continent africain avec quelque 28 vols par semaine à destination des cités africaines. Il a souligné l’impact qu’aura un tel développement sur le commerce à Maurice.
Pour lui, le deuxième miracle économique devra permettre à Maurice de sortir du middle income status pour atteindre le niveau de high income status.