Face à la presse ce samedi 30 juin, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval est revenu sur sa PNQ de vendredi, consacrée au développement des fermes marines dont est responsable le ministre de l’Économie océanique, de la Pêche et des Ressources marines, Prem Koonjoo. Selon XLD, Prem Koonjoo est incompétent pour s’occuper d’un ministère aussi important et d’un projet aussi dangereux que les fermes marines à Maurice. « D’après mes recherches, il y a fréquemment des ombrines qui s’échappent de la ferme marine de Mahebourg. Ces ombrines se nourrissent par la suite de tous les petits poissons du lagon, affectant ainsi la pêche des pêcheurs de la localité », soutient XLD

Le leader du PMSD avance que les pêcheurs sont de ce fait pris dans un étau. D’un côté, l’industrie de la pêche artisanale qui disparaît en raison de la prolifération des fermes marines qui détruit l’écosystème. Et de l’autre, l’autorisation des bateaux étrangers à venir pécher sur les côtes rapprochées de Maurice. « Le gouvernement a, semblerait-il, déclarer la guerre aux pêcheurs ».

Xavier Duval se dit effrayé que les fermes marines, spécialement sur la côte-est, attirent les des requins. « Si nous mettons 100 000 tonnes de poison dans une ferme marine, ils vont automatiquement attirer des requins extrêmement agressifs. Et s’il y a même une seule attaque, personne ne voudra aller en mer ou même venir à Maurice », affirme-t-il. Xavier-Luc Duval ajoute ainsi que Prem Koonjoo apporte une politique dangereuse pour l’économie de notre lagon et que c’est impossible qu’il reste à son poste, un jour de plus.

Le leader de l’opposition est également revenu sur la PNQ destinée au ministre mentor, Sir Anerood Jugnauth, concernant l’infiltration de la mafia à Maurice. « De jour en jour, nous avons la confirmation d’une infiltration de la mafia de la drogue sans précèdent dans la force policière, que ce soit avec l’affaire Lutchigadoo, ou celle de la disparition de 16 kilos de drogue. Durant ma PNQ, j’avais donc demandé au ministre mentor qu’il était plus que jamais nécessaire d’avoir une police des polices pour éradiquer certains des polices corrompues ».

Autre point abordé durant sa conférence de presse : la prolifération des compagnies privées actionnaire du gouvernement, qu’il qualifie de grande entorse à la démocratie parlementaire et aux règles de bonne gouvernance. « Ses compagnies privées ne sont pas redevables au parlement. Ils ne sont pas audités par le directeur de l’audit, ne tombent pas sous le Public Procurement Act, ne recrutent pas à travers la Public Service Commission et ils peuvent d’ailleurs cacher la dette publique », avance-t-il.

Pour XLD, ces compagnies privées appartenant au gouvernement sont des dark space qui gèrent des contrats qui échappent de ce fait à la démocratie parlementaire.