YAN DE MAROUSSEM, DIRECTEUR DE COURSE, DODO TRAIL : « Cette année, le Dodo Trail consolidera sa dimension internationale »

Le Dodo Trail est de retour cette année pour une 6e édition. Quatre épreuves sont au programme : l'Xtreme Dodo 50 km pour les trailers aguerris, le Ti Dodo Trail 25 km, le mini Dodo Trail de 10 km et le Dodo fun run du 5 km. Petit survol du trail à Maurice. Le rendez-vous est programmé pour le 18 juillet. Le directeur de course, Yan de Maroussem, est revenu en long et en large sur cette compétition et le trail dans sa globalité, en plein essor.
 
Le Dodo Trail revient cette année. Quelles sont les nouveautés qu'apporte cette nouvelle édition ?
Le Dodo Trail sera en effet à sa 6e édition cette année. Les quatre épreuves auront lieu le dimanche 16 juillet. La grande nouveauté cette année est notre partenariat avec l'Ong Fondation Ressources et Nature (FORENA) en vue de lever des fonds pour restaurer la forêt de Macchabée, qui fait partie du Parc National des Gorges de la Rivière-Noire, par lequel les trailers passeront. Cela s'inscrit dans le cadre de l'engagement pris par le Dodo Trail qui se veut un événement sportif écoresponsable, tendant vers le zéro déchet. Sur le plan purement sportif, nous aurons un plateau relevé avec des coureurs locaux et internationaux expérimentés. Les trailers, amateurs comme aguerris, ont jusqu'au 15 juin pour s'inscrire.

À quoi peut-on s'attendre pour cette édition ? Comment s'annonce le parcours ?
On peut d'ores et déjà s'attendre à de belles performances. Cette année, le Dodo Trail consolidera davantage sa dimension internationale. Nous nous attendons à accueillir des trailers d'une quinzaine de pays. Que dire du parcours, si ce n'est qu'il est unique de par le nombre de domaines privés qu'il traverse, mais aussi grâce aux points de vue panoramiques somptueux qu'il permet d'atteindre. Le Dodo Trail est le seul du genre à traverser autant de sommets dans les régions sud et sud-ouest, dont le Piton de la Rivière-Noire qui est le plus haut sommet de Maurice. Le Dodo Trail est aussi l'unique course à passer par la Tourelle de Tamarin. Cela ravira les trailers en quête de dépassement de soi et de défis mais aussi qui sont à la recherche d'authenticité, de nature vierge et protégée.

Vous êtes un des pionniers du trail à Maurice. Comment voyez-vous l'évolution de ce sport chez nous ?
Depuis ces débuts en 2004, le trail connaît une croissance exponentielle grâce à cette très forte cohésion qui existe parmi les différents organisateurs. Tous ces événements sont aussi merveilleusement bien chapeautés par le comité organisateur de Rando Trail & Nature. Créée il y a dix ans, l'association réunit aujourd'hui la très grande communauté de trailers locaux qui compte plus de 1 200 membres actifs. L'association organise de nombreuses courses pendant l'année, et surtout la ligue de trail locale. On compte aujourd'hui plus d'une vingtaine de trails sur une année. Il suffit de voir le nombre de participants à chacune de ces courses pour se rendre compte de l'engouement que la discipline suscite. C'est surtout que le trail dépasse le cadre sportif. Pour beaucoup, c'est l'opportunité de passer du temps en pleine nature, de profiter de ses bienfaits. Ce sont des moments à vivre en famille ou entre amis et cela se voit tous les week-ends sur les sentiers du Parc National.

Pensez-vous que des trailers mauriciens pourront percer sur le plan international ?
Absolument! Je dirais même que c'est déjà le cas. Plusieurs noms connus du trail local ont déjà fait de belles prestations à l'étranger. Je pense à Jeni Smith, Vishal Ittoo, Simon Desvaux, Laurence Goilot ou encore Philippe la Hausse, qui sera d'ailleurs au départ du 50 km. Le trail montre une belle vitalité et la relève est même déjà assurée avec de jeunes coureurs comme Marie Perrier, Nicolas Queland, Henri Fayolle, Xavier Verny, Janot Fra, pour ne citer que ceux-là. Le trail a un bel avenir à Maurice, de même que les trailers mauriciens puisque leurs performances dans les courses à l'étranger sont plus que prometteuses. En tout cas, une chose est sûre, les bases sont jetées !