Le début de cette semaine a été très rude. Un gosse de 13 ans, Adriano Victorien, a laissé sa vie sur nos routes… fauché, en pleine jeunesse, dans un accident survenu lundi matin. Adriano Victorien se trouvait à moto, en compagnie d’un proche, qui est grièvement blessé. La douleur de la disparition de leur enfant est, évidemment, indicible et insoutenable pour les parents et proches de ce gosse. Adriano Victorien avait devant lui toute la vie, des rêves encore plein le cœur et la tête bien remplie de milliers de projets. En une fraction de seconde, tout est fini.

La mort de cet enfant de Vacoas a relancé le débat sur plusieurs éléments qui touchent de très près nos jeunes. Nommément que beaucoup d’entre eux se retrouvent aux commandes de véhicules alors qu’ils n’ont quasiment pas ou très peu de formation, parce qu’ils sont encore mineurs, et donc, ils ne sont pas détenteurs de permis. Et il y a le goût que bon nombre de jeunes ont pour la vitesse, notamment en participant dans des rallyes illégaux sur certains des tronçons de nos autoroutes. On ne le répétera jamais assez : dans les deux cas de figure, ces comportements entraînent hélas ! des morts. A un certain moment, l’an dernier, dans le sillage d’un incident où un policier, interpellant des participants à un rallye illégal avait été agressé, des propositions avaient été faites par le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, pour la création d’un circuit automobile. Cela pourrait, en effet, pallier partiellement le problème.

Une autre partie importante de la solution concerne la conscientisation, l’information et la prévention. Alain Jeannot, qui a créé l’association Prévention routière avant tout (PRAT), ne cesse de le seriner à chaque occasion. Cependant, on peut comprendre que les jeunes qui sont soit au collège ou dans les centres où sont organisées des causeries et autres sessions d’informations ne seront que très peu enclins à écouter et suivre les instructions… C’est connu : le « kick », pour de nombreuses personnes, c’est de faire exactement le contraire de ce qui est conseillé ! De fait, en termes de prévention, ce circuit automobile projeté mais dont on entend plus rien depuis, pourrait contenir une unité d’éducation et de formation, où des pilotes chevronnés seraient sollicités pour rencontrer les jeunes qui viennent s’y inscrire. Ce type de partage d’informations, entre amoureux de la vitesse et des montées d’adrénaline, devrait marcher davantage que d’autres sessions plutôt rigides et passives.

Dans le même souffle, les parents et adultes encadrant nos jeunes ont également une grosse responsabilité. On sait qu’il y a certains papas ou mamans gâteaux qui ne peuvent résister aux caprices de leurs chéris quand ceux-ci font les yeux doux pour avoir les clés de la voiture flambant neuve ou pour avoir en cadeau une moto super-puissante. Ces parents gagneraient cependant à réfléchir à deux fois plutôt que de céder aux chantages, en faisant réaliser des dangers qui guettent leurs gosses ! Par ailleurs, nos flics et motards ne pourront rivaliser et prendre en chasse ces bolides impliqués dans des rallyes illégaux, uniquement s’ils sont eux-mêmes dotés d’équipements aussi performants, c’est évident !

Tout n’est pas noir heureusement, en ce qui concerne nos jeunes. Les derniers JIOI ont été une excellente preuve que beaucoup de nos très jeunes athlètes sont très talentueux et demandent que l’on croie en eux, qu’on leur donne les moyens d’aller encore plus haut et plus loin. Dans la foulée, en cette fin de semaine, la tenue de la deuxième édition du National Youth Parliament a été enrichissante et bourrée de bonnes surprises. Ce qui a surtout retenu l’attention, c’est l’aisance de ces jeunes, d’une part; un solide bagage ainsi qu’ils l’ont illustré lors de la tenue des deux jours de débats dans l’hémicycle. Ainsi que cette fraîcheur mêlée à une forte dose de maturité et d’esprit d’équipe. Certes, oui, ils ne sont pas des politiques à plein-temps et se sont seulement prêtés au jeu pour deux jours. Mais ces jeunes, triés sur le volet, sont porteurs d’espoir. Ils représentent une relève dans laquelle on veut croire parce qu’ils sont sincères dans leur démarche.

Et ce sont certainement ces valeurs et ces principes que les électeurs vont chercher auprès de ceux qui vont briguer les suffrages dans la présente campagne électorale qui a déjà débuté sur le terrain ! Alors prenez-en de la graine, messieurs et mesdames qui souhaitent devenir nos prochains décideurs…

Husna RAMJANALLY