Yvan Pierrot a quitté ce monde le jour du Nouvel An des suites des graves blessures qu’il a subies lors d’un accident de voiture survenu à hauteur de Midlands, jeudi après-midi, 31 décembre. Sportif accompli malgré ses 19 ans,  ce GEANT ou Iron Man comme on le surnomme dans son milieu, laissera derrière lui un grand vide. Un vide d’abord au sein de sa famille et ensuite à la discipline en elle-même. Iron Man était devenu une référence dans son domaine au fil de ses participations dans des compétitions à Maurice comme à l’étranger.
Parti à seulement 19 ans. Quelle triste nouvelle pour le sport mauricien, alors que tout un chacun était «busy» à mettre la main aux derniers préparatifs pour le réveillon du 31 décembre. Celui qui devait étre le nouveau prodige de l’haltérophilie mauricienne avait un palmarès impressionnant. Repéré en 2010 par le président de la Fédération mauricienne d’Haltérophilie, Poorun Bhollah au Curepipe College, Yvan Pierrot n’a cessé depuis à gravir les échelons à vitesse grand V pour s’affirmer  aujourd’hui comme le meilleur leveur de fonte actuellement.  Sa forte nature, sa taille et  sa capacité à apprendre très vite ont fait qu’Ivan Pierrot a pulvérisé les records, jusqu’ici considérés comme intouchables.
D’ailleurs, pour Poorun Bhollah, c’est la nouvelle la plus déchirante de 2015, car ce départ aussi subit qu’inattendu aura des conséquences sur le succès que connaît actuellement cette discipine sur le plan national. «Il a inspiré bon nombre de sportifs mauriciens depuis 2013 avec ses performances exceptionnelles. Il a ouvert la voie aux autres et a hissé l’haltérophilie locale à un niveau supérieur.  A jamais, il nous manquera», souligne notre interlocuteur.
Un miraculé déjà
19 ans, Yvan Pierrot a un palmarès solide comme le roc. Après avoir débuté sur le tard, notamment à l’âge de 14 ans, c’est véritablement en 2013 qu’il se révèlera au  grand public en décrochant ni plus ni moins que la médaille d’or lors du Championnat du Commonwealth en Malaisie chez les  -94 kg, dans la catégorie Youth. Ce jour-là, Iron Man souleva une barre de 120 kg à l’arraché et 147 kg à l’épaulé-jeté. Il s’offre même le luxe d’égaler le record de la compétition avec cette performance à l’arraché. Il n’avait alors que 17 ans. Pourtant lors des présélections pour ces championnats, Yvan Pierrot avait fait une chute à moto et s’était cassé un doigt. Un miracle dit-on pour celui qui a aussi pour passion tout ce qui va vite. Ce n’est que deux semaines après l’accident qu’il s’était remis à l’entraînement sous la direction de Ravi Bhollah et Gino Souprayen. D’ailleurs cette performance lui vallut le titre de Junior Sportsman of the Year 2013 au National Sports Award du MSC.
Issue d’une famille modeste, Yvan Pierrot fait avant tout la fierté de Rivière des Créoles (Sud). Car une fois qu’il était sur la rampe du lancement, rien ne pouvait l’arrêter. Preuve: en 2014, il ramène trois médailles de bronze aux Afro Asian Senior Weightlifting Championships à Tashkent (Ouzbekistan) avec 130 kg à l’arraché, 160 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 290 kg. A la clé trois records nationaux.
Il a par la suite égalé son propre record personnel à l’épaulé-jeté (160 kg) pour ensuite volé le bien de son entraîneur Ravi Bhollah au total olympique. Ce dernier a vu son record de 288 kg battu au centre national d’haltérophilie à Vacoas lors des Championnats nationaux par Iron Man avec deux kilos de plus, soit 290. Ce qui constituait un nouveau record national junior et senior.