Economie

Le ministre du Business et des Coopératives, Sunil Bholah, a estimé hier que l’Inde est une source d’inspiration dans le monde des micro-entreprises, notamment pour ses efforts de pionnier dans l’entrepreneuriat social. « Ce pays est souvent cité comme l’épicentre de l’investissement et un laboratoire mondial où on teste les nouvelles idées », a-t-il déclaré, lors de son intervention au India-Mauritius Global Partnership Forum à Balaclava.

  • Des ajustements dans les déductions pour les besoins d’Income Tax n’interviendront qu’en septembre, soit après l’adoption du Finance Bill par l’Assemblée nationale
  • Le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, prévoit d’animer un Special Budget Insights avec un parterre de 200 invités au Sir Harilall Vaghjee Memorial Hall juste après le Budget Speech de vendredi
  • Le secteur privé mise sur des mesures de Business Facilitation dans le budget pour doper les investissements

À Jour J-2 de la présentation du budget à l’Assemblée nationale par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, les derniers préparatifs ont été enclenchés avec notamment la dernière touche au Budget Speech et l’impression des Estimates of Expenditure. D’autre part, avec le décalage d’au moins deux mois, l’une des principales répercussions se situe au niveau des déductions mensuelles pour le Pay As You Earn (PAYE) et la Tax Deduction at Source (TDS) sous la responsabilité de la Mauritius Revenue Authority (MRA).

Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Ashit Kumar Gungah, a exhorté les entrepreneurs indiens à être parties prenantes des initiatives mauriciennes pour développer des entreprises de haute technologie, en utilisant une main-d'œuvre aux aptitudes poussées. C’était, hier, à l’hôtel Intercontinental, Balaclava, lors de son intervention à une session de discussions sur l’industrie manufacturière, la recherche et le développement et les secteurs émergents.

Les investissements étrangers à la Bourse de Maurice ont été positifs pour un montant de Rs 36,7 millions au cours du premier semestre 2016. C’est ce qu’indique le dernier bulletin mensuel de la Banque de Maurice en prenant pour appui les données obtenues de la Stock Exchange of Mauritius Ltd (SEM).

La Mauritius Export Association (MEXA), principale porte-parole de l’industrie orientée vers l’exportation, a, dans un document diffusé durant le week-end, réclamé l’introduction des mesures urgentes afin de maintenir la compétitivité des produits d’exportation. « Des mesures urgentes sont nécessaires afin de maintenir la compétitivité des produits d’exportation mauriciens sur le marché britannique. Ces mesures peuvent prendre la forme de la politique monétaire as well as market-related measures that would comfort our buyers, for instance air freighting of our goods », est-il souligné.

Selon les statistiques officielles, Maurice connaît un taux de chômage de 8%, ce qui représente environ 40 000 personnes à la recherche d’un emploi. Mais le secteur manufacturier destiné à l’exportation peine à trouver des Mauriciens comme « factory workers ». D’où le recrutement grandissant de travailleurs étrangers, venus surtout d’Asie du Sud-est. Ils sont déjà 40 000 à occuper les principaux secteurs de l’économie, mais aussi à s’approprier diverses petites tâches dans l’île.

Le ministre des Finances et du Développement économique, Pravind Jugnauth, a plaidé ce matin pour un accord commercial solide entre l’Inde et Maurice, exhortant également les entreprises et investisseurs de la Grande Péninsule à prendre avantage des multiples opportunités que leur offre la plateforme mauricienne pour développer leurs opérations en Afrique. C’était lors de la première session du forum de partenariat global Inde-Maurice, qui se tient à l’hôtel Intercontinental, Balaclava, et organisé par l’India Mauritius Trade and Cultural Friendship Forum.

Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, qui a procédé hier soir à l’ouverture officielle de la première édition de l’India Mauritius Global Partnership Conference, s’est dit confiant que la révision du traité de non-double imposition, conclue dans un esprit de coopération, « ouvrira la voie vers de nouvelles opportunités et permettra à Maurice de se réaffirmer comme une juridiction attrayante ». Il a, par la même occasion, annoncé la création d’un corridor aérien entre Maurice et l’Inde, à l’instar de celui reliant Maurice à Singapour, et a souligné qu’il a à cœur la stratégie africaine de Maurice.

Le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, s’est appesanti sur l’importance du partenariat avec l’Inde en vue d’insuffler un nouvel élan au secteur des services financiers dans le sillage de la récente révision du Double Tax Avoidance Treaty. Il a également abordé les efforts entrepris en vue de diversifier ce secteur économique, avec l’arrivée de nouveaux Players, dont Palm Captives et Hyperion Risks dans le créneau de la Captive Insurance ou encore des conglomérats comme Mahibdra Group, Godrej Group et Hinduja Group, utilisant Maurice comme une plateforme pour leur expansion régionale. C’était lors de son intervention en fin de matinée à l’India-Mauritius Global Partnership Forum.

  • Le secteur privé dans l’attente de « clear government policy coupled with bold budgetary measures » pour envisager la relance économique à moyen terme
  • Préoccupation face à la progression irrésistible de la dette publique atteignant 65,2% du PIB à mars dernier
  • Crédits bancaires : les dix plus importants débiteurs sont endettés à hauteur de Rs 90 milliards, représentant 73,6% de la Capital Base des banques
  • Chômage : la Banque centrale, ne prévoyant pas d’amélioration substantielle à court terme, préconise le palliatif du Youth Employment Programme

Dérogeant aux pratiques établies et agissant dans l’urgence au cours de la semaine écoulée, la Banque de Maurice a brûlé les étapes pour remettre en perspective les retombées du Brexit, soit le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, dans le contexte de la présentation, vendredi, du budget 2016-17 par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth. Le gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi, par le truchement du Monetary Policy Committee, a voulu frapper fort en ramenant le Repo Rate à un all-time low de 4%, avec une coupe par la plus forte marge depuis plus de quatre ans. Devant la hantise de l’incertitude et l’instabilité provoquée par le vote au référendum di 23 juin en Grande-Bretagne, la Banque centrale veut préserver les chances de doper les investissements et soutenir le potentiel de croissance économique pour les années à venir. Toutefois, d’aucuns affirment que cette seule baisse du taux directeur des intérêts ne génère pas suffisamment de propulsion pour envisager au moins un rattrapage économique. D’ailleurs, la dernière édition du Monetary Policy and Financial Stability Report, publiée par la même Banque de Maurice le jour de la réunion du Monetary Policy Committee, identifie les zones d’ombre sur l’échiquier économique, que ce soit sur le plan du chômage ou de la dette publique, sans oublier l’endettement des ménages et du secteur privé, qui sont autant de facteurs agissant comme un frein ou un obstacle pour franchir la barre minimale des 4% de croissance économique.

La présentation du budget et la situation économique — dont les pertes enregistrent dans les différents secteurs économiques —, la qualité d'investissement privé et la dette publique de Maurice ont été les principaux thèmes abordés lors de la conférence de presse du Mouvement travailliste militant (MTM) tenue vendredi à l'hôtel St-Georges à Port-Louis.

Bank One n’a pas d’autre choix que de se réorganiser pour réaliser son objectif d’être parmi les cinq premières banques de Maurice d’ici à trois ans. Déjà, cette institution bancaire dont les principaux actionnaires sont le groupe Ciel Finance Ltd et I&M Bank de Kenya se bat contre la concurrence sur le marché domestique. Dans son plan de restructuration, certaines succursales seront appelées à fermer leurs portes.

Le déficit de la balance commerciale du pays est reparti à la hausse en mai 2016, atteignant Rs 6,9 milliards, soit une augmentation de 22,1 % par rapport au montant du mois correspondant de 2015 (environ Rs 5,7 milliards). En avril 2016, le déficit de notre commerce extérieur s’était élevé à Rs 6,1 milliards contre Rs 6,3 milliards pour le même mois en 2015.

L'Association des Consommateurs de l'Île Maurice (ACIM) se pose des questions sur l'impact attendu de la baisse du taux d'intérêt directeur (“key repo rate”), décidée mercredi par le comité de politique monétaire (MPC) de la Banque de Maurice. Elle s'interroge sur les retombées éventuelles de cette baisse sur l'investissement et la création d'emplois.

Selon le dernier classement établi par la revue The Banker sur la base de données disponible en 2015, le groupe MCB se retrouvait à la 17e place dans le Top 25 des banques africaines évaluées selon les fonds propres de base (Capital Tier 1). Au niveau mondial, le groupe bancaire mauricien occupait la 666e position dans le Top 1 000.

Les possibilités de coopération entre Maurice et l’Association des pays de libre-échange européen seront explorées demain à l’occasion d’une session de travail au Hennessy Park Hotel.

Le comité de politique monétaire de la Banque de Maurice (BoM) a, à l’unanimité, approuvé une baisse de 40 points de base du taux directeur (Key Repo Rate), le ramenant à 4 %. Cette décision, indique le MPC, vise à stimuler l’investissement et soutenir la croissance économique du pays. Lors d’une conférence de presse post-MPC hier après-midi, le gouverneur de la banque centrale, Ramesh Basant Roi, a souhaité que les banques commerciales emboîtent le pas au MPC et que le budget 2016-2017, qui sera présenté le 29 juillet prochain, contienne des mesures pour donner un coup de pouce à l’investissement.

La cellule de recherches et de prévisions économiques de la SBM a revu à la baisse ses prévisions initiales concernant la croissance pour l’année financière 2015-2016, estimant qu’elle s’élèverait à 3,4%, soit 300 points de base de moins que le taux annoncé en mars dernier.

Air Mauritius occupe la troisième place du Top 10 des meilleures compagnies aériennes africaines dans le dernier classement que vient de publier l’agence britannique de notation de transport aérien international Skytrax.

Fernando Fernandes et Angelo Messias Ferreira, respectivement président et Project Coordinator de la Chamber of Commerce Mauritius-Mozambique, seront à Maurice pour une semaine à partir de demain, 20 juillet. Ils rencontreront des hommes d’affaires mauriciens pour leur parler des opportunités d’investissements au Mozambique. Leur venue chez nous est une initiative du haut-commissaire de Maurice au Mozambique, Jean Pierre Jhumun.

Une délégation de la filiale mauricienne de la Standard Chartered Bank, menée par son Chief Executive Officer, Mathieu Mandeng, était récemment en mission promotionnelle en Europe, où elle a eu l’occasion de mettre en valeur les qualités du centre financier mauricien.

La Banque de Maurice (BoM) réaffirme dans un rapport publié hier, le Monetary Policy and Financial Stability Report (une consolidation de l’Inflation Report et du Financial Stability Report), que « le système financier mauricien est solide et stable ».

Le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval, a rencontré hier le vice-ministre chinois de l'Aviation civile, Dong Zhiyi. L'occasion pour eux d'évoquer la création d'une académie d'aviation régionale.

Didier Dabydin et Zaaki Permessur viennent d'être nommés Audit Partners au sein la firme d'experts-comptables BDO. Ils comptent respectivement 13 et 9 années de service chez BDO.