Economie

Cim Finance, société évoluant depuis 30 ans dans le monde de la finance, a dévoilé vendredi dernier sa nouvelle identité visuelle. Elle souhaite en effet redéfinir son identité pour mieux refléter son positionnement sur le marché des produits financiers destinés au grand public comme aux entreprises.

Le directeur exécutif de Stock Exchange of Mauritius a été reconduit à la présidence de Global Finance Mauritius (GFM) lors d’une réunion du conseil d’administration de l’organisme le 17 août dernier. Il aura pour vice-président Graham Sheward, directeur de CIM Global Business.

Selon le dernier relevé rendu public cette semaine par le Department of Industrial Policy and Promotion (DIPP) de l'Inde, le montant d'investissements directs étrangers (FDI) obtenus par la Grande Péninsule pour la période avril-juin 2017 et passant par Maurice s'est élevé à près de 3,3 milliards de dollars américains. Maurice a été la première source de FDI vers l'Inde, devant Singapour (US$ 3 milliards).

La dernière série de consultations sous les Article IV Consultations du Fonds monétaire international (FMI) a mis l’accent sur l’importance du Global Business. Parmi les préoccupations majeures lors des échanges avec les Stakeholders, on relève les Concerns exprimés par l’OCDE et l’Union européenne.

Les avantages qu'offre Maurice pour le secteur des Services financiers ont poussé le groupe sud-africain Sanlam à lancer une nouvelle société, Sanlam Private Wealth Mauritius. Basée à Mapou, elle propose des offres pour différents segments du marché mauricien. Sanlam gère des biens d'un bon nombre de Sud-Africains ayant élu domicile à Maurice. Son objectif est d'élargir sa présence sur le marché africain.

De nouvelles avenues de coopération entre Maurice et la Chine ont été explorées hier lors d'une session de travail entre une délégation dirigée par le nouvel ambassadeur de Chine à Maurice, Sun Gongyi, et une délégation dirigée par le chef de la diplomatie mauricienne, Vishnu Lutchmeenaraidoo. Parmi ces nouveaux dossiers figurent la formation technique, la médecine traditionnelle chinoise, l’aviation civile et la production pharmaceutique. La conclusion prochaine d'un accord de libre-échange a également été évoquée.

Business Mauritius a lancé cette semaine une campagne de vulgarisation en vue d’inviter ses membres et le monde des affaires en général à se familiariser avec les nouvelles dispositions légales concernant la facilitation des affaires. Dans une communication adressée aux membres de Business Mauritius, et postée sur le site Web de l'institution du secteur privé, Raj Makoond explique que la Business Facilitation Act, qui a été publiée dans la gazette officielle du gouvernement en mai dernier, traite une série de mesures visant à faciliter les affaires. « Le remboursement de la TVA peut se faire en sept jours, la suppression des “trade fees” à partir de janvier 2017 pour trois ans et le paiement de NSF, NPF et le “levy” à travers la MRA à partir d'octobre 2017 », indique-t-il. Le CEO de Business Mauritius explique que la BOI ainsi que Business Mauritius « suivent de près » la mise en œuvre de cette loi et que la BM est disposée à donner des conseils à ses membres à ce sujet.

Alors que les pays africains appréhendent la position de Donald Trump sur l'avenir de l'African Growth and Opportunity Act (AGOA), un haut représentant du commerce des États-Unis a assuré aux pays africains que les États-Unis s'engagent à entretenir des relations « plus durables et solides avec l'Afrique » grâce à « un commerce libre, juste et réciproque ».

  • Le SIFB sommé de revoir son mandat pour inclure l’Economic Insurance avec des provisions de
  • Rs 2  milliards au titre de Special Assistance/Premium Waiver
  • Le JNP de l’industrie sucrière appelle à la mobilisation des employés face aux manœuvres du patronat qui veut leur faire porter le fardeau de la baisse du prix et de la «restriktirasyon de so laparey akimiliasyon larises»
  • Le FMI dresse un constat mi-figue mi-raisin en parlant de « robust economy » avec en toile de fond  un ralentissement dans le  tourisme et le Global Business Sector

Le spectre de 2014 hante l’industrie sucrière. Non seulement avec la dégringolade du prix de la tonne de sucre aux planteurs sous la barre des Rs 13 000 pour la présente récolte, mais également pour celle de l’année prochaine, vu les conditions qui prévalent sur le marché international. Face au Package de mesures préconisées par le patronat avec accent sur le concept que There is no other alternative (TINA) plutôt que d’avoir recours à des réductions drastiques des coûts, le Joint Negotiating Panel (JNP), réunissant les syndicats de ce secteur économique, sort déjà ses griffes et brandit la menace d’actions de débrayage comme ce fut le cas en novembre 2014 à la fin du mandat de Navin Ramgoolam en tant que Premier ministre. Dans la conjoncture, l’avertissement d’Ashok Subron, négociateur du Joint Negotiating Panel, est des plus directs : « Rapel ki tou gourvernman ki mars ek tablisman ek vir kont travayer lindistri sikriyer perdi bann eleksyon!! Ti Jugnauth pe mank zis sa la ! »

L’actualité mauricienne de ces dernières semaines est dominée, sinon accaparée, par des révélations accablantes sur les réseaux de la drogue. Ajoutons-y les fréquentes nouvelles sur les cas de corruption, avérés ou soupçonnés, ainsi que sur les nombreux cas de violence domestique et d’accidents de la route — et voilà qu’il n’y a plus beaucoup de temps et d’intérêt à consacrer à l’économie. Dans l’attente de commentaires sur les observations du Fonds Monétaire International suite à la visite récente de leurs représentants, l’économie n’est, pour l’instant, qu’une figurante sur la scène mauricienne. C’est bien dommage, et c’est pourquoi l’article que voici cherche résolument à remettre les pendules à l’heure en évoquant un problème aigu, celui du chômage persistant parmi les jeunes, et en cherchant à en connaitre les causes et à dégager des solutions. Souhaitons que l’Economic Development Board, dont la mise en place a été annoncée dans le discours du Budget 2017, puisse identifier les stratégies susceptibles d’assurer la pleine contribution de la jeune génération des Mauriciens au progrès de l’économie.

  • La première ébauche de ce plan tenant en ligne de compte les derniers développements au sujet des « international anti-tax avoidance initiatives » soumise vers la fin de l’année

Une étape cruciale a été franchie dans l’élaboration du Ten-Year Blueprint for the Financial Services Sector pour le compte de la Financial Services Commission (FSC), sous l’égide du ministère des Services financiers. Le choix pour le consultant s’est porté sur l’Executive Director du Program on International Financial Systems de la Harvard Law School des États-Unis, James Shipton. Ce dernier est attendu à Maurice dans la première semaine de septembre pour entreprendre cet assignment déterminant pour l’avenir du secteur des services financiers, avec une première ébauche du plan soumise à discussions et consultations vers la fin de cette année.

“Mon île” à Trou aux Biches détient probablement le record de l’IRS du Nord le plus souvent visité par les cambrioleurs. En moins d’un mois, les habitants de cet IRS ont subi une vingtaine de vols de jour et de nuit et jusqu’à l’heure, la police n’a retrouvé aucun voleur.

Maurice s’apprête à devenir un bunkering hub pour la région. Pour que cet objectif puisse se réaliser, des projets ont été identifiés et l’un d’eux, en chantier en ce moment, sera opérationnel à partir de l’année prochaine. Une croissance de 30 % dans le secteur du bunkering est prévue cette année.

C'est au terme d'une soirée de gala organisée par la Jeune Chambre internationale de Maurice, hier soir à Balaclava, que Elizabeth De Marcy Chelin Chabert, d'In situ Visual Merchandising Company Ltd, a été sacrée grande gagnante de l'édition 2017 du JCI Mauritius Creative Young Entrepreneur Award (CYEA). Les “runner-up” de cette compétition sont Jean-Michael Thierry Nadal, de Xworx Ltd, et Nishith Dalal, de V. Kanhye Health Foods Co Ltd.

Pour le Fonds monétaire international (FMI), notre économie reste « robuste ». L'organisme nuance néanmoins, expliquant que « le pays est confronté à un environnement changeant » et que « des vulnérabilités font leur apparition ». C’est ce qu’a affirmé Amadou Sy, Advisor – African Department (FMI) hier lors d’une rencontre avec la presse à l’hôtel du gouvernement, en présence d’autres représentants de cette instance internationale. La délégation était à Maurice et a eu des consultations avec le gouvernement, le secteur privé et autres partenaires de l’économie. Ils ont eu l’occasion lors de leur mission de faire des recommandations aux autorités mauriciennes. Par ailleurs, le FMI projette un taux de croissance de 3,9% pour 2017 alors que la dette publique demeure à 65% du PIB.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a déclaré, hier après-midi, que le secteur de la construction connaîtra une croissance de l’ordre de 7 % cette année après six années de récession. C’était lors d’une visite du projet Mont Choisy Le Parc à Mon-Choisy, lancé il y a deux ans.

Le groupe New Mauritius Hotels (NMH) a réalisé des profits après impôts de Rs 507 millions, représentant une progression de 66 % pour les neuf premiers mois de l’exercice financer en cours comparativement à la période correspondante de l’année dernière. La performance pour la période des vacances de Pâques fait que le chiffre d’affaires de NMH a enregistré une croissance de 8,2 % au cours du troisième trimestre de l’année financière 2016-2017, soit d’avril à juin.

Le secteur des services financiers, et par extension la filière bancaire, a été un des sujets prioritaires abordés dans le cadre des dernières Article IV Consultations du Fonds monétaire international (FMI). Compte tenu de la fin de ces consultations avec le gouvernement, le secteur privé et les autres stakeholders, le chef de mission Amadou Sy donnera cet après-midi un avant-goût des Findings de la mission du FMI à l’effet que « considering Mauritius’ track record of reinventing its economic model, there are grounds for optimism that the country will successfully manage the reform process ». Toutefois, des indications obtenues de sources diverses avancent que l’un des intérêts majeurs de cette mission a été le secteur des services financiers. D’ailleurs, ce secteur a été abordé lors de la réunion, ce matin, de la nouvelle instance stratégique de Business Mauritius, soit la commission économique, où le dossier du Blueprint pour baliser les avenues de ce secteur a été épluché.

Le Price Stabilisation Account, déficitaire, a poussé le Petroleum Pricing Committee (PPC) à augmenter le prix de l’essence et du diesel. Un déficit de Rs 216,5 millions depuis le 15 février de cette année en a été la cause principale. “Nous ne pouvons pas accepter qu’une institution aille à la banqueroute”, a souligné Ashit Gungah, ministre du Commerce, jeudi après-midi, au siège de son bureau.

Indépendamment du satisfecit que pourrait attribuer la mission du Fonds monétaire international, dirigée par Amadou Sy, à l’économie mauricienne, demain après-midi, un problème préoccupant hante l’Hôtel du gouvernement.

Le ministre de l'Industrie et du Commerce, Ashit Gungah, a tenu à mettre les points sur les « i » concernant la récente hausse du prix de l'essence et du diesel et, dans la foulée, sur la requête pour une hausse du prix du pain.

De janvier à juillet de cette année, Maurice a accueilli 738 206 touristes, selon les derniers chiffres publiés par le bureau des statistiques hier, ce qui représente une hausse moyenne de 6,3 % par rapport à l’année dernière. Pour le seul mois de juillet, le nombre d’arrivées s’est élevé à 112 347, soit une augmentation de l’ordre de 3,9 %. Le nombre le plus élevé de touristes enregistré sur un seul mois depuis janvier est de 124 362.

Le Club Med, de Pointe-aux-Canonniers, un des pionniers en matière d’investissements étrangers dans l’hôtellerie, et par extension du tourisme mauricien, sera racheté par l’une des plus importantes banques, soit le MCB Group. Cette transaction, sujette au feu vert des autorités boursières sous les Securities (Takeover) Rules 2010, avec à la clé une Mandatory Offer aux Minority Shareholders, porte sur un montant d’un peu plus de Rs 1 milliard. C’est ce qui ressort d’une “Cautionary Announcement” émis par le board de MCB Group Ltd à l’ouverture du marché boursier ce matin.

La récente hausse du prix de l’essence et du diesel n’entraînera en aucun cas une majoration du prix du ticket d’autobus. C’est ce qui ressort d’une déclaration du ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, mardi après-midi lors de l’ouverture d’un tronçon de Calebasses à Arsenal. Il avance que le gouvernement décaisse Rs 2 milliards de subventions aux compagnies d’autobus. « Ce prix est calqué sur le prix du ticket actuel. Une augmentation du prix du ticket d’autobus augmentera aussi la somme de Rs 2 milliards », dit-il, précisant qu’aucune augmentation du ticket n’est prévue.