Economie

Cette conférence est organisée par la 21st Century Maritime Silk Road Indian Ocean Island Foundation Mauritius, dont le responsable est Maxime King, en collaboration avec Mauritius Jin-Fei Economic Trade and Cooperation Zone, Enterprise Mauritius et la Banque de Chine. Seront réunis à l’occasion des ministres, des hommes d’affaires et des universitaires des îles de l’Indianocéanie, notamment des Seychelles, de Madagascar, de Rodrigues, de La Réunion et de Maurice. Cette rencontre permettra de discuter et d’explorer les possibilités de coopération dans le domaine culturel, celui des affaires et de l’économie entre les pays de la région et ceux se trouvant le long de la route de la soie.

Les échanges commerciaux entre Maurice et les pays partenaires faisant partie des deux blocs économiques régionaux, à savoir le COMESA et la SADC, ont augmenté en valeur pendant les trois premiers trimestres de 2016 comparativement aux niveaux de la période correspondante de 2015 mais une évolution défavorable à Maurice a été notée. Les données officielles indiquent que les importations mauriciennes de ces groupements régionaux ont été en hausse alors que les exportations ont subi, dans un cas, une baisse et, dans l’autre, une augmentation marginale.

Le groupe Alteo Ltd se positionne activement pour devenir le leader dans les secteurs sucrier, énergétique et immobilier en Afrique et dans l’océan Indien. C’est l’ambition exprimée aussi bien par le président du groupe cannier, Arnaud Dalais, que par son CEO, Patrick d’Arifat, dans le rapport financier 2015-2016 publié cette semaine. Le chiffre d’affaires du groupe a enregistré une hausse de 17 % par rapport à l’année financière précédente pour atteindre un niveau de Rs 7,820 millions. Le profit avant taxe a toutefois connu une baisse de 6 % pour atteindre Rs 800 M. Par contre, les profits avant taxe (EBITA) ont tourné autour de Rs 2,395 M (+ 15 %).

Les salariés des services public et privé seront fixés sur le montant de la compensation salariale 2017 lundi prochain, après la réunion tripartite entre le gouvernement, le patronat et le corps syndical, présidée par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth.

L’Union des Chambres de commerce et d’industrie de l’océan Indien (UCCIOI) a, dans le cadre de la tenue du 16e Sommet de la Francophonie à Antananarivo, participé au Salon de l’industrie de Madagascar, une occasion pour démontrer les opportunités d’affaires dans les îles du sud-ouest de l’océan Indien.

Le siège social du groupe Beachcomber a obtenu la certification EarthCheck Benchmarked Bronze après un audit des lieux de ses performances en matière de développement durable et de son système de gestion.
Créée en Australie en 1987, EarthCheck est une certification en plusieurs étapes.

  • Dean Goodwin, CEO du groupe britannique : « Cette transaction nous offre une excellente plateforme pour pénétrer les marchés régionaux et émergents »
  • Couldip Basanta Lala, directeur fondateur d’IFS : « Nous nous préparons à faire partie intégrante d’une nouvelle phase de croissance »
  • MCB Capital Markets agit comme “transaction adviser” de ce deal, le plus gros enregistré dans le secteur du Global Business

Développement de taille dans le secteur du Global Business à Maurice : le groupe International Financial Services (IFS), qui compte vingt-trois années d’opérations dans ce secteur, vient d’être racheté par le groupe britannique Sanne, formé dans le centre financier de Jersey et coté depuis avril 2015 sur le marché boursier de Londres.

Ceux qui ont effectué un dépôt à la Statutory Bodies Mutual Aid Association, qui ne détient pas de licence de la Banque de Maurice pour accepter des dépôts du public, seront remboursés. C’est ce qu’a répondu le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, à une question parlementaire du député Reza Uteem.

Maurice terminerait l’année 2016 avec un déficit commercial d’environ Rs 79,5 milliards, selon les dernières prévisions de Statistics Mauritius rendues publiques ce matin. Ce niveau de déficit représente une augmentation de 6,4 % par rapport à celui de 2015 (Rs 74,7 milliards). Selon les estimations officielles, les exportations rapporteraient cette année environ Rs 88 milliards (Rs 93,3 milliards en 2015) alors que la facture d’importation s’élèverait à Rs 167,5 milliards (Rs 168 milliards en 2015).

L’état des relations industrielles dans le port connaît une nette détérioration. Pour la deuxième fois en l’espace d’un mois, la Port-Louis Harbour and Docks Workers Union a voulu avertir l’opinion publique afin d’éviter tout affrontement susceptible de nuire à l’économie du pays dans la conjoncture.

L’étude Paying Taxes 2017, publiée récemment par PricewaterhouseCoopers (PwC), cabinet d’audit et de conseil, et la Banque mondiale, place Maurice au 45e rang du classement mondial sur 190 pays. En termes de pression fiscale sur une entreprise de taille moyenne, Maurice, selon ce même rapport, se retrouve en 4e position au niveau des pays du continent africain, où cette pression est la plus faible.

L'Inde a accepté d'accorder à Maurice le statut de « most favoured nation » dans le domaine fiscal, a annoncé samedi le haut-commissaire (HC) de l'Inde à Maurice, Abbay Thakur, à l'occasion de la célébration de la Constitution Day visant à promouvoir les valeurs de la Constitution au sein de la population. Cette célébration était marquée par une conférence qu'a donnée le chef juge K.P. Matadeen sur les relations entre Maurice et l'Inde dans le domaine judiciaire en présence de l'Attorney General, Ravi Yerrigadoo.

L’indice de confiance du troisième trimestre 2016 est quasiment stable par rapport au second trimestre : 76.9 au troisième trimestre de 2016, contre 77.9 au deuxième trimestre 2016. Les éléments de cet indice de confiance sont par contre plus contrastés. La perception de la situation actuelle de l’économie mauricienne et de son évolution est plus négative qu’au trimestre dernier.  Par contre la perception par rapport aux perspectives d’emplois s’est en revanche légèrement améliorée, et pour leurs revenus les mauriciens n’anticipent aucun changement à court terme. Quant à l’indice reflétant le contexte de consommation enregistre une progression.

Fort de ses bonnes performances pour l’année financière 2015-2016, le groupe Attitude a tenu à en faire profiter ses Family Members, soit tous ses employés qui font la fierté de ses hôtels. Dans cette optique, la prime du Profit Sharing, versée aux employés des hôtels du groupe est cette année supérieure à celle de l’année financière dernière qui était en moyenne de 0,9 mois. Si la distribution de la prime varie en fonction du résultat d’exploitation de chaque hôtel et en fonction de l’évaluation de la performance individuelle de chaque employé, le groupe attitude a ainsi récompensé, le 31 octobre dernier, d’une moyenne de 1,2 mois de salaire supplémentaire, ses 1500 Family Members.

  • Brexit : déjà des recettes en baisse de 21% en une année suivant l’acélération de la dégringolade du taux de change de la livre sterling après le référendum du 23 juin
  • Offshore : risque d’une érosion de la Deposit Base des banques commerciale en 2019 avec la fin de la “grandfathering clause” sous l’accord avec l’Inde
  • La MCB inquiète de la croissance anémique de 0,5% des exportations entre 2011 et 2015 contre 2,7% entre 2006 et 2010

Alors que les espoirs de transformer 2016 en un tremplin pour la relance d’une croissance au-delà de la barre de 5% se sont envolés, l’horizon d’ici à 2020 s’annonce être la passe de tous les dangers sur le plan économique. Et cela indépendamment des conjectures autour de la réalisation du Deal Papa/Piti pour le Primeministership entre les Jugnauth, qui semble enflammer de nouveau l’échiquier politique. Toutefois, cette échéance coiïncide avec la fin du mandat du gouvernement de l’Alliance Lepep. Le working document de la Commission Européenne, rendu public mardi dernier au Parlement européen de Strasbourg et intitulé « Towards a Renewed Partnership with ACP Countries » pour assurer la succession de la Convention de Cotonou après février 2020, tire la sonnette d’alarme au sujet de profondes mutations dans les relations entre ces deux blocs. Toutefois, la réalité sur le terrain se décline en des challenges les uns plus coriaces que les autres que ce soit sur le court ou le moyen termes. Dans la conjoncture, les institutions avec un economic bias, que ce soit publiques ou privées, allant de la Banque de Maurice à la Mauritius Commercial Bank en passant par Business Mauritius, se font un point d’honneur d’éviter d’emprunter le chemin facile des bilans pour se projeter sur les trois années cruciales à venir, dont les principales étapes sont les négociations avec l’Union Européenne sur le secteur financier, l’abolition des quotas d’exportation du sucre sur le marché européen à partir de la fin de septembre 2017, l’échéance de la grandfathering clause à partir de 2019 dans le nouvel accord indo-mauricien sur le secteur du Global Business et l’avènement de la Convention Post-Cotonou à partir de février 2020 avec des menaces sur le programme indicatif d’aide financière de l’Union Européenne à Maurice. À cheval demeurent les répercussions du Brexit, le divorce entre Londres et Bruxelles, sur les échanges commerciaux, qui se traduit déjà par un manque à gagner de l’ordre de 21% en une année avec la dégringolade incontrôlée de la livre sterling sur le marché de change.

Au coût de Rs 5 milliards, les projets de conception de l’échangeur Jumbo /Phœnix et le nouveau pont reliant Coromandel à Sorèze bénéficient d’un rabais de  Rs 106 M sur les frais de consultations effectuées par la Korean Expressway Corporation (KEC) pour le compte du ministère des Infrastructures publiques. C’est ce qu’a révélé le ministre de tutelle, lors de la signature de l’accord entre l’autorité coréenne et son équivalent mauricien, la Road Development Authority (RDA), vendredi dernier. Les appels d’offres internationaux, finalisés en décembre 2016, seront lancés en mars 2017 et les travaux pour ces deux projets visant la décongestion routière démarreront en mai 2017. Ce n’est qu’après 24 à 30 mois que l’échangeur de Jumbo/Phœnix et le pont Coromandel /Sorèze seront utilisables.

En moins d’une semaine, la Banque de Maurice est venue de l’avant avec un diagnostic des principaux maux dont souffre l’économie mauricienne. Les procès-verbaux de la dernière réunion du Monetary Policy Committee signalent que la politique de Repo Rate à son niveau le plus bas a déjà fait son temps.

Il est un fait que l’industrie touristique connaît un essor, avec une croissance des arrivées touristiques. Si cela est bénéfique à l’économie mauricienne, il n’en demeure pas moins que “ce sont les grands palto qui en bénéficient.” C’est le constat effectué le 18 novembre dernier, lors d’un forum-débat organisé à l’initiative de la Federation of Hotels Taxi Association (FTHA), à la municipalité de Quatre-Bornes. Forum-débat auquel ont participé les membres du FHTA ainsi que le président du MMM, Rajesh Bhagwan, et celui du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo. Les représentants du PTr et de l’Alliance Lepep n’ont pas répondu présents à l’appel.

L’année qui se termine a été marquée par une série de surprises dans les sphères de la politique et de l’économie, aussi bien dans le monde international que dans notre république mauricienne. Et, comme s’il fallait leur emboiter le pas, la sphère religieuse mauricienne a, elle aussi, connu la surprise du grand honneur du cardinalat attribué à l’évêque de Port-Louis.
L’article que voici souhaite rappeler les événements de cette année qui sont susceptibles d’influencer la politique ou l’économie mauricienne ou les deux à la fois. Il s’agit d’événements aussi bien internationaux que nationaux. Dans un deuxième temps, nous analyserons les causes possibles de ces divers événements, ainsi que les conséquences qu’elles pourraient entrainer.

ABC Motors a réalisé des bénéfices avant impôts de Rs 108 millions pour l’année financière 2016 contre Rs 71,1 millions en 2015, soit une hausse de 52 %.  Cette augmentation est principalement soutenue par une amélioration des recettes et du niveau de bénéfice, accompagnée d’une remarquable performance des compagnies associées avec une contribution de Rs 31,4 millions, soit Rs 6,8 millions de plus qu’en 2015.  Pour la compagnie, malgré des conditions extrêmement difficiles, avec le marché des véhicules neufs accusant un recul de 10% en termes de ventes pour l’année 2015, une forte résilience est notée pour l’année financière 2016. Les recettes générées dans la vente des véhicules, conjuguées à une activité accrue du service après-vente, ont abouti à une augmentation dans le chiffres d’affaires passant de Rs 1,72 Md en 2015 pour atteindre Rs 1,83 Md en 2016, représentant une croissance de 6,4%.

Les dépôts bancaires provenant du secteur offshore ont enregistré une hausse de l’ordre de Rs 350 milliards depuis le début de l’année, a constaté hier le gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi.

Spécialisées dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) et présentes à Maurice dans le secteur du Global Business, les sociétés Adapt IT, Bitcrack Cyber Security, Popay Africa et MACmobile affichent leur confiance quant aux perspectives de développement de leurs opérations en Afrique, marché en plein essor du point de vue de l’innovation technologique, cela en s’appuyant sur les compétences acquises par Maurice dans le domaine des TIC et la plateforme d’affaires que le pays a mis en place pour déployer sa stratégie africaine.

Le Profit Sharing Scheme, introduit en 2008, a permis au groupe Attitude d’inclure tous les employés à son succès au même titre que les actionnaires.

Les recettes du secteur touristique pour les neuf premiers mois de l’année sont provisoirement estimées à Rs 39,2 milliards par la BoM. Le nombre de visiteurs pour cette même période s’est élevé à 880 890.