Economie

Nos échanges commerciaux avec l’extérieur ont été déficitaires d’environ Rs 4,6 milliards en janvier 2015, soit un montant réduit de près de 10% par rapport au niveau atteint pour le mois correspondant de 2014 (Rs 5,1 milliards).

Le PTr a présenté aujourd’hui son analyse du Budget 2015. Tout en saluant certaines initiatives, Arvin Boolell a avancé que les chiffres budgétaires ont été « escamotés ». La vérité, selon lui, c'est que le ministre des Finances s’est « servi de la dépréciation de la roupie » pour absorber les Rs 4,7 milliards consacrées à l’augmentation de la pension et autres prestations sociales. Compte tenu que nos exportations sont faites en dollars américains, « ce sont les consommateurs qui en feront les frais », a-t-il dit.

La Mauritius Employers’ Federation (MEF) et le Joint Economic Council (JEC) ont décidé de fusionner leurs activités pour donner naissance à une nouvelle entité. Cette annonce a été faite par les présidents de la MEF et du JEC, Vincent d’Arifat et Ahmed Parkar, lors d’une conférence de presse en début d’après-midi au siège de la MEF, à Ébène.

Les allégations de Ponzi Scheme, impliquant deux Management Companies opérant dans l’offshore à Maurice et enregistrée auprès de la Financial Services Commission (FSC), suscitent de grosses appréhensions à Maurice aussi bien qu’à l’étranger.

L'économiste Pierre Dinan s'est posé hier la question de savoir d'où proviendront les investissements nécessaires pour financer les projets de développement annoncés dans le discours du Budget 2015-16 par le ministre des Finances. Intervenant lors d'un forum organisé conjointement par l'Association of Chartered Certified Accountants (ACCA) et le Mauritius Institute of Professional Accountants (MIPA) à la Cyber Tower No 1, Ébène, Pierre Dinan a laissé entendre qu'un « effort colossal » devra être fait au niveau des investissements, ajoutant que ceux-ci sont importants si l'on veut que le pays retrouve un niveau de croissance économique élevé. Pierre Dinan a prévenu qu'il ne faut pas laisser le déficit budgétaire reprendre une tendance à la hausse. En revanche, il a bien accueilli les mesures sociales énoncées par le Grand Argentier la veille.

Le coup d’envoi sur les débats consacrés au Budget 2015, intitulé « Mauritius at the Crossroad », sera donné mardi prochain après la traditionnelle séance de Question Time. Les premières indications sont que la conclusion des débats avec l’adoption des « Estimates 2015 – 2016 & Indicative Estimates 2016/17 & 2017/18 » prévue pour la mi-avril, auront lieu au plus tard à la fin de la troisième semaine du mois prochain. Tout semble indiquer que c’est le député de l’opposition MMM Reza Uteem qui interviendra en premier, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, réservant son discours juste avant celui du Premier ministre et Leader of the House, sir Anerood Jugnauth, précédant le « Summing-Up » par le Grand Argentier, Vishnu Lutchmeenaraidoo.

Le Joint Economic Council (JEC) se réjouit que le Budget 2015-2016 contienne des mesures favorisant l’investissement, en particulier celui du secteur privé. « C’est un budget courageux », a déclaré hier soir le directeur du JEC, Raj Makoond, lors d’un point de presse à Plantation House. Entouré des dirigeants des diverses organisations faisant partie du JEC, Raj Makoond a indiqué qu’il y a des indications fortes dans le nouveau Budget qui démontre que le Grand Argentier veut encourager l’investissement privé. Le ministre des Finances a, selon lui, bien compris que c’est à travers l’investissement privé qu’on pourra donner un coup d’accélérateur à la croissance économique du pays. Le directeur du JEC a cité notamment les projets de développement des infrastructures (eau, routes, port, transport et connectivité, entre autres). « Si nous voulons aspirer à devenir une économie à hauts revenus, il faut nécessairement accroître les investissements », a soutenu Raj Makoond.

« Notre économie est dans une phase d’essoufflement », dit le Grand Argentier. Les secteurs traditionnels connaissent des croissances faibles et de fait un faible taux de création d’emplois. « We need to go out of the box si nous voulons créer de l’emploi rapidement », dit-il. C’est ainsi qu’il a annoncé 13 méga projets à travers le pays dont huit seront conçus sur le concept de « smart city ». Concept qui apportera une révolution complète de notre mode de vie, de travail et de loisirs. Ces villes intelligentes seront conçues de manière à respecter l’environnement ; à générer leurs propres ressources en termes d’énergie et d’eau ; à apporter des moyens de transport modernes et à réduire l’embouteillage à travers l’île.

Le Budget a accordé une attention particulière aux familles se trouvant au bas de l'échelle salariale, mais prend en considération aussi les besoins de la classe moyenne. Le ministre des Finances a annoncé une série de mesures dans cette direction, la première étant la construction de 1 000  maisonnettes par le ministère du Logement, lesquelles seront destinées aux familles ayant des revenus inférieurs à Rs 10 000.  La superficie de ces maisonnettes passe de 39 m2 à 50 m2. Soulignons que les travailleurs sociaux ont à maintes reprises insisté sur la nécessité d'élargir la superficie  des maisonnettes destinées au low-income groups.

Vishnu Lutchmeenaraidoo est passé rapidement sur le secteur de l’Agro-industrie, qui inclut celui de la pêche et de l’élevage, dont celui des porcs. Il a annoncé sept mesures pour cette catégorie d’opérateurs économiques.

Le gouvernement veut se débarrasser des mauvaises pratiques ayant causé beaucoup de tort au secteur de l'enseignement supérieur et entreprendra une réforme de ce secteur. « Nous voulons rétablir le prestige de l'enseignement supérieur, rehausser la qualité, et faire en sorte que tout soit conforme aux normes internationales », a dit hier le ministre des Finance en annonçant que le gouvernement viendra avec un nouveau Higher Education Bill. Le gouvernement songe aussi à revoir la stratégie pour la formation professionnelle afin qu'elle soit en phase avec les nouveaux besoins de la société.

  • Au chapitre des dépenses, les gages et salaires : Rs 26,9 milliards (+ Rs 2,9 milliards); les bénéfices sociaux : Rs 24,1 milliards (+ Rs 5 milliards); et les “Grants” : Rs 18,2 milliards (+ Rs 1,5 milliard)
  • Le plus gros budget alloué à la Sécurité sociale, Rs 18,7 milliards, soit Rs 4 milliards de plus, suivi de l’Éducation (Rs 14,7 milliards)

L’exercice financier 2015/16, après la parenthèse budgétaire de ce premier trimestre, devra être bouclé avec un déficit de 3,5%, soit sensiblement dans la même fourchette que pour les 12 mois de 2014 (3,2%). C’est ce qu’indique le Statement of Government Operations contenu dans le budget. Pour la prochaine année financière, le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, s’attend à des recettes de Rs 87,6 milliards pour financer des dépenses globales de Rs 93,6 milliards. Le budget de développement devra assurer des dépenses de Rs 12,6 milliards contre des Capital Revenue de Rs 3,2 milliards, dont Rs 2,6 milliards à l’item des External Grants, laissant un trou de Rs 15,4 milliards à combler (3,5% de déficit).

  • Électricité : enveloppe de Rs 5 milliards, dont Rs 1,6 milliard en 2015/16 pour la réhabilitation de la centrale thermique de Saint-Louis

En marge de la présentation du budget pour les prochains 18 mois, le gouvernement a élaboré un programme d’investissements publics (PSIP) de l’ordre de Rs 123 milliards pour la période allant de janvier 2015 à juin 2020. D’ici à juin de l’année prochaine, des investissements de Rs 37,5 milliards ont été identifiés pour la réalisation de projets d’infrastructure, dont Rs 7,7 milliards dans le port et Rs 5 milliards dans le secteur de l’énergie. Des financements de Rs 17 milliards venant des partenaires de développements étrangers ont été sollicités pour ces prochains cinq ans, dont Rs 6,7 milliards pour les 18 mois à venir.

  •  Le concept de “parrainage”, soit l’adoption d’une poche de pauvreté par compagnie du secteur privé, pour soutenir le développement durable, présenté
  •  Refonte total du concept de CSR selon la formule actuelle et aux Ong de convaincre les compagnies d’investir dans leurs projets prioritaires

« Aucun avancement économique n’est possible sans la paix sociale », a souligné Vishnu Lutchmeenaraidoo. De fait, a-t-il rappelé dans son discours budgétaire, « dans le même esprit que ce gouvernement a réalisé l’effort considérable, en début de cette année, envers 240 000 membres de la société, une enveloppe d’aide de Rs 27, 5 milliards a été votée pour la période de janvier 2015 à juin 2016, faisant donc de la Sécurité sociale la priorité des priorités. »

Les prévisions se sont avérées justes pour nombre d’observateurs boursiers. Les mesures budgétaires annoncées hier par le ministre des Finances concernant les jeux de hasard et l’organisation de paris sur les courses hippiques et les matches de football ont été lourdement ressenties par certaines valeurs du marché officiel, en particulier Lottotech Ltd, organisateur de la Loterie nationale et autres jeux, dont celui des cartes à gratter. Lottotech a fait un véritable plongeon, cédant 15,5% en l’espace d’une heure pour se retrouver à Rs 7,50 à 11 h.

C’est un budget qui prend en considération l’intérêt du peuple avant tout, un budget à visage humain. Nous lançons aujourd’hui la fondation pour la réalisation du deuxième miracle économique. Le premier avait été réalisé par SAJ et Vishnu Lutchmeenaraidoo. Ces deux reviennent encore pour le deuxième miracle économique.
Concernant mon ministère, il y a le petroleum hub et le bunkering hub. Ce sont deux projets qui nécessitent des investissements conséquents et sont appelés à devenir de nouveaux piliers de notre économie. Ils sont très prometteurs pour l’économie du pays car ils favoriseront la création d’emplois. Ce qui donnera un boost à l’économie et Maurice retrouvera son image de tigre de l’océan Indien.
Dans l’industrie, les opérateurs vont bénéficier de freight rebate scheme pour leurs exportations vers l’Afrique. Ce qui permet une baisse dans les frais d’exportation. Il y a un fonds de Rs 442 M pour soutenir le secteur manufacturier. Ce budget fait aussi la part belle aux PME avec un investissement massif. C’est le secteur d’avenir pour la création d’emplois.

Commentant le discours du budget à chaud en présence de tous les parlementaires mauves, le leader de l’Opposition l’a qualifié de « terriblement décevant ». « C’est avec tristesse que je le dis, mais le budget est décevant. C’est le discours le plus décousu et le plus mal foutu que j’ai entendu depuis que je suis au parlement en 1976. »

  • Le relèvement de l’Income Tax Threshold de Rs 10 000, soit pas d’Income Tax pour un individu avec des revenus de Rs 285 000, en vigueur à partir du 1er juillet prochain
  • Betting Tax : le Licence Fee d’un bookmaker au Champ-de-Mars passe de Rs 350 000 à Rs 1 million et hors du Champ-de-Mars de Rs 350 000 à Rs 3,5 millions
  • Tote : le Licence Fee majoré de dix fois, soit Rs 100 000 à Rs 1 million avec la Betting Tax doublée à 20 % des Gross Stakes au lieu des 10 à 12 % en vigueur
  • Le Special Levy de 10 % sur les revenus imposables des banques commerciales, qui arrive à échéance cette année, maintenu jusqu’en 2018

Avec le retour à l’ancienne formule de l’exercice financier pour couvrir la période du 1er juillet au 30 juin de l’année suivante, une transition s’impose en ce qui concerne la déclaration d’impôts des contribuables. Ainsi, pour la présente année financière, ils devront soumettre deux Returns of Income Tax à la Mauritius Revenue Authority. C’est ce qui ressort des explications contenues dans l’annexe au Budget Speech 2015/2016, lu par le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, pendant 90 minutes à l’Assemblée nationale, hier après-midi. Ce même document comporte également toute la nouvelle structure fiscale élaborée par le gouvernement pour lutter contre la notion de nasyon zougader avec un bookmaker ayant à payer entre Rs 1 million et Rs 3,5 millions pour le Licence Fee dépendant s’il opère au Champ-de-Mars ou ailleurs.

Mauritius at the Crossroad 
INTRODUCTION 
Madam Speaker, at the outset I wish to place on record that I have had very fruitful meetings with various stakeholders during the recent Budget consultation exercise. I extend my thanks to all those who have participated, for their views and suggestions. Indeed, their contribution has been most helpful in today’s Budget presentation. 

En vue d'offrir aux Petites et moyennes entreprises (PME) les moyens de faire face à la compétition de manière efficace et, d’autre part, d'aider ceux qui veulent démarrer leur entreprise, KPMG lance un “helpdesk” pour le PME. À travers cette initiative, KPMG compte aider les PME à monter leurs entreprises et les gérer de manière productive. Le “helpdesk” fournira ainsi des conseils sur la comptabilité, l’informatique et la gestion financière.

Les pronostics se multiplient à la veille du budget 2015-16. L’on entend les refrains habituels sur la situation dans laquelle se trouvent le ministre des Finances et son équipe : ils  seraient sur la corde raide, ils n’auraient pas de marge de manœuvre, ils se proposeraient de taxer davantage les riches et les banques, et tutti quanti. Car, se dit-on, comment feront-t-ils pour absorber l’ardoise additionnelle de 4,7 milliards de roupies que coûtent la pension universelle de 5 000 roupies par mois accordée aux personnes âgées, et l’augmentation de 600 roupies aux salariés touchant moins de dix mille par mois ?Notons, ici, que le ministre n’a pas précisé si ce montant de 4,7 milliards est sur une base annuelle, ou si c’est le coût total pour la période de 18 mois(janvier 2015-juin 2016) que doit couvrir le budget 2015-16.

La croissance et la confiance devront occuper une place prépondérante dans le Budget Speech 2015 d’une durée de 75 minutes que prononcera le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, demain à partir de 17h, à l’Assemblée nationale. Mais le maître mot restera la relance des investissements. Le budget couvrira une période de 18 mois, soit jusqu’à juin 2016, compte tenu des changements apportés dans le calendrier financier. Pour ce week-end, ce sera la veillée d’armes budgétaire au ministère des Finances avec les derniers détails des mesures fiscales mises au point ou encore des retouches au discours du budget suite aux ultimes consultations entre le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, et le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, en prélude au Special Cabinet Meeting de demain après-midi.

Le montant des investissements directs étrangers (FDI) passant par Maurice en direction de la Grande Péninsule s'est élevé à près de USD 7,7 milliards pour la période avril 2014-janvier 2015, soit 30% du montant global pour la même période.

Maurice a reçu Rs 14,1 milliards sous forme d'investissements directs étrangers (FDI) en 2014, indique un relevé publié hier par la Banque de Maurice (BoM). Selon cette dernière, les secteurs de l'hôtellerie/restauration et de l'immobilier ont attiré le plus gros de ces investissements.