Faits divers

Suspecté d’avoir sexuellement agressé une jeune femme de 29 ans, un chauffeur de 51 ans, habitant Cent Gaulettes, Sébastopol, a été appréhendé hier. Le 1er avril dernier, vers 19h30, raconte la présumée victime aux policiers, une de ses connaissances, un dénommé Harry, s’est présenté à son domicile, à Cité EDC, Caroline.

Robin Maximilien Philippe Lombard-Truche, plus connu sous le nom d’Om Lombard, mannequin international français de 48 ans, avait été arrêté par la Division Métropolitaine de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) le mercredi 13 avril 2016. Il répond d’une accusation provisoire de trafic de drogue. Sa demande pour sa remise en liberté conditionnelle lui a été accordée hier. Il a dû fournir deux cautions, une de Rs 20 000 et l’autre de Rs 200 000, et signer une reconnaissance de dettes de Rs 1 M.

Une dispute conjugale s’est terminée en bain de sang dimanche à 19h15. Un directeur artistique de 30 ans a en effet été poignardé dans le dos par sa femme, une enseignante de 28 ans, et a été admis à l’hôpital du Nord. Le couple, domicilié à Vallée des Paradis, Montagne-Longue, discutait d’un prêt bancaire jusqu’au moment où elle a pris une tournure dramatique. Le trentenaire aurait alorsgiflé son épouse dans un moment de colère, après quoi cette dernière s’est emparée d’une arme blanche et lui a asséné un coup dans le dos avant de quitter la maison. Blessé, le trentenaire a d’abord été transporté à l’hôpital de Montagne-Longue par son cousin avant d’être transféré à l’hôpital du Nord, où son état est jugé stable. Son épouse a été appréhendée le même jour et a été placée en détention.

United Docks avait fait une demande de révision judiciaire en Cour suprême pour contester la décision du Town and Country Planning Board d’introduire un nouveau plan d’urbanisation. La firme soutenait qu’elle n’avait pas eu un procès équitable et que ses attentes légitimes de développer ses propres terres n’avaient pas été respectées. Le Town and Country Planning Board avait pour sa part demandé le rejet de la demande, indiquant que ce n’était pas sa décision personnelle mais celle de l’État. Les défendeurs avaient aussi soutenu que si United Docks se sentait lésée, elle pouvait toujours avoir recours à une demande de compensation aux parties concernées. Après avoir écouté les divers arguments, le Chef juge Keshoe Parsad Matadeen et la juge Aruna Devi Narain ont rejeté la demande de United Docks. « With regard to the relevant considerations not taken into account, we note that none has been either referred to in the applicant’s affidavit or canvassed in the submissions of counsel. As regards the irrelevant considerations taken into account, the applicant complained that these included projects which have been reviewed and discontinued by the policy-makers but have been retained in the approved outline scheme », a conclu la Cour.

À peine a-t-elle été promue au rang de secrétaire du Chairman que la supervisor de la Mauritius Duty Free Paradise Shop est revenue back to the shop. Serait-ce l’article paru dans Le Mauricien de mercredi dernier évoquant la grogne des autres employés qui a valu ce changement? Difficile à dire.

Navin Ramgoolam lance un avertissement fort au patron de la compagnie Fashion Style, Rakesh Gooljaury. « Mo pe attan li de pied ferme », dit-il. Et il lui conseille même de s’assurer de la présence du SAMU lorsqu’il déposera en cour sur l’affaire Roches-Noires dans dix jours « parski mo conner li pou transpirer ». C’était vendredi dernier lors d’un congrès tenu par le PTr à Bambous-Virieux, où il commentait les propos de son ex-homme de confiance à la police. Très critique également envers les membres de la majorité, dont la PPS du No 11, Sandhya Boygah et le ministre de la Pêche Prem Koonjoo sur l’affaire de barachois, le leader du PTr s’en est pris aussi au manque de leadership de Sir Anerood Jugnauth alléguant que son inaction mène le pays à une crise économique et sociale sans précédent.

Double coïncidence, cette semaine, dans la saison II de Navin Coffers Saga. Mercredi, Nandanee Soornack devra comparaître devant le Tribunal d’appel de Bologne dans le cadre des procédures pour son extradition d’Italie. Et le lendemain, l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, est assigné à se présenter en Cour intermédiaire à l’appel du procès au pénal instruit par le Directeur des Poursuites Publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, dans le complot du bungalow de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011. Deux autres High Profile Accused Parties, l’ancien directeur général du National Security Service (NSS), le Deputy Commissioner of Police Dev Jokhoo, et l’ancien patron de la VIPSU, l’ex-DCP Ravine Sooroojebally prendront également place dans le box des accusés.

Depuis mercredi dernier, la veillée d’armes pour la décision du Directeur des Poursuites Publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, a été entamée par rapport à sa décision suite à la conclusion de l’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) sur l’Euro-Loan de 1,1 million d’euros à un taux d’intérêt fixe de 1,5% par an. Dans un premier temps, l’ancien ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, s’est laissé aller à l’euphorie instantanée devant le Legal Advice du DPP au commissaire de police, Karl Mario Nobin, au sujet de « pas de charge provisoire à ce stade ».

Alors que le Privy Council est revenu sur sa décision en acceptant le mercredi 6 janvier 2016 d’entendre l’appel des quatre condamnés dans l’affaire l’Amicale, il ne reste plus qu’à fixer une date. Le panel d’avocat qui défend les quatre hommes a recommandé au Privy Council que l’appel soit fixé pour février 2017.

Le Judge’s Order obtenu par la Motor Vehicles Dealers Association (MVDA) le 15 janvier dernier contre les autorités – dont la MRA, la NTA et les ministères des Finances et du Commerce –, suivant la dénonciation d’un trafic allégué de voitures de seconde main importées et passées pour neuves, a été étendu au 5 mai, date à laquelle les défendeurs devront répondre au nouvel affidavit logé par la MVDA. Dans ce document, la MVDA revient à la charge et maintient que la MRA a agi « contre la loi » en donnant le “clearance” d'une voiture de marque japonaise, importée comme neuve par la Crown Trading Co Ltd.

L’enquête judiciaire instituée pour faire lumière sur la mort d’Harmon Chellen, ancien directeur de l’école hôtelière sir Gaëtan Duval, dont le corps avait été retrouvé dans le lagon alors qu’il était en mission aux Seychelles, reprend au tribunal de Mahé le 7 juin. Les médecins légistes – le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, le Dr Satish Boolell ainsi que le Dr Pillay, toxicologue – seront appelés à la barre des témoins. Le témoignage du médecin légiste des Seychelles devra aussi être entendu. L’enquête judiciaire devrait prendre fin le 10 juin.

Il était reproché à la Road Development Authority (RDA) d'avoir fait l'acquisition « illégale » d'un terrain pour entamer la construction d'un « by-pass » à Goodlands. La propriétaire terrienne avait soutenu que son bien foncier n'avait jamais été repris par le ministère des Terres et du Logement et qu'ainsi, la RDA n'avait « aucun droit » de s'emparer de son terrain pour des travaux.

Le procès intenté à Siddick Chady, ancien ministre et ex-Chairman de la Mauritius Ports Authority et Prakash Maunthrooa, ancien directeur général de cette entité, dans l’affaire Boskalis, sera appelé à nouveau le lundi 2 mai. La cour devra décider de la date des auditions des témoins néerlandais.

  • En cas de conclusion des deals sur la clinique et la vente des actions de BAI au sein de Britam (Kenya), la cagnotte de remboursement du SCBG alimentée d’au moins Rs 4,9 milliards
  • La MauBank a déjà décaissé en faveur du Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities les Rs 400 millions des comptes de Bramer Banking Corporation Ltd
  • La vente des paliers restants à la Bramer House d’Ébène, confiée à un Estate Agent, pourrait générer des recettes de l’ordre de Rs 500 millions

Avec l’échéance du 30 juin se précisant pour l’émission de Zero-Coupon Debentures en faveur des victimes du Ponzi-Like Scheme de BAI, en particulier les détenteurs de Super Cash Back Gold, les bouchées doubles sont mises en vue de constituer la cagnotte de remboursement.

Un ressortissant français de 57 ans a comparu hier devant le Tribunal de Mapou pour relations sexuelles avec un mineur de 17 ans. Faute de pouvoir payer deux cautions de Rs 10 000 chacune, il a été reconduit en cellule.La disparition d’un adolescent de 17 ans, domicilié à Grand-Bois, avait été signalée au poste de police de Piton mardi dernier par son père.

Lajputh Kotowaroo (alias Vikash), un ex-chauffeur d’Air Mauritius, a été reconnu coupable de viol cette semaine par les magistrats Renuka Dabee et Vijay Appadoo. La victime, une femme de 20 ans qui était en stage à la section planning & maintenance de la compagnie pour ses études en Law & Management à l’Université de Maurice (UoM), avait porté plainte contre lui en septembre 2008.

Saraswati Ratri Devi Ramma, directrice de Radhika Foods Ltd, a été reconnue coupable en Cour intermédiaire d'avoir fait un chèque en bois pour l'achat d'une voiture. Cette dernière a été inculpée pour avoir agi de concert avec Mohamad Imtheyaz Bundhoo, coaccusé dans la même affaire, afin de persuader sa victime d'accepter le chèque et de s'emparer ainsi de son véhicule pour le revendre.

Iswurdeo Seetaram et son épouse avaient vendu un terrain à Henrietta au couple Durhone en 2004. Mais ils sont accusés de n’avoir pas respecté les clauses du contrat de vente, soit de n’avoir pas asphalté la sortie du chemin et de n’avoir pas fourni l'installation d’eau et d’électricité. Le juge Asraf Caunhye leur a ordonné de payer Rs 122 450 pour les dépenses additionnelles causées et Rs 100 000 de dommages pour le préjudice subi par le couple Durhone pour n’avoir pas respecté leurs « obligations contractuelles ».

Un peu plus de treize mois après avoir consigné une déposition au sujet des allégations de séquestration dans la nuit du 16 au 17 février 2015 formulées contre trois VVIPs, dont l’ancien ministre Pravind Jugnauth, le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, et l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, la VVIP Saga remonte à la surface.

L'appel interjeté par Georges Albert Koo Seen Lin, l'ancien directeur général de la compagne Grewals Ltd, a été entendu la semaine dernière par les Law Lords, Lady Hale, Lord Kerr et Lord Hughes.

Un ressortissant français réclamait 50 000 euros à son ex-concubine qui l’aurait mené en bateau en lui demandant de lui envoyer de l’argent pour qu’elle agrandisse sa maison avant de penser au mariage. Toutefois, celle-ci devait soutenir que leur couple battait de l’aile après une proposition sexuelle indécente du Français, ajoutant que c’est lui qui lui avait fait part de son envie de l’épouser.

Des ossements retrouvés hier après-midi sur le flanc de la montagne de Morcellement Raffray, Terre-Rouge pourraient être ceux de Jean-Andy Pénélope. Une pièce d’identité au nom d’Andy Pénélope, un téléphone portable et un briquet se trouvaient près du cadavre en état de décomposition avancée. Un blouson et une corde suspendue à un arbre étaient à proximité. Le corps a été découvert par des ouvriers indiens et a été transporté à la morgue par la police pour une autopsie.

  • Un panel de l’Office of the Director of Public Prosecutions (DPP) constitué pour passer au peigne fin la Documentary Evidence recueillie par l’ICAC dans le dossier Euro-Loan de 1,1 M d’euros
  •  Avec le “Final Report” sur  l’enquête de l’ICAC, le DPP  préconise « aucune inculpation provisoire à ce stade » contre l’ancien ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo

Après 38 jours d’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) avec le déclenchement de l’opération Goldfinger sur l’Euro-Dollar Loan de 1,1 million à des taux de 1,5 % par an, une première étape au niveau de l’Office of the Director of Public Prosecutions a été franchie.

Le leader du MSM était hier l’invité d’honneur du Conseil de district de Savanne, à l’occasion de la pose de la première pierre du nouveau Village Hall. Après avoir évoqué le contexte économique difficile, dû à un « héritage difficile » du gouvernement sortant, il a abordé son appel dans l’affaire MedPoint. « Si je gagne, le Premier ministre décidera de mon avenir. Mais si je perds, j’ai déjà décidé de ce que je ferai. Ce ne sera pas la fin du monde. »