Faits divers

La motion déposée par Pravind Jugnauth, dans laquelle il demande que les Cabinet Papers lui soient remis afin qu’il puisse mieux préparer sa défense dans l’affaire MedPoint, a été appelée ce matin devant la Cour suprême, présidée par le chef juge Keshoe Parsad Matadeen. Elle devait être prise sur le fond aujourd’hui. Toutefois, l’Acting Deputy Solicitor General, Me Rajeshwar Ramloll, qui défend les intérêts du secrétaire au cabinet, a rappelé que l’auteur de la motion s’est déjà prononcé sur le procès de conflit d’intérêts dans lequel il constitue la partie accusée. En fait, Pravind Jugnauth a plaidé non coupable du délit logé contre lui.

Un marchand de glaces, qui était accusé d’avoir agressé sa bru, a obtenu le bénéfice du doute. À l’origine de cette affaire : une demande de Protection Order réclamée par la présumée victime à l’encontre de son époux, le fils de l’accusé, suite à une dispute conjugale. Ce procès s’est déroulé en Cour de District de Port-Louis sous la présidence du magistrat Neeshal Jugnauth.

Dans un accès de colère, Dronah Satyam Fullee, 23 ans, a asséné une vingtaine de coups de couteau à son père, Dekha Fullee, 73 ans, un ancien assistant surintendant de police. Dans cette agression d’une brutalité incroyable, la victime a eu trois perforations au cœur et son œil gauche éborgné de même qu’un rein sectionné. C’est ce que révèle l’autopsie pratiquée samedi par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. Le premier suspect interpellé par les limiers de la CID de la Western Division et de la Major Crime Investigation Team (MCIT) n’a été autre que le fils de la victime, qui avait des traces de sang sur ses vêtements et sur ses jambes.

La magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing, siégeant en Cour de Rose-Hill, a accordé le bénéfice du doute à une présumée bookmaker qui opérait dans un restaurant familial à Quatre-Bornes. Selon la magistrate, les articles saisis au restaurant, des fiches de paris sur des matches de football et une somme de Rs 3 100, n’étaient pas reliés à l’accusée.

Aussi incroyable que cela puisse paraître : deux touristes indiens se sont noyés simultanément dans la piscine d'un pensionnat à Grand-Baie. Cela s'est passé hier matin. Mais le gérant de l'établissement, un ressortissant étranger, a menacé de poursuite en diffamation tout journal qui allait faire état de cette double noyade. Il affirme avoir déjà consigné une déposition de trois pages au sujet de cette noyade au poste de police de Grand-Baie, hier.

Découverte macabre dans un des appartements au rez-de-chaussée du Block B de Cybervillage à Ebène, hier matin. Un ancien assistant surintendant de police, Dekha Fullee, aussi connu sous le nom de Suresh, âgé de 77 ans, a été agressé sauvagement à l'arme blanche et gisait dans une mare de sang dans sa salle de bains. C'était vers les 10h que des limiers du CID de la Western Division, menés par les assistants surintendants de police Frichot et Tuyau, sont arrivés sur les lieux du crime. Dès le début de cette enquête confiée conjointement au CID de la Western Division et à la Major Crime Investigation Team (MCIT) de l'ASP Gérard, le fils du suspect, Dronah Satyam Fullee, alias Raja, a été placé en état d'arrestation car ses vêtements portaient des traces de sang. Mais ce suspect, qui a intitialement nié les faits qui lui sont reprochés en alléguant que trois individus auraient agressé mortellement son père, ce matin, est passé aux aveux en fin de journée, permettant d'élucider, en moins de 24 heures, ce crime parricide macabre.

Le domaine du Cerf Ltée avait logé une plainte en Cour suprême contre le Secrétaire Permanent du ministère de l’Agro-Industrie et le Commissaire de police pour avoir annulé son bail sur une portion de terrain de l’État située dans la région de Mare-aux-Vacoas et pour avoir entravé son droit d’accéder à ce terrain respectivement. Le juge Ah Fook Chui Yew Cheong, qui a présidé ce procès en réclamations, a annulé la plainte, trouvant que le plaignant avait enfreint l'article 4 (2) de la Public Officer’s Protection Act en n’ayant pas informé ses défendeurs un mois à l’avance des motifs de sa plainte logée contre eux.

Respecter la procédure judiciaire : c’est le fondement que la Cour intermédiaire a appliqué pour rayer la plainte qu’a logée Satyaveer Kallychurn contre l’État, le chef de cabinet du ministère de la Santé et le directeur des services pharmaceutiques du ministère. Il voulait importer des produits qui favorisent le bodybuilding mais le ministère lui avait réclamé une prescription médicale, ces produits étant prohibés à la consommation sans avis médical. Pour la magistrate Maryse Panglose-Cala, le fait que la mise en demeure ne fasse pas mention de ce qu’il reprochait au ministère, comme c’est le cas dans la plainte – la seconde ayant été logée moins d’un mois après avoir fait servir la première – justifie son rejet.

La firme privée Seayu Ltd avait logé une plainte en Cour suprême alléguant qu’une somme de US $ 100 000 qu’elle avait prêtée à un partenaire d’affaires, la firme La Rivière de Mon Choisy Ltd, ne lui avait pas été remboursée. Le juge Gérard Angoh, qui a présidé ce procès, a donné gain de cause au défendeur, statuant que les relevés bancaires présentés en cour démontraient que la somme avait bien été créditée sur le compte personnel du directeur de la firme Seayu Ltd, malgré que celle-ci ait affirmé que cette somme concernait une autre transaction effectuée.

Alors que son procès pour trafic de drogue devait être appelé devant la Cour d’assises hier, le Canadien Allan Stockhall a catégoriquement refusé de faire le déplacement de la prison de Beau-Bassin pour sa comparution. Ce refus était dû au fait qu’il lui avait été interdit d’apporter une lettre destinée au presiding judge Benjamin Marie-Joseph, qui n’avait ni le sceau de la prison, ni l’autorisation du Commissaire des Prisons. Cette lettre a été découverte sur lui alors que les officiers effectuaient la fouille habituelle avant de se rendre en Cour. Le juge a ordonné qu’il soit présent en Cour le 15 octobre.

Heureux dénouement dans l’affaire de paiement des arrérages aux 131 employés qui n’avaient pas signé « l’option form » du rapport Appanah en 2008. Un des syndicats de Mauritius Telecom (MT), en l’occurrence la Telecommunication Employees and Staff Association (TESA) a finalement signé durant la semaine l’accord collectif portant sur le « back pay » de ces 131 employés depuis 2008. La direction de MT confirme que le paiement serait effectué au plus tard le 15 octobre.

Poursuivi pour le meurtre du chauffeur de taxi Mohunsing Koolaputh le 10 novembre 2009 à Mount, Pamplemousses, Rajiv Kumar Ramphul, 24 ans, a comparu devant les Assises hier matin devant le juge Benjamin Marie-Joseph. Ses avocats, Me Vikash Teeluckdharry et Poonam Devi Sookun, ont informé la Cour que, bien qu’étant déjà en possession du « brief » du procès, ils comptent écrire au DPP pour réclamer plusieurs autres documents afin d’étudier la possibilité de loger une demande pour la réduction de la charge pesant sur l’accusé. Ce dernier est actuellement poursuivi sous une charge de manslaughter. L’affaire sera de nouveau appelée le 10 novembre.

Après avoir lutté pour sa survie pendant 19 jours, Marie-Josée Rose a rendu l’âme hier à 16 h 50. Cette habitante de Baie-du-Tombeau, âgée de 41 ans, avait en effet été admise à l’hôpital Jeetoo le 20 septembre dernier après avoir été poignardée par son époux.

Le leader du MSM, Pravind Jugnauth, s’est rendu au QG du Central CID (CCID) en début d’après-midi pour porter plainte contre Rama Sithanen, Shadow Finance Minister de l’Alliance PTr/MMM, pour diffamation criminelle.

Poursuivi initialement devant les Assises sous une charge de manslaughter pour avoir, en février 2010, tué sa belle-mère Amrita Chatardharry, 51 ans, Kaviraj Lutchmun répond aujourd’hui d’une charge réduite de Wounds and Blows causing death without intention to kill. Il a comparu devant le juge Benjamin Marie-Joseph hier et a plaidé coupable.

Pendant près d’une demi-heure à la mi-journée aujourd’hui, la visibilité sur l’autoroute A1 en direction du Réduit à hauteur de Sorèze était quasiment nulle.

Le procès intenté à l’ancienne enseigne Pick N Pay par Mont Choisy Ltd réclamant des dommages de Rs 200 M pour rupture de contrat a été appelé hier devant le Full Bench de la Cour Suprême composé des juges Nirmala Devat, Ah Fook Chui Yew Cheong et David Chan Kan Cheong. Une question préliminaire avait été soulevée pour savoir si le contrat entre les deux parties comportait une clause stipulant que le recours à un arbitrage était requis en cas de litige. Alors que Mont Choisy Ltd soutient que tel n’était pas le cas, Pick N Pay maintient que cette clause existait bel et bien. Les hommes de loi des deux parties devront soumettre leurs arguments le 4 novembre.

Le domaine du Cerf Ltée avait logé une plainte en Cour suprême contre le Secrétaire Permanent du ministère de l’Agro-Industrie et le Commissaire de police pour avoir annulé son bail sur une portion de terrain de l’État située dans la région de Mare-aux-Vacoas et pour avoir entravé son droit d’accéder à ce terrain respectivement.

Poursuivis pour le meurtre du directeur du musée de Mahébourg, Sunil Nosib, poignardé au cœur en 2009, Murugan Goindanappa et son complice Nivesh Gowreedoss ont comparu devant la Cour d’assises hier. Pour la quatrième fois consécutive, Gowreedoss s’est présenté sans avocat, bien qu’il a déclaré avoir retenu les services de Me Utam Hurnuth.

Le passeur français Pierre Martin Viator et ses deux présumés complices mauriciens poursuivis pour trafic de drogue ont comparu aux Assises ce matin. Pierre Martin Viator, en détention depuis son arrestation en octobre 2011, a plaidé coupable.

La National Agency for the Treatment and Rehabilitation of Substance Abusers ( NATReSA) en collaboration avec le ministère de la Santé et de la qualité de la vie, celui de la jeunesse et des sports, le Mauritius Sports Council et Mauritius Telecom ont lancé une campagne de sensibilisation sur la drogue et les produits de dopage.

Poursuivi pour le meurtre de Dharmanand Ruttan, Indraduth Mohit (33 ans) a comparu devant le juge Benjamin Marie-Joseph ce matin. Son homme de loi, Me Sanjeev Teeluckdharry, a réitéré sa motion pour que les « used et unused materials » relatifs à cette affaire lui soient communiqués.

La décision du tribunal de district de Flacq d’annuler le permis de conduire du chauffeur de taxi Devananda Chinapyel a été maintenue par la Cour suprême siégeant en instance d’appel. Le chauffeur ne pourra donc opérer en tant que taximan pendant un certain temps.

Mykola Khliupta, Andrii Polyvanov et Vasyl Ternavchuk, arrêtés le 14 janvier de cette année dans le cadre du démantèlement d’un réseau de fraudeurs de cartes bancaires au préjudice de clients de plusieurs banques européennes, ont comparu en Cour intermédiaire ce matin devant la magistrate Darshini Gayan. Les accusés Ternavchuk et Khliupta ont été condamnés à purger un an de prison alors que l’accusé Polyvanov devra purger 10 mois de prison pour fraude électronique sous l’article 10 de la Computer Misuse and Cybercrime Act.