Faits divers

Le procès intenté à l'avocat Rama Valayden pour “entente délictueuses” dans le sillage du scandale allégué de pots-de-vin à la Cour suprême a été appelé devant la magistrate Shavina Jugnauth Chuttur en Cour intermédiaire hier. Me Rama Valayden avait logé une motion demandant la radiation des charges contre lui.

Un automobiliste avait été poursuivi en Cour de Rose-Hill sous le chef d’accusation de « coups et blessures par imprudence ». Il aurait heurté avec son véhicule, à la jonction des avenues Laforge et Kooseeal, un motocycliste, qui avait ensuite perdu connaissance.

Hier se sont déroulés les débats sur la motion déposée en cour de district de Port-Louis par Me Kailash Trilochun, l’avocat de l’avoué Roshan Rajroop, celui dont les services avaient été retenus par Sport Data Feed Ltd et qui avait été arrêté et placé en détention quelques jours durant.

Après son refus de comparaître vendredi dernier car les officers de prison lui interdisaient de porter sur lui une lettre non sanctionnée par le Commissaire de Prison, adressée au juge des Assises, Allan Stockhall s'est présenté aujourd'hui avec sa missive. Son contenu, qui avait fait débat lors de la dernière audience, est en fait une demande de l'accusé pour faire appel à une décision de la Cour du 5 février 2014. Mais le juge Benjamin Marie Joseph lui a cependant expliqué qu'il y avait une procédure à suivre et qu'elle devait être faite par un avocat, que l'accusé n'a pas car se représentant lui-même. Indiquant que la Cour avait perdu beaucoup de temps dans ce procès, le juge a fixé le procès du 9 au 13 février 2015.

CUREPIPE : Vol avec agression hier après-midi
Un chauffeur de profession a déclaré s’être fait agresser hier vers 18 h par deux inconnus alors qu’il marchait le long de la rue Duperré à Curepipe. Selon sa déposition au poste de police de Curepipe à 19 h 20, après l’avoir immobilisé à terre, les deux inconnus lui ont volé une mallette contenant des documents personnels et une somme de Rs 575, avant de prendre la fuite.

Deux ans de prison à un planteur de gandia
Un homme de 47 ans, sur lequel la police a trouvé 98 plants de gandia et des feuilles de cette drogue, alors qu’il était à son domicile à Cité-La-Cure, a été trouvé coupable par la magistrate Kesnaytee Bissoonauth d’avoir planté du gandia chez lui. Une escouade de l’Anti Drug and Anti Smuggling (ADSU) a débarqué chez l’accusé le 2 mai 2013 et a découvert pour Rs 297 900 de gandia.

Un policier posté à l'ERS de l'Ouest a intercepté trois adolescents, dont un mineur, hier après-midi.

Un religieux, Sooriadev Gungapersand, avait été trouvé coupable d’attentat à la pudeur sur un adolescent de 14 ans et avait écopé d’une peine de 18 mois de prison.

Les habitants de La Rampersand Lane, La Caverne No 1, Vacoas, sont sous le choc depuis les petites heures de ce matin, les cadavres complètement calcinés de trois occupants ayant été extraits d’une maison entièrement dévastée par le feu.

L’avocat de Siddick Chady, Me Saïd Toorbuth, a logé une motion de radiation des charges hier lors de la comparution de l’ancien Chairman de la Mauritius Port Authority (MPA) et l’ancien directeur général de cet organisme, Prakash Maunthrooa, en Cour intermédiaire dans le cadre du procès qui leur est intenté, respectivement pour corruption et entente délictueuse. Me Roshi Badhain, l'avocat de Prakash Maunthrooa, s’est joint à la motion, ajoutant dans son point de droit que « the prosecution is trying to obtain a conviction at all cost in this case ».

Une opération de sauvetage a eu lieu hier après que le directeur d’un centre de plongée de Grand-Baie ait signalé la disparition de trois plongeurs français au large du Coin de Mire. Informés à 11h05, les gardes-côtes ont entamé les recherches, qui ont abouti vers 12h45. Deux des trois disparus ont été retrouvés en haute mer et ramenés à terre. À 13h25, le troisième plongeur, propriétaire d’un hôtel à Pointe-aux-Canonniers a, quant à lui, atteint le rivage de la plage de Calodyne. Aucun des trois rescapés n’a été blessé.

La motion déposée par Pravind Jugnauth, dans laquelle il demande que les Cabinet Papers lui soient remis afin qu’il puisse mieux préparer sa défense dans l’affaire MedPoint, a été appelée ce matin devant la Cour suprême, présidée par le chef juge Keshoe Parsad Matadeen. Elle devait être prise sur le fond aujourd’hui. Toutefois, l’Acting Deputy Solicitor General, Me Rajeshwar Ramloll, qui défend les intérêts du secrétaire au cabinet, a rappelé que l’auteur de la motion s’est déjà prononcé sur le procès de conflit d’intérêts dans lequel il constitue la partie accusée. En fait, Pravind Jugnauth a plaidé non coupable du délit logé contre lui.

Un marchand de glaces, qui était accusé d’avoir agressé sa bru, a obtenu le bénéfice du doute. À l’origine de cette affaire : une demande de Protection Order réclamée par la présumée victime à l’encontre de son époux, le fils de l’accusé, suite à une dispute conjugale. Ce procès s’est déroulé en Cour de District de Port-Louis sous la présidence du magistrat Neeshal Jugnauth.

Dans un accès de colère, Dronah Satyam Fullee, 23 ans, a asséné une vingtaine de coups de couteau à son père, Dekha Fullee, 73 ans, un ancien assistant surintendant de police. Dans cette agression d’une brutalité incroyable, la victime a eu trois perforations au cœur et son œil gauche éborgné de même qu’un rein sectionné. C’est ce que révèle l’autopsie pratiquée samedi par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. Le premier suspect interpellé par les limiers de la CID de la Western Division et de la Major Crime Investigation Team (MCIT) n’a été autre que le fils de la victime, qui avait des traces de sang sur ses vêtements et sur ses jambes.

La magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing, siégeant en Cour de Rose-Hill, a accordé le bénéfice du doute à une présumée bookmaker qui opérait dans un restaurant familial à Quatre-Bornes. Selon la magistrate, les articles saisis au restaurant, des fiches de paris sur des matches de football et une somme de Rs 3 100, n’étaient pas reliés à l’accusée.

Aussi incroyable que cela puisse paraître : deux touristes indiens se sont noyés simultanément dans la piscine d'un pensionnat à Grand-Baie. Cela s'est passé hier matin. Mais le gérant de l'établissement, un ressortissant étranger, a menacé de poursuite en diffamation tout journal qui allait faire état de cette double noyade. Il affirme avoir déjà consigné une déposition de trois pages au sujet de cette noyade au poste de police de Grand-Baie, hier.

Découverte macabre dans un des appartements au rez-de-chaussée du Block B de Cybervillage à Ebène, hier matin. Un ancien assistant surintendant de police, Dekha Fullee, aussi connu sous le nom de Suresh, âgé de 77 ans, a été agressé sauvagement à l'arme blanche et gisait dans une mare de sang dans sa salle de bains. C'était vers les 10h que des limiers du CID de la Western Division, menés par les assistants surintendants de police Frichot et Tuyau, sont arrivés sur les lieux du crime. Dès le début de cette enquête confiée conjointement au CID de la Western Division et à la Major Crime Investigation Team (MCIT) de l'ASP Gérard, le fils du suspect, Dronah Satyam Fullee, alias Raja, a été placé en état d'arrestation car ses vêtements portaient des traces de sang. Mais ce suspect, qui a intitialement nié les faits qui lui sont reprochés en alléguant que trois individus auraient agressé mortellement son père, ce matin, est passé aux aveux en fin de journée, permettant d'élucider, en moins de 24 heures, ce crime parricide macabre.

Le domaine du Cerf Ltée avait logé une plainte en Cour suprême contre le Secrétaire Permanent du ministère de l’Agro-Industrie et le Commissaire de police pour avoir annulé son bail sur une portion de terrain de l’État située dans la région de Mare-aux-Vacoas et pour avoir entravé son droit d’accéder à ce terrain respectivement. Le juge Ah Fook Chui Yew Cheong, qui a présidé ce procès en réclamations, a annulé la plainte, trouvant que le plaignant avait enfreint l'article 4 (2) de la Public Officer’s Protection Act en n’ayant pas informé ses défendeurs un mois à l’avance des motifs de sa plainte logée contre eux.

Respecter la procédure judiciaire : c’est le fondement que la Cour intermédiaire a appliqué pour rayer la plainte qu’a logée Satyaveer Kallychurn contre l’État, le chef de cabinet du ministère de la Santé et le directeur des services pharmaceutiques du ministère. Il voulait importer des produits qui favorisent le bodybuilding mais le ministère lui avait réclamé une prescription médicale, ces produits étant prohibés à la consommation sans avis médical. Pour la magistrate Maryse Panglose-Cala, le fait que la mise en demeure ne fasse pas mention de ce qu’il reprochait au ministère, comme c’est le cas dans la plainte – la seconde ayant été logée moins d’un mois après avoir fait servir la première – justifie son rejet.

La firme privée Seayu Ltd avait logé une plainte en Cour suprême alléguant qu’une somme de US $ 100 000 qu’elle avait prêtée à un partenaire d’affaires, la firme La Rivière de Mon Choisy Ltd, ne lui avait pas été remboursée. Le juge Gérard Angoh, qui a présidé ce procès, a donné gain de cause au défendeur, statuant que les relevés bancaires présentés en cour démontraient que la somme avait bien été créditée sur le compte personnel du directeur de la firme Seayu Ltd, malgré que celle-ci ait affirmé que cette somme concernait une autre transaction effectuée.

Alors que son procès pour trafic de drogue devait être appelé devant la Cour d’assises hier, le Canadien Allan Stockhall a catégoriquement refusé de faire le déplacement de la prison de Beau-Bassin pour sa comparution. Ce refus était dû au fait qu’il lui avait été interdit d’apporter une lettre destinée au presiding judge Benjamin Marie-Joseph, qui n’avait ni le sceau de la prison, ni l’autorisation du Commissaire des Prisons. Cette lettre a été découverte sur lui alors que les officiers effectuaient la fouille habituelle avant de se rendre en Cour. Le juge a ordonné qu’il soit présent en Cour le 15 octobre.

Heureux dénouement dans l’affaire de paiement des arrérages aux 131 employés qui n’avaient pas signé « l’option form » du rapport Appanah en 2008. Un des syndicats de Mauritius Telecom (MT), en l’occurrence la Telecommunication Employees and Staff Association (TESA) a finalement signé durant la semaine l’accord collectif portant sur le « back pay » de ces 131 employés depuis 2008. La direction de MT confirme que le paiement serait effectué au plus tard le 15 octobre.

Poursuivi pour le meurtre du chauffeur de taxi Mohunsing Koolaputh le 10 novembre 2009 à Mount, Pamplemousses, Rajiv Kumar Ramphul, 24 ans, a comparu devant les Assises hier matin devant le juge Benjamin Marie-Joseph. Ses avocats, Me Vikash Teeluckdharry et Poonam Devi Sookun, ont informé la Cour que, bien qu’étant déjà en possession du « brief » du procès, ils comptent écrire au DPP pour réclamer plusieurs autres documents afin d’étudier la possibilité de loger une demande pour la réduction de la charge pesant sur l’accusé. Ce dernier est actuellement poursuivi sous une charge de manslaughter. L’affaire sera de nouveau appelée le 10 novembre.

Après avoir lutté pour sa survie pendant 19 jours, Marie-Josée Rose a rendu l’âme hier à 16 h 50. Cette habitante de Baie-du-Tombeau, âgée de 41 ans, avait en effet été admise à l’hôpital Jeetoo le 20 septembre dernier après avoir été poignardée par son époux.