Faits divers

La route a été encore une fois meurtrière durant le week-end avec cinq nouvelles victimes ajoutées à la liste des Fatal Casualties depuis le début de l’année, s’élevant désormais à 108 morts. Samedi vers 17 h, un accident mortel le long de la route Royale à Bel-Air aurait toutefois pu grossir encore plus ce chiffre. Pour cause, au volant de sa Toyota Vitz (immatriculée 6168 AZ 11), Chittreka Sookun, âgée de 36 ans et entrepreneur habitant Clemencia, a renversé trois piétons et Shanti Mohun, une maraîchère âgée de 67 ans. Cette dernière n’a pas survécu.

Antonius Theodorus Johannes Wilhelmus de Goede, un des cadres de la firme hollandaise Boskalis, est le premier témoin néerlandais à témoigner par visioconférence aujourd’hui dans le cadre du procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa pour respectivement corruption et entente délictueuse.

Neuf jours après cette folie meurtrière de Matthieu Coret et Barlen Mardaymootoo, au volant respectivement d’une Mercedes immatriculée 2539 AG 03 et d’une Honda 1415 MY 96 sur l’autoroute à Forbach, la mère de Manisha Shamloll, Veena Quedoo, 47 ans, ne parvient pas à accepter à cette dure séparation.

A partir de la 25e semaine après l'écroulement de l'empire Rawat, surévalué à Rs 35 milliards, l'ancien Chairman et Chief Executive Officer (CEO) de BAI Co (Mtius) Ltd, Saleem Beebeejaun, pourrait être entraîné dans le bal du BAI Mega-Financial Scam. Le lien, qui devrait mettre le fils de l'ancien Deputy Prime Minister sous le gouvernement travailliste, Rashid Beebeejaun, en difficulté, n'est autre que cet emprunt de 24 heures d'un montant de Rs 3,6 milliards, consenti par la banque BCBG au groupe Rawat le 31 décembre 2009 pour sauver la mise du bilan financier en faillite. Il y a encore la série de Board Resolutions avec sa signature concédant que le groupe faisait déjà face à de sérieuses difficultés financières avec la formulation de projets comme le Super Cash Back Gold pour renflouer les caisses dévidées au profit du Chairman Emeritus de BAI, Dawood Rawat. Ce volet de Rs 3,6 milliards du 31 décembre 2009 constitue également un cauchemar pour la banque BCBG, qui devrait se retrouver dans le collimateur de la Banque de Maurice pour une opération de Window Dressing et de Reverse Window Dressing pour le sauvetage artificiel d'un conglomérat en faillite déjà. D'autre part, un apaisement pourrait se faire sentir dans les relations tendues, qui se sont développées entre les anciens Special Administrators de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet avec des réclamations de Professional Fees variant entre Rs 136 millions et Rs 92 millions, dernier chiffre cité en fin de semaine.

Depuis jeudi, avec l'une des plus graves bousculades meurtrières de ces 25 dernières années lors du pèlerinage du hadj à La Mecque, dont un lourd bilan de 717 morts et de 893 blessés, les proches des 1 152 pèlerins mauriciens ont connu des moments d'angoisse. Mais très vite, avec l'intervention sur le terrain en Arabie saoudite du président de l'Islamic Cultural Centre, Sam Lauthan, et de son collègue, Fareed Jaunbocus, la grosse majorité a été rassurée car le nombre de Mauriciens portés manquants, qui était de 17 initialement, a été ramené à cinq à peine 48 heures après les incidents dramatiques.

Alors que les limiers du Central CID, sous la supervision de l'assistant commissaire de police Heman Jangi, passent en revue les premiers éléments du Forensic Audit and Expert Witness Report sur ce qui est connu comme « le cargo de fraudes et d'irrégularités » chez Air Mauritius Cargo, le principal actionnaire de Cargotech, Kishore Beegoo, passe à l'offensive. D'abord, un point de presse en début de semaine, puis un communiqué fleuve en fin de semaine pour dénoncer « un règlement de compte » venant de l'hôtel du gouvernement.

Alors qu’elles n’étaient qu’une poignée dans les années 90’ et étaient localisées principalement dans les hautes Plaines-Wilhems, les écoles payantes se sont multipliées et ont fleuri un peu partout dans l’île. Les Education Statistiques 2015, publiées cette semaine, relèvent ainsi qu’au 31 mars 2015 11 296 enfants étaient enregistrés dans 44 établissements du primaire payants et 7 538 élèves dans 23 collèges payants. Des parents ayant fait ce choix confient qu’ils dépenseront au total environ Rs 60 000 cette année pour l’éducation de leur enfant.

Kunuck Parsad Hawoldar, propriétaire du pensionnat Secret Paradise, situé à Riche-Terre, était poursuivi en Cour intermédiaire sous une accusation de « keeping brothel ». Le 18 juin 2008, dans le sillage de cette affaire, un proxénète présumé et trois prostituées avaient été arrêtés dans ce pensionnat. Toutefois, lors de son procès, le propriétaire a été exonéré de tout blâme. Ce dernier avait soutenu qu'il n'y travaillait pas et qu'il n'était pas au courant que son pensionnat était utilisé à des fins de prostitution.

Le Central Electricity Board (CEB) réclamait environ Rs 2 millions à la compagnie Eclair Batteries en Cour suprême pour avoir endommagé un câble lors des travaux d’excavation sur un chantier dans la zone industrielle de Plaine-Lauzun, interrompant en même temps la fourniture d’électricité à des clients de la région. Durant la séance du 21 septembre, les deux parties ont fait part de leur intention de régler ce contentieux.

  • La FSC campe sur sa position d’un Capping des Fees des ex-Special Administrators de PwC à Rs 28 millions contre des réclamations ramenées à Rs 92 millions en fin de semaine
  • Séance de travail tripartite, hier après-midi, entre la FSC, le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd, Yacoob Ramtoola, les ex-Special Administrators de PwC et le ministre Bhadain
  • Le cas de l’administrateur Sattar Hajee Abdoula, nommé par le board du groupe BAI au début d’avril, avec des notes de Rs 25 millions, toujours en suspens
  • Le règlement de facture de nTan Corporate Advisory Ltd de Singapour devra intervenir incessamment avec la soumission du rapport de Forensic Auditing à la Banque de Maurice

Compte tenu des solutions adoptées pour la reprise d’Apollo-Bramwell, d’Iframac et de Courts et la sauvegarde de quelque 3 150 emplois sur les 3 500 mis en danger avec l’écroulement de l’empire Rawat il y a 175 jours de cela, le dernier nœud gordien à trancher sur le montant des réclamations de Fees pour la Special Administration de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities et notamment le bras de fer engagé entre la Financial Services Commission et les ex-Special Administrators de PwC, Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet, porte sur des réclamations ramenées de Rs 136 millions à Rs 92 millions en fin de semaine.

Condamné à 12 mois de prison pour possession de cannabis, Mamad Safek Moulan avait interjeté appel, jugeant sa peine excessive. En cour d’appel, les juges ont abondé dans son sens, réduisant sa peine à 8 mois.

Des bijoux, un ordinateur portable, deux montres, un téléphone portable, deux vestes en cuir et une somme de Rs 3 000 ont disparu du domicile d’un sexagénaire habitant Port-Louis entre 20 h mercredi et 3 h jeudi. Le voleur se serait introduit dans la maison en passant par la fenêtre de la cuisine. Le plaignant a rapporté le cas aux Casernes centrales. Le montant du butin est estimé à Rs 125 000.

  • Isabee Beeharry, membre de la famille Janoo, retrouvée par des hajis indiens avec les deux membres de la famille Peerbocus qui avaient préféré se rendre à l’hôpital
  • Contact positif avec Amjah Aumerally transféré à l’hôpital Abdul Aziz par les autorités saoudiennes
  • Le président de l’Islamic Cultural Centre, Sam Lauthan, et Fareed Jaunbocus, de l’ICC, en tournée des morgues de La Mecque, hier soir, à l’invitation des autorités saoudiennes
  • Fareed Jaunbocus (ICC) : « Que ce soit Mme Beeharry ou les deux membres de la famille Peerbocus, ils sont tous dans un état d’extrême traumatisme et demandent à être encadrés »
  • Les démarches se poursuivent à La Mecque en vue de retracer les quatre membres de la famille Janoo et les deux membres de celle des Nazurally
  • Message de sympathie du Premier ministre suppléant, Xavier-Luc Duval, au roi Salman d’Arabie saoudite

Les recherches menées par le président et un autre membre de l’Islamic Cultural Centre, Sam Lauthan et Fareed Jaunbocus respectivement, avec l’aide de Mauriciens se trouvant à La Mecque pour le pèlerinage du Hadj, ont apporté un soulagement aux familles mauriciennes, dont les proches étaient portés disparus avec la bousculade meurtrière de l’Eid-ul-Adha.

M.Le Rédacteur en chef, Suite à l’article « Secteur bancaire : Démission des Nos 1 et 2 d’AfrAsia Bank », paru en page 1 du quotidien Le Mauricien et sur le site web lemauricien.com le 24 septembre 2015, la direction d’AfrAsia Bank Limited souhaite apporter les précisions suivantes :

Navin Dhurry, infirmier de profession, est poursuivi devant la Cour d’assises pour le meurtre de sa petite amie Asha Baboolall, qui était âgée de 25 ans au moment des faits.

Un Britannique de 43 ans, qui loge actuellement à l’hôtel Coin de Mire, Bain-Boeuf, a rapporté à la police de Grand-Baie un vol survenu entre 10 h mardi et 16 h hier dans sa chambre d’hôtel.

L'ex-femme d'un homme condamné pour trafic de drogue était poursuivie devant la Cour intermédiaire pour avoir consigné le 26 février 2010 de fausses déclarations à la police, qui enquêtait alors sur son ex-mari.

Depuis hier, quand est survenue la bousculade meurtrière à Mina sur la route vers La Mecque, avec 717 victimes et 863 blessés, selon le dernier bilan officiel dressé par l’Arabie Saoudite, les autorités mauriciennes multiplient les initiatives vu que 1 152 Mauriciens participent au présent Hadj.

Barlen Mardaymootoo, alias DJ Given, et Matthieu Coret, les deux conducteurs impliqués dans le hit and run ayant emporté les vies de Manisha et Arvind Shamloll, un jeune couple, samedi matin, étaient sur les lieux de l’accident hier, à Forbach, pour une reconstitution des faits. Ils ont dû expliquer aux enquêteurs les circonstances du drame séparément car durant leur interrogatoire, ils ont tenu des versions différentes quant à leur responsabilité dans le cadre de cette tragédie.

Deux individus étaient poursuivis pour avoir comploté avec deux autres personnes pour s’acheter des produits dans des centres commerciaux à Trianon et à Phœnix, par le biais de chèques en bois. Une charge provisoire de « conspiracy » pesait sur eux, mais ils ont nié tous les faits reprochés dans leurs déclarations à la police.

Le procès intenté à Samuel Chavreemootoo et son complice Sheik Mohamad Saoud pour le meurtre d’Ibrahim Mustapha commis le 2 juillet 2010 a été entendu hier par le juge Benjamin Marie-Joseph. Deux témoins ont été appelés à barre, les PS Balladin et Soomarath, les deux Enquiring Officers sur cette affaire. Lors des plaidoiries, les avocats de la défense Me Jean-Claude Bibi et Alvin Juwaheer ont demandé à la Cour de prendre en considération le jeune âge des accusés et le fait qu’ils avaient exprimé des remords. Le juge Benjamin Marie Joseph fera connaître la sentence le 7 octobre.

Jayraj Sookur, le beau-père de Stacey Henrisson, dont le cadavre avait été retrouvé dans un ravin à Plaine-Champagne le 13 mai 2012, avait fait une demande pour une libération provisoire en attendant la tenue de son procès, fixé pour le 12 janvier 2016. Dans son Ruling, le magistrat Prithiviraj Fekna a rejeté sa demande, soutenant qu’il y aurait de vrais risques que Jayraj Sookur tente de fuir la justice ou qu’il tente d’interférer avec les témoins assignés. Il devra rester en détention en attendant son procès.

Condamné à 25 ans de prison pour le meurtre de sa petite amie Devika Damry, Shahedeen Baccarally, un laboureur de 32 ans, avait été condamné le 23 janvier à 25 ans de prison. Il avait interjeté appel, estimant que la sentence qui lui avait été infligée était « trop sévère et injuste » et que le juge n'avait pas pris en considération les facteurs atténuants dans le procès. Son appel a été entendu aujourd'hui devant le Full Bench de la Cour suprême, composé du chef juge Keshoe Parsad Matadeen et des juges David Chan Kan Choeng et Gaytree Jugessur-Manna.

La grogne d’une soixantaine de travailleurs affectés au département “workshop” de la Mauritius Port Authority a débouché sur une manifestation ce matin dans l’enceinte portuaire, les points de désaccord portant sur l’absence de promotions et de nominations au détriment des employés. Toutefois, le président du conseil d’administration de la MPA, Ramalingum Maistry, a eu une brève rencontre avec les syndicalistes au cours de cette manifestation. Il a ainsi pris l’engagement de trouver une solution au problème.