Faits divers

Le Bar Council a infligé une réprimande à l’avocate Mary-Jane Yerriah, celle qui avait accepté le poste d’assesseur à l’Equal Opportunities Commission (EOC), alors qu’elle ne comptait pas cinq ans de pratique pour y accéder comme le requiert l’Equal Opportunities Act.

Dans le litige qui l’oppose à la Financial Intelligence Unit (FIU) en Cour suprême, où elle avait réclamé une enquête pour retrouver les Rs 13 M qui se trouvaient sur son compte en banque à la défunte Bramer Banking Corporation Ltd (BBCL), Laina Rawat a logé un nouvel affidavit hier. Elle demande cette fois-ci que son argent à l’ex-BBCL soit transféré sur un compte en son nom à la State Bank of Mauritius (SBM). Par ailleurs, elle a demandé à obtenir l’autorisation pour doubler son retrait mensuel à Rs 200 000 afin de subvenir aux besoins de sa famille.

Mohammed Iqbal Golamaully, 48 ans, et son épouse Nazimabee Golamaully, 45 ans, ont écopé de respectivement 27 et 22 mois de prison à l’Old Bailey Court, en Angleterre. Ils avaient plaidé coupable en octobre d’avoir financé leur neveu Zafirr Golamaully, un membre de l’État Islamique en Syrie depuis 2014. La juge Anuja Dhir QC avait statué que selon les échanges interceptés par les autorités lors d’un raid à leur domicile, cela démontrait « a sustained and very real sympathy for the ideology of Islamic state in Syria and their methods ».

Patrick Assirvaden, le président du PTr, accompagné de son homme de loi, Yatin Varma, et de Cader Sayed-Hossen, ancien ministre de l’Industrie, a consigné une déposition à la mi-journée aux Casernes centrales contre Showkutally Soodhun, vice-Premier ministre et ministre du Logement, et contre la police.

Le procès en réclamation qu’intente TUI (France), un des plus grands groupes touristiques mondiaux, à Apavou Hotels Ltd pour rupture de contrat, a été appelé hier pro-forma devant les juges Nirmala Devat, Aruna Devi Narain et David Chan Kan Cheong. Alors qu’un substituted service a été accordé au défendeur pour qu’il se présente en cour, Apavou Hotels Ltd a continué à briller par son absence. L’avocat de TUI (France) a demandé à la cour d’étendre l’ordre intérimaire rendant le jugement du tribunal arbitral de Paris effectif à Maurice. Dans un ordre émis le 1er novembre, le Chef Juge Keshoe Parsad Matadeen avait accédé à la demande de TUI (France) pour la réclamation de la somme de 2 308 928 euros.

Vers 6 h 30, samedi, Allymoon Domun, une pensionnaire de 67 ans domiciliée à Forest-Side, a été grièvement brûlée pendant qu’elle utilisait un réchaud à gaz.

L'ancien Premier ministre Navin Ramgoolam ne fait plus l'objet d'accusations provisoires dans l'affaire Betamax. Le DPP, par l'intermédiaire de Me Shakeel Bhoyroo, a indiqué cet après-midi en cour de district de Port-Louis qu'il ne donnera pas suite aux accusations portées contre Navin Ramgoolam, étant donné qu'il n'y a aucune preuve d'un complot pour l'allocation  d'un contrat pour le transport de produits pétroliers de l'Inde vers Maurice à la compagnie Betamax Ltd. Il était accusé d« influencing public official» et « conspiracy».

Ackbar Goolamgoskhan, accusé d’avoir immolé son épouse Zarina Goolamgoskhan, qui avait 24 ans au moment des faits, a comparu devant les Assises ce matin. Son avocat, Me Ridwaan Toorbuth, a indiqué avoir obtenu tous les documents réclamés par la défense pour la tenue du procès mis à part le rapport médical de l’autopsie de la victime et les photos.

Le corps d’Alexia Katrine Rita, 23 ans, a été retrouvé hier à Montagne Jacquot, Pointe-aux-Sables, hier. Plus tôt dans la matinée, elle s’y était rendue par autobus avec son compagnon, Curtis Anthony Kendy Waller, un maçon de 25 ans habitant Roche-Bois, pour passer du bon temps.

Deux ressortissants bulgares ont été appréhendés par les enquêteurs de la Cybercrime Unit et du CCID, dimanche aux petites heures du matin à Grand-Baie. Ils sont suspectés d’avoir piraté des guichets automatiques dans l’ouest de l’île à l’aide de skimming devices.

L’action civile engagée par Me Neelkanth Dulloo contre l’État pour contester la mise en application de la nouvelle carte d’identité biométrique, a été appelée devant la Master and Registrar de la Cour suprême ce matin. Son avoué, Me Kaviraj Bokhoree, a logé plusieurs motions principalement pour que l’État étende la date pour l’obtention de la nouvelle carte, en attendant que l’affaire soit entendue par la Cour suprême. Me Dulloo souhaite aussi que le procès soit entendu au plus vite, vu que ce cas relève d’une affaire constitutionnelle.

L’audience d’hier dans le procès intenté à Siddick Chady, ex-Chairman de la Mauritius Ports Authority (MPA) et à Prakash Maunthrooa, ancien directeur général de cette entité dans l’affaire Boskalis, a été marquée par de nombreuses objections, des contretemps, de vives tensions, alors que le témoignage du Néerlandais de Goede n’a pu débuter. Ces circonstances qui ont causé de nombreuses suspensions de l’audience au cours de la journée n’ont pas manqué d’exaspérer la juge de la Cour de Rotterdam, qui a fait lever l’audience pour un break en plein débat. Quant à la partie mauricienne, la magistrate Rangan aura à rendre un Ruling le 28 novembre sur une motion de la défense concernant le contenu d’un e-mail.

Le procès de Mamad Emamally, un chauffeur de taxi de 45 ans, poursuivi devant les Assises pour le meurtre d’Abdool Raouf Choomka, 53 ans, un ramasseur de bouteilles de Plaine-Verte, a démarré hier devant le juge Benjamin Marie-Joseph. Mamad Emamally a plaidé coupable sous une charge réduite de « wounds and blows causing death without intention to kill ». Le procès reprendra le 18 janvier 2017.

La Mechanization Company Ltd (MECOM), qui vend des bulldozers aux établissements sucriers et à la Sugar Planters Mechanical Pool Corporation (SPMPC), a fait servir une mise en demeure à la Mauritius Cane Industry Authority (MCIA), lui réclamant Rs 9,7 M. La MECOM reproche à cette institution gouvernementale d’avoir octroyé un contrat valant Rs 24,4 M pour l’achat de « crawler tractors with accessories » à une entreprise qui, selon le plaignant, « is clearly a non-compliant bidder ». 

Le procès intenté au député Jean Claude Barbier et son présumé complice Selvanaden Mootoosamy devant la Cour correctionnelle de Port-Louis, sous une charge d’agression, a repris ce matin devant la magistrate Manjula Kumari Boojharut. L’avocat de la défense, Me Steven Obeegadoo, a signifié son intention d’appeler comme témoin une Woman Police Constable, qui était l’un des policiers à avoir enregistré la déposition d’un des plaignants dans cette affaire. Arguant que son témoignage n’était pas nécessaire, la poursuite, représentée par Me Oberoi Dawoodarry, devait y objecter.

Les parents du constable Arvind Hurrechurn, convaincus que ce dernier ne s’est pas suicidé dans sa cellule dans la soirée du samedi 29 octobre, ont retenu les services d’un homme de loi. Me Rishi Gobinda, qui les représente, a ainsi réclamé l’ouverture d’une enquête judiciaire devant le Tribunal de Moka pour connaître les circonstances dans lesquelles la victime a trouvé la mort le jour fatidique. Une demande officielle a aussi été faite auprès de l’Assistant Commissaire de Police (ACP) Devanand Reekoye, patron du Central Criminal Investigation Department (CCID), pour que les parents de la victime puissent avoir accès à la cellule dans laquelle son corps sans vie a été retrouvé. Me Rishi Gobinda a également effectué une requête auprès de Me Hervé Lassémillante, Deputy Chairperson de la National Preventive Mechanism, pour lui demander une copie du rapport sur la mort du constable. D’après les parents d’Arvind Hurreechurn, son décès serait un “planned murder.”

La première étape de l’enquête avec la saisie record de 42,6 kilos d’héroïne d’une valeur marchande maximale de deux millions d’euros, selon les autorités réunionnaises, a été complétée. Cinq suspects, dont trois Mauriciens, Amonzo Capdor, Mike Brasse et Osman Mohammad et deux de leurs complices réunionnais sont en détention. Des indications préliminaires circulent quant à la composition du consortium de parrains, dont un est notoirement connu dans le milieu pour s’être mêlé dans différents coups, derrière ce « gros coup manqué ». Mais le plus dur reste à être enclenché pour la partie mauricienne, dont l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU), qui demeure encore sur sa faim au niveau d’un échange d’informations avec les enquêteurs de La Réunion. Toutefois, l’Independent Commission Against Corruption, sur la base d’un exercice de Money Trail pour des délits avérés de Money Laundering par voie maritime, avec quasiment ces mêmes protagonistes, maintient la pression avec des premiers Attachment Orders, étape qui sera suivie d’une cinquantaine de Disclosure Orders, déposés en Cour suprême cette semaine.

Mohamed Eshan Juman, ancien adjoint au lord-maire, a été débouté en cours d’appel jeudi par les juges Prithviraj Fekna et Iqbal Maghooa. Il avait contesté sa condamnation dans un procès qui lui a été intenté en Cour intermédiaire pour une affaire de pot-de-vin. Eshan Juman avait été verbalisé par un officier de police pour l’utilisation de son téléphone portable au volant de sa voiture et pour refus de présenter son permis de conduire.

« Les droits des suspects et les charges provisoires », tel était le thème d’une conférence, hier après-midi, animée par les membres de l’Association du Middle Temple (Mauritius) à la municipalité de Port-Louis.

Me Rex Stephen, l’avocat de Jimmy Marthe, qui a fait appel de sa condamnation à neuf ans de prison pour complicité dans l’importation de drogue en provenance de Madagascar, a présenté de nouveaux éléments en cour qui seront inclus dans le dossier d’appel en Cour suprême. Ces nouvelles preuves ont trait à la crédibilité du témoin à charge Hayeshan Madarbacus, qui a bénéficié de l’immunité pour témoigner contre ce réseau de trafic de drogue.

Me Rishi Gobinda, représentant de Bhagowantee et Deolall Hurreechurn, les parents du constable Arvind Hurreechurn, a fait une demande officielle auprès l’ACP Devenand Reekoye, patron du CCID, pour que ses clients puissent avoir accès à la cellule No 14 du Moka Detention Centre, où leur fils a été retrouvé mort dans la nuit du samedi 29 octobre. « Nous avons le droit de connaître la vérité sur la mort de notre fils. Nous sommes convaincus qu’il ne s’est pas donné la mort. C’est pour cela que nous souhaitons obtenir l’autorisation de visiter sa cellule », ont-ils déclaré au Mauricien hier après-midi.

Le Directeur des Poursuites publiques a décidé d’abandonner l’accusation portée contre Jean Charles Nicholas Tismar, qui faisait face à un procès aux Assises, accusé d’avoir livré le 8 janvier 2012 un colis contenant 1 369 comprimés de Subutex à un certain Ludovic Appanah. En effet, Ludovic Appanah n’a pu identifier Tismar comme étant celui qui lui avait livré la drogue.

Dix jours après la saisie record de 42,6 kg d’héroïne d’une valeur marchande de deux millions d’euros à Sainte-Rose, île de La Réunion, les autorités mauriciennes, en l’occurrence l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), misent sur une action coordonnée pour compléter le démantèlement du plus important réseau de trafiquants. Après avoir tenté vainement de faire cavalier seul depuis le début de cette affaire, la police a consenti en cette fin de semaine de laisser le lead de ce dossier l’ICAC. Ainsi, suite à une séance de travail, hier, il a été décidé que l’ICAC assurera la coordination des opérations que ce soit à Maurice ou encore avec les autorités françaises, basées à l’île de La Réunion.

Le personnel de la brigade antidrogue a monté une opération d’envergure hier après-midi, à Résidence Ste-Claire, au cours de laquelle quatre habitants de la localité, dont un mineur, ont été appréhendés pour trafic de drogue synthétique.