Faits divers

Une compagnie, gérante d'un restaurant à Curepipe, a été reconnue coupable en cour de Curepipe d'avoir enfreint les normes sanitaires, et ce sous deux accusations, soit d'avoir vendu de la nourriture contenant une matière étrangère et de ne s'être pas assurée que ses locaux soient pourvus d'écrans contre les insectes. Un cafard mort avait été retrouvé dans de la nourriture vendue dans le restaurant.

Un employé d'Elite Indian Ocean Co Ltd avait introduit une plainte en Cour industrielle contre son employeur, lui réclamant des dommages de Rs 315 976 pour licenciement injustifié. L'employé, qui travaille comme helper dans cette compagnie depuis 2001, affirmait qu'Elite Indian Ocean Co Ltd avait mis fin à son contrat « sans aucune raison valable » après qu'il soit passé devant un comité disciplinaire. La compagnie en question avait demandé que la plainte soit rejetée, faisant ressortir que le helper avait été licencié pour « mauvaise conduite » sur son lieu de travail. Il lui était en effet reproché d'avoir insulté son supérieur ainsi qu'un directeur d'une compagnie filiale.

Neuf proches de Pascal Vivient devront bientôt être interpellés par la brigade criminelle de Goodlands suite aux incidents survenus mercredi aux petites heures du matin à Morcellement Sim Fat, Grand-Gaube. Ces derniers sont suspectés d'avoir incendié un véhicule et le domicile de la famille Moisdeen au cours des échauffourées après l'agression au sabre de Pascal Vivien, qui est actuellement en détention policière. Quant à ses proches, ils nient en bloc les accusations portées contre eux.

Le témoin vedette dans l’affaire Gro Derek, Ashish Dayal, ainsi qu'un officier de l’ADSU ont été arrêtés mercredi par la brigade antidrogue. L’ADSU de Curepipe a intercepté D. R., un habitant de Vacoas de 28 ans, et son complice, K. R., 27 ans, habitant à la même adresse, avec de l’héroïne. Une fouille effectuée au domicile de K. R. avait permis aux enquêteurs de découvrir une somme de Rs 499 200, qui selon l’ADSU proviendrait de la vente de la drogue, ainsi qu'un rasoir et un autre rasoir cassé, portant des traces d’héroïne, une certaine quantité de gandia et une cigarette enveloppée dans un morceau de papier. Au domicile de D. R., les enquêteurs ont découvert une feuille d’aluminium contenant environ 5 g de cannabis.

S’il n’est pas rare de relever un manque de responsabilité de la part de certains citoyens, qui ne se gênent pas du choix de l’endroit pour se débarrasser de leurs déchets, ce qu’un médecin a constaté ce week-end à la plage de Souillac est pour le moins inquiétant. Seringues usées laissant les aiguilles à l’air, de même que des flacons de médicaments… Ces déchets provenant de l’hôpital de Souillac jonchaient le sable de ce lieu souvent fréquenté par des enfants. Quid des risques de contamination ? Ci-dessous, le récit du Dr Serge Maurice.

Geneviève Jugurnuth, 44 ans, a été retrouvée morte dimanche soir au domicile de son compagnon, avec qui elle vivait, à Résidence E12, Route du Persil, Ébène. Une charge provisoire de meurtre a été retenue contre le fonctionnaire au tribunal de Rose-Hill.

Une rixe a éclaté aux petites heures du matin entre les familles Moisdeen et Vivien, habitant Morcellement Sim Fat, à Grand-Gaube. Pascale Vivien, 38 ans, a reçu des coups de sabre à la tête et à l’épaule. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital du Nord, où il a été admis. Son état est stable et il a été interrogé aujourd’hui.

Un constable qui avait endommagé une voiture de police après avoir heurté un amas de terre, en début de soirée le 30 juin 2014, a été blanchi en cour de Moka d’une accusation de conduite imprudente. C’est un cerf qui avait été la cause de l’accident de la route.

Les premiers jours de 2017 ont été marqués par une série d’accidents de la route, avec cinq victimes, dont une grand-mère, Devi Pooroosotumaren, 57 ans, et sa petite fille, Yiogesawree, 4 ans. Une collision frontale entre deux autobus à la hauteur du stade Anjalay, à Belle-Vue Harel, a fait 18 blessés, qui ont dû recevoir des premiers soins au Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital avant de rentrer chez eux.

  • Parmi les plus importants « mauvais payeurs » se trouvent Dawood Ajum Rawat avec Rs 110 M, la British American Investment Co (Mtius) Ltd avec Rs 125 M, Iframac avec Rs 112,9 M et la Société Allée des Marguerites
  •  Également sur la liste de créances douteuses de la Bramer Banking Corporation (Under Special Administration) : Claudio Fiestritzer avec Rs 4 M, Laina Rawat avec une ardoise de Rs 1,4 M et Airway Coffee avec Rs 1,9 M

Avec la clinique Apollo Bramwell, le Jewel in the Crown de Dawood Ajum Rawat, adjugée et déjà sous le contrôle du groupe CIEL, très peu d’avoirs de l’ancien empire BAI restent disponibles pour générer des fonds en vue de faire face aux prochaines échéances.

Une jeune femme et un homme ont péri noyé en ce mardi 3 janvier 2017 alors qu'ils passaeint une journée à la mer dans le cadre des festivités du début d'année. Ces drames plongent leur famille dans une grande tristesse pour ce début d’année.

Le corps d’une femme a été découvert dans sa maison à Ebène dans la soirée du  dimanche 1er janvier. Il s’agit de Marie Geneviève Jugurnauth, 44 ans.

Quatre morts pour le dimanche 1erjanvier, c’est le bilan de deux accidents de la route, survenus, à Riambel et Midlands.

L’année 2016 n’avait pas encore tiré sa révérence, hier, que le nombre de victimes d’accidents fatals était déjà passé à 144, soit le taux le plus élevé depuis l’année 2012. Malgré les nombreuses initiatives prises par le ministère des Infrastructures publiques et les forces de l’ordre au cours de ces dernières années, la sécurité routière reste un fléau auquel il est difficile de remédier. Le permis à points, l’installation de radars, les amendements à la Road Traffic Act, les multiples campagnes de sensibilisation n’auront eu aucun effet sur les usagers de la route. A l’heure où nous mettions sous presse, la dernière victime recensée remontait à vendredi soir. Un motocycliste de 25 ans avait été fauché mortellement par un van dans les parages de Montagne-Blanche.

2016 aura connu son lot de meurtres contre les femmes, ce qui démontre, une fois de plus, leur vulnérabilité. Comme en 2014, elles sont nombreuses à avoir succombé sous les coups de leurs époux, ex-concubins ou amants, pour diverses raisons. Une des principales raisons avancées est le soupçon de liaison extra-conjugale. Une situation difficilement acceptable pour les hommes qui, dans un accès de colère, suppriment la vie. Certains meurtres auront choqué et marqué les esprits, à l’instar de celui de la collégienne Yeshna Rughoobin et de sa grand-mère Reshma par leur jeune voisin et amoureux de l’adolescente. Ou de celui, il y a tout juste une semaine, de Madhvi Jaypaul, l’ex-épouse de Dharamdeo, à coups de machette.

L'année 2016 aura connu son lot de drames, les uns plus terribles que les autres. À l’origine : des peines de coeur, des altercations familiales et des vols ayant mal tourné. Petit tour d'horizon des principaux faits divers qui auront défrayé la chronique.

Non sans secousses et contestations, les cours de justice ont eu fort à faire cette année. Les affaires politico-judiciaires, tout comme des procès purement criminels, ont retenu l'attention durant toute l'année. 2016 s'achève avec plusieurs procès importants ayant déjà été bouclés alors que d'autres sont en attente. Parmi les grandes affaires figurent la condamnation de Jayraj Sookur à 60 ans de prison pour le meurtre de sa belle-fille Stacey Henrisson, l'acquittement de Pravind Jugnauth en appel dans l'affaire MedPoint ainsi que d'autres procès de portée politique qui ont défrayé la chronique. Retour sur certains de ces procès ayant marqué l’actualité judiciaire de 2016.

Le policier Dhanjay Bhungsy, convoqué au Central Criminal Investigation Department (CCID) hier matin, a fait comprendre aux enquêteurs qu’il avait agi dans la légalité et en conformité avec les lois. « Il n’a rien à se reprocher. Il a expliqué dans les moindres détails les raisons qui l’ont poussé à revendiquer son droit d’être dans la parade lors de l’exercice de promotion. Tout s’est bien passé », a confié un des proches du policier au Mauricien hier après-midi.

Ravi Nelliah n’accepte pas que son frère Dharamdeo Nelliah ait agressé mortellement sa concubine Madhvi Jaypaul à coups de machette. « Je suis très triste de ce qui est arrivé. Mon frère n’avait pas le droit d’enlever la vie d’un être humain, d’une mère de famille, de manière atroce, peu importe ses raisons », a-t-il confié au Mauricien hier après-midi.

L'Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) a pris dans ses filets plusieurs gros poissons cette année, aussi bien des Mauriciens que des étrangers. Cependant, la plus spectaculaire saisie de drogue impliquant des Mauriciens n'aura pas été effectuée sur notre territoire, mais à l'île sœur. Il s'agit là d'une saisie record de 42, 6 kilos d'héroïne, en provenance de Madagascar, sur

Le Dr Veyasen Pyneeandee avait saisi la Cour suprême pour réclamer conjointement à l’État et au ministère de la Santé des dommages de Rs 10 M pour lui avoir causé préjudice. Il soutient qu’il occupait le poste de Senior Specialist dans le domaine gynécologique quand il a été suspendu pour avoir continué de pratiquer dans le privé sans avoir obtenu d'autorisation préalable.

Ce matin a eu lieu une reconstitution des faits du meurtre de Madhvi Jaypaul en présence de son ex-époux, le principal suspect, Dharamdeo Nelliah, au domicile de ce dernier à Surinam. Le suspect a expliqué aux enquêteurs en détails ce qui s’était passé dans la soirée du 24 décembre, où il aurait agressé mortellement Dharamdeo Nelliah à coups de machette. Il avait confié avoir également eu des relations sexuelles avec le cadavre de la victime à deux reprises.

Le procès intenté à Sooresh Padaruth, un laboureur de 56 ans habitant Pamplemousses, sous la présidence de la magistrate Niroshini Ramsoondar, avait débuté en juillet 2014, soit dix ans après le décès de Jerry Legallant, alors âgé de 26 ans, lequel exerçait comme receveur d’autobus. Son jugement a été prononcé hier. La magistrate l’a reconnu coupable de coups et blessures infligés sans intention de tuer, mais ayant néanmoins provoqué mort d’homme.

Jean Darcil, un policier de 24 ans père d'un enfant de 4 ans, et habitant Roche-Bon-Dieu, affecté à la Rodrigues Regional Assembly, s'est donné la mort hier par pendaison.