Faits divers

Le Central Criminal Investigation Department (CCID) a arrêté un dénommé Pradeep Puthyah, 44 ans, qui a simulé son décès en vue de toucher Rs 10M comme prime d'assurance... Des officiers de sa compagnie d'assurances ont découvert la supercherie et ils ont référé le cas à la police. D'autres arrestations sont à prévoir.

Hapsa Khoyratty, reconnue coupable de blanchiment d'argent aux côtés du trafiquant Curly Chowrimootoo en Cour intermédiaire, avait écopé de trois ans de prison le 8 août. Ayant décidé d'interjeter appel de ce jugement, elle demande la liberté conditionnelle jusqu'au verdict final du procès en appel. La poursuite ayant objecté à cette requête, la cour rendra sa décision le 3 novembre.

Les trois anciens ministres du Ptr Devanand Rittoo, Rajesh Jeetah et Cader Sayed-Hossen ainsi que cinq autres activistes du parti devront comparaître le 3 novembre devant la cour de district de Port-Louis. Ils répondent des charges de “taking part in an unlawful assembly” et “obstruction of road”.

Le procès intenté à Sooriadev Cheetamun, 30 ans, pour le viol et l'agression mortelle de Chandrama Bullywon arrive à son dénouement. Après avoir entendu le réquisitoire et la plaidoirie des avocats de la poursuite et de la défense, le juge Prithviraj Fekna a réservé son verdict. Lors de sa plaidoirie, Me Deepak Rutnah, avocat de Sooriadev Cheetamun, a demandé à la cour de prendre en considération l'état de santé mental de l'accusé et le fait qu'il ait plaidé coupable. L'homme de loi a aussi fait état « d'incohérences » dans la version des témoins.

Kevin Joygobin, 35 ans, soupçonné d'avoir violemment agressé sa femme, enceinte de huit mois, avant de la laisser pour morte dans la région de La Nicolière, est passé aux aveux lors d'un interrogatoire mené par les enquêteurs de la CID de Plaine-Magnien. Le suspect a déclaré avoir agressé son épouse Urvashi Joygobin, 20 ans, car cette dernière avait refusé de consigner une fausse déclaration pour viol contre certains individus. Kevin Joygobin a été traduit en justice, où une accusation provisoire de tentative de meurtre a été logée contre lui. Il demeure en détention préventive alors que son complice est toujours activement recherché. 

Peroomal Veeren ne sera plus détenu en isolation à l'ex-pirate wings de la prison de Beau-Bassin. Suite à une injonction qu'il avait logée en Cour suprême en juin dernier pour contester son transfert à l'ancienne prison des pirates somaliens, et ce en isolement, le commissaire de prison a accepté de le renvoyer dans une cellule avec trois autres détenus. Il aura par ailleurs droit aux facilités accordées aux prisonniers et toutes les restrictions ont été retirées.

Avec les conclusions de cette Highly Sensitive Probe au sujet de la perquisition de l'Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) au domicile du Temwin Sok Samachar au lendemain de ses révélations accablantes sur le trafic de drogue, il devient de plus en plus évident que des explications sont attendues des Police Headquarters. En effet, tout semble indiquer que soit le commissaire de police, Mario Nobin, soit l'un de ses proches collaborateurs, probablement du rang de Deputy Commissioner of Police (DCP), qui pourrait être convoqué formellement par la commission d'enquête sur la drogue, présidée par l'ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen, en vue d'élucider le mystère de ce « soi-disant appel anonyme » passé pour tenter de déstabiliser l'un des plus importants témoins. En parallèle, l'enquête sur la triple saisie de 157 kilos d'héroïne, d'une valeur marchande de Rs 2,5 milliards en mars dernier, a abordé une autre étape. Lors de son interrogatoire “Under Warning” au QG du Central CID hier, le Star Witness-in-Waiting Navin Kistnah a repoussé toute la responsabilité des importations sur le disparu Homanchal Ramdin.

La campagne électorale dans la circonscription N° 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) a pris une autre tournure après que le leader du Reform Party Roshi Bhadain a consigné une déposition pour agression verbale mercredi contre un certain Yasin Rahimbaccus. Cet habitant d’avenue Telfair, Quatre-Bornes, est accusé d’avoir menacé de mort l’ancien ministre de la Bonne gouvernance alors que ce dernier faisait du porte-à-porte en compagnie de sa fille et ses activistes. Mais le suspect conteste la version des événements de Roshi Bhadain.

Plusieurs unités de la police recherchent activement Louis Dean Hamilton Golding (40 ans) et son épouse Marie Clothida Golding (30 ans), dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’Ajith Kumar Tohubul (61 ans) commis le 10 octobre à la villa Lotus à Pointe-aux-Biches. Les limiers ont mené plusieurs opérations dans le Nord, dont à cité EDC Pamplemousses où réside le couple, mais sans succès. Les hommes du surintendant Gérard de la Major Crime Investigation Team (MCIT) soupçonnent qu’ils sont hébergés par un proche. Leur nom a été balancé par le suspect Jean Jacques Russie, 40 ans, qui a raconté à la police qu’il avait véhiculé le couple Golding au bungalow le jour du drame et que ces derniers sont entrés à l’intérieur pour commettre un vol. Les Casernes centrales ont lancé un appel à témoin pour capturer le duo en précisant que l’article 172 du Criminal code Act stipule que « Any person who harbours, or causes to be harboured any person whom he knew to have committed a crime, or to have been condemned for such crime, or against whom he knew that a warrant of arrest or imprisonment had been issued, shall be punished by imprisonment ». Toute information à leur sujet doit être communiquée à la police sur les numéros suivants : 2080034/35 ou le 999.

Lalji Hamir Tank, un ressortissant indien de 44 ans, fait face à un procès en Cour intermédiaire pour escroquerie. Il se retrouve sur le banc des accusés en compagnie de deux autres personnes pour avoir détourné Rs 35 M sur la vente d’une propriété immobilière. Il lui est reproché de s’être fait passer pour l’actionnaire d’une compagnie et d’avoir falsifié des documents pour vendre ladite propriété à une famille sans autorisation. Le ressortissant indien voulait se rendre en Inde pour s’occuper de sa mère souffrante, une requête qui a été rejetée en Cour intermédiaire la semaine dernière.

Dans une plainte consignée au Central Criminal Investigation Department (CCID) le vendredi 20 octobre, le directeur de compagnie, un habitant de la capitale, a fourni sa version sur l'origine de cette affaire. Il a expliqué qu'en 2010, Sylvio Tang l'a rejoint au sein de la société Power Hill Co.Ltd en tant que partenaire avec 33% d'actions.

Une équipe de la Divisional Supporting Unit (DSU) de Curepipe a pris part à une course-poursuite dans les rues de Vacoas où, pendant une vingtaine de minutes, elle a traqué une fourgonnette roulant à vive allure afin de semer les policiers. Le chauffard, avec quatre autres occupants à bord, a percuté plusieurs véhicules avant d'être arrêté.  

L'ADSU est toujours à la recherche du commanditaire des 7 kg d'héroïne, d'une valeur de Rs 105 M, saisis sur deux ressortissants kazakhs à l'aéroport international SSR vendredi. Les hommes du DCP Choolun Bhojoo et du surintendant Sharir Azima sont convaincus que la commande a été passée de la prison et s'intéressent de près aux contacts du ghanéen Robert Mensah Kordze Dzitse en Afrique. Cet avocat a été arrêté en octobre 2008 pour importation de Rs 9 M d'héroïne et avait été condamné à 35 ans de prison.

Jugée coupable le vendredi 13 octobre sous les articles 3 et 8 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act, couplés à l’article 44 (2) de la Interpretation and General Clauses Act, de n'avoir pas pris toutes les précautions nécessaires et adopté le mécanisme adéquat pour éviter des fraudes, la Mauritius Commercial Bank a été condamnée à payer une amende de Rs 1.8 M.  Tenant compte de la gravité du délit, les magistrats Vijay Appadoo et Renuka Dabee ont toutefois pris en considération le fait que la banque a remboursé la totalité de l'argent détourné au NPF. Le nombre d'années écoulées depuis l'éclatement de cette affaire ainsi que le procès qui a duré plus de trois ans ont aussi joué en faveur de la MCB. 

Jean Jacques Russie, 40 ans, arrêté par la police dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’Ajith Kumar Tohubul (61 ans), à Pointe-aux-Biches dans la nuit du 11 octobre, est revenu sur les lieux du crime mardi après-midi pour un exercice de reconstitution des faits sous forte escorte policière. C’est entouré des limiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT), la Scene of Crime Office (SOCO), et la Criminal Investigation Division (CID) du Nord que le quadragénaire a expliqué ce qui s’est passé le jour du drame.

Trois semaines après un déballage quasi complet par le « temwin sok » Samachar, connu sous le nom de George, des dessous du réseau de trafic de drogue dans la région de l'océan Indien – avec des noms de VVIP bien connectées politiquement cités en première ligne –, les Police Headquarters des Casernes centrales se trouvent « in the line of fire ».

L'interrogatoire des différents protagonistes arrêtés par l'Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) dans le sillage de l'enquête sur la saisie de 157 kg d'héroïne au port, en mars 2017, est en phase d'être complété. L'exercice de bouclage ne concerne nullement Navind Kistnah, étant donné que le “witness-in-waiting” devra participer à plusieurs séances de “questionning” par rapport au volet international de l'enquête. 

Suite à la saisie de Rs 105 M d’héroïne sur un couple kazakh, vendredi, les enquêteurs de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) ont eu de renseignements sur un réseau de drogue opérant dans les Plaines-Wilhems, et qui est derrière cette importation. Quelques membres de ce groupe sont derrière les barreaux. Un couple de Mauriciens a été arrêté lors d’un exercice de livraison contrôlée.

Aarti Jhugursing, 35 ans, poursuivie devant la Cour intermédiaire pour avoir forcé sa fille aînée à se prostituer, a été condamnée à 6 mois de prison. Elle a donné avis d’appel et a été relâchée contre une caution de Rs 15 000 en attendant son appel devant la Cour suprême. 

Le Directeur des poursuites publiques (DPP) Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, et ses plus proches collaborateurs, ne sont pas allés de main morte dans l’un des principaux volets de l’opération Lakaz Lerwa Lion avec pour unique suspect l’ancien Premier ministre et leader du Parti travailliste (PTr), Navin Ramgoolam.

Mawtee Boodhram, ex-employée au ministère de la Sécurité sociale, avait logé une demande de redressement constitutionnel en Cour suprême après sa condamnation pour corruption en Cour intermédiaire. Elle avait été reconnue coupable d’avoir usé de sa position pour obtenir une gratification. L’État avait alors objecté à sa demande de redressement constitutionnel, avançant que la plaignante ne pouvait loger une telle action et qu’un appel pour contester sa condamnation aurait été la voie adéquate. Une objection retenue par les juges Asraf Caunhye et Prithviraj Fekna, qui ont rejeté sa demande.

La plainte logée par Nandanee Soornack contre l’État et le commissaire de police en Cour suprême, pour leur réclamer conjointement Rs 400 M, a été appelée devant la Master’s court en Cour suprême hier. La femme d’affaires réclame des dommages pour le préjudice encouru, soutenant avoir été victime « d’immenses préjudices en raison des agissements de l’État et du commissaire de police » et d’« acharnement » sur sa personne après la défaite du PTr aux dernières élections générales.

Reconnu coupable de “causing explosion likely to endanger life” par la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing, Jean Cael Permes ne devrait toutefois pas faire de détour par la case prison. Condamné hier à deux ans de réclusion par la Cour intermédiaire pour son méfait, l'accusé à déjà passé 641 jours en détention. De ce fait, en déduisant le nombre de jours déjà passés en cellule policière, l'accusé devrait ainsi être relâché.

Westley Bhadhoodeenkhan, dit Toto, a joué au chat et à la souris avec la police pendant huit mois avant d’être arrêté le 5 octobre par l’inspecteur Ashik Jagai. La police compte objecter à toute demande de remise en liberté de celui qui est soupçonné d’avoir passé commande d’une cargaison de Subutex.