Faits divers

Swaraj, un receveur d’autobus de 21 ans, et sa mère Hansaranee Sethul, âgée de 41 ans, tous deux habitant Mahébourg et soupçonnés d’avoir tué mardi soir Shalina Basama-Sethul, l’épouse de Swaraj, âgée de 25 ans, ont été arrêtés hier par la CID de Mahébourg. Tentant de maquiller le crime en suicide, mère et fils voulaient faire croire que Shalina Basama-Sethul s'était suicidée par pendaison.

Le coiffeur français Frédérick Philippe Fernandez Jimenez et l’homme d’affaires Walter Wang Teh, tous deux poursuivis devant les Assises pour importation et trafic de drogue respectivement, seront fixés sur leur sort le 3 octobre. Hier, les avocats de la poursuite et de la défense ont soumis leurs plaidoiries. L’avocat commis d’office du Français, Me Ali Hajee Abdoulah, a suggéré une peine n’excédant pas huit ans, soutenant que son client s’était fait berner et n’avait aucune intention de distribuer la drogue.

La 14e séance des travaux de la commission d’enquête sur Britam s’est tenue hier avec l’audition du Special Administrator de la BAI et Managing Partner de BDO, Yacoob Ramtoola. Ce dernier a été questionné sur l’accord à Rs 2,6 milliards conclu avec la firme Plum LLP pour la vente des actifs dans Britam Kenya et sur le rôle des différents protagonistes dans cette vente.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a tenu à féliciter les organisateurs de cette conférence avant de dire qu’il est confiant que de tels événements sont susceptibles de contourner les effets adverses des abus de drogue.

Rebondissements de taille à la mi-journée dans l’enquête du Central CID dans l’affaire de Swearing False Affidavit lors de l’opération Dhobi de Klas. Nad Sivaramen, directeur des publications du groupe La Sentinelle, qui était sous le coup d’une arrestation depuis lundi soir, a été “Unarrested”, selon les termes utilisés par l’assistant commissaire de police Devanand Reekoye, du CCID.

Le procès que CT Power intente aux ministères des Finances, de l’Énergie et de l’Environnement, ainsi qu’au CEB, a été appelé hier. Devant la Masters Court, le CEB a réclamé des précisions sur la plainte. CT Power devra être de retour en cour le 9 novembre pour fournir ses explications.

Indraduth Mohit, qui est désormais poursuivi en Cour intermédiaire sous une charge de « wounds and blows causing death without intention to kill », demande l’arrêt de son procès. L’affaire a été appelée hier devant la magistrate Ida Dookhy-Rambarrun. La poursuite a demandé du temps pour communiquer à la défense les documents manquants au dossier à charge. Les débats sur la demande d’Indraduth Mohit auront lieu le 25 janvier 2018.

  • Nad Sivaramen, placé en état d’arrestation, de retour au QG du Central CID, de même que ses deux collègues, Axcel Chenney et Yasin Denmamode

Hier après-midi, les trois journalistes de L’Express, Nad Sivaramen, Axcel Chenney et Yasin Denmamode, ont été entendus Under Warning dans les locaux du Central CID dans le cadre de la rétractation de Mohamad Husein Abdool Rahim au sujet de l’affidavit de l’opération Dhobi de Klas. Le directeur des publications de ce groupe de presse a été placé en état d’arrestation avant d’être remis en liberté sur parole en attendant la reprise de l’interrogatoire ce matin. Aucune charge n’a été retenue contre les deux autres journalistes, qui sont également retournés ce matin aux Casernes centrales. Cet interrogatoire fait suite aux allégations de manipulation des faits dans un affidavit portées contre eux par le dénommé Abdool Rahim. Ce dernier n’avait pas encore été inculpé provisoirement du délit de Swearing False Affidavits en dépit de ses propres aveux médiatiques, et ceux faits devant les limiers du Central CID sous la supervision de l’assistant commissaire de police Devanand Reekoye.

La femme d’affaires Lise Coindreau, qui réclamait des dommages de Rs 1 M à un ex-locataire d’une des villas qu’elle louait à Pointe-aux-Sables, a été déboutée. 

Le procès intenté à l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam, ainsi qu’aux ex-DCP Dev Jokhoo et Ravine Sooroojebally concernant les incidents survenus au bungalow de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, a repris hier avec le contre-interrogatoire du Star Witness Rakesh Gooljaury, qui s’était absenté lors de la dernière audience pour cause de maladie. Hier, il a déclaré avoir vérifié auprès d’Emtel et que, dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, c’est bel et bien Nandanee Soornack qui l’avait appelé sur son téléphone portable pour l’informer de l’incident. Or, sur ce point, les documents de la défense ne correspondent pas avec ceux de la poursuite. Me Gavin Glover, SC, a demandé un renvoi pour revoir les documents. 

Peu avant 11 heures ce matin, un accident spectaculaire est intervenu sur l’autoroute M1 en direction de Port-Louis, aux abords de la centrale électrique St-Louis, en direction de Plaine-Lauzun. Un camion qui se dirigeait vers le Sugar Bulk Terminal du port sur la M1 a dû brutalement virer à gauche dans la rue adjacente. Pour cause : un autre camion, selon l’aide-chauffeur et des témoins, a débouché soudainement devant lui. 

Le dénommé Mohamad Husein Abdool Rahim, qui s’est lancé à la mi-semaine dans un exercice de haute voltige en reniant des extraits de son affidavit juré le 12 septembre au sujet de ses allégations contre l’ancien Attorney General, Ravi Yerrigadoo, dans l’affaire de BET365 Online Betting, sera mis à l’épreuve de sa crédibilité. C’est ce que préparent les limiers du Central CID sous la supervision de l’assistant commissaire de police, l’ACP Devanand Reekoye, avec très probablement la conclusion de la déposition-rétractation du principal concerné, ce week-end. Tout compte fait, cet exercice ne devrait pas être de tout repos si la police décide d’adjoindre au dossier des allégations de blanchiment de fonds, des accusations de Sextorsion portées contre lui par son ex-petite amie Lynn Ah Fat depuis une dizaine de jours. À ce jour, il n’a pas encore été confronté aux graves allégations portées contre lui incluant des menaces à peine voilées avec à l’appui des photos osées et indécentes.

La STC avait logé une motion pour faire appel de la décision de la Cour suprême de rendre exécutoire le verdict du tribunal arbitral de Singapour, ordonnant à la STC de verser Rs 4,7 milliards de dommages à Betamax pour rupture de contrat. Toutefois, selon le conseil légal de Betamax, Me Rishi Pursem, le délai légal dont disposait la STC pour faire appel de cet ordre provisoire n'a pas été respecté, soutenant que la demande formelle a été faite ce matin. Les différentes parties devront faire connaître leur position le 3 octobre.

L’enquête du Central CID avec la déposition de Mohamad Husein Abdool Rahim faisant état d’allégations de manipulation de faits dans l’affidavit lors de l’opération Dhobi de Klas devrait passer à partir de ce week-end à la vitesse supérieure.

Revirement de situation dans l’enquête initiée dans le cadre de l’opération “Dhobi de Klas”. Le Whistleblower Mohamad Husein Abdool Rahim, qui avait tout déclenché avec un affidavit de 125 paragraphes et 33 documents en annexe, s’est rétracté sur certains aspects de ses dénonciations lors d’une première déposition au QG du CCID aux Casernes centrales dans la nuit d’hier.

La fille de l'ancien chairman de la BAI avait demandé à la juge Gaytree Jugessur-Manna d'intervenir afin de retirer l'ordre qui la privait de récupérer sa voiture, d'une valeur de Rs 5 millions. Elle avait logé en ce sens un nouvel affidavit pour réitérer sa demande. Après plusieurs tentatives, Adeela Rawat-Feistritzer était toujours suspendue à la décision de la Financial Intelligence Unit (FIU) alors que les deux parties auraient dû parvenir à un accord. Devant le refus de la FIU de prendre une décision, la plaignante avait demandé à la cour de trancher. Ce que la juge Gaytree Jugessur-Manna a fait en enlevant l'ordre en question, accédant ainsi à la demande d'Adeela Rawat, laquelle avait soutenu que les charges provisoires qui pesaient sur elle avaient été rayées et que la FIU n'avait dès lors aucune raison de continuer de détenir sa voiture.

La State Trading Corporation avait 14 jours pour faire appel de la décision du chef juge par intérim, Eddy Balancy, de rendre exécutoire le verdict du tribunal arbitral de Singapour, qui ordonne à la STC de verser Rs 4,7 milliards de dommages à Betamax pour rupture de contrat. Treize jours après la décision de la Cour suprême, la STC a réagi, avec une motion logée hier par ces conseillers légaux, Mes Ravin Chetty et André Robert, demandant le rejet de l’ordre provisoire de la Cour suprême rendant exécutoire la sentence arbitrale.

Des menaces contre l’assistant surintendant de police Hector Tuyau, affecté à la commission d’enquête sur la drogue présidée par Paul Lam Shang Leen, et le commissaire des Prisons, Vinod Appadoo, sont prises au sérieux par les autorités. Des indications sont que Peroumal Veeren, le parrain des parrains, aurait promis une forte somme d’argent contre l’élimination des deux premiers nommés. Le contrat devrait être exécuté lundi prochain, soit le jour de l’anniversaire du trafiquant, qui purge une peine d’une trentaine d’années pour trafic de drogue. Ceux dont les noms sont cités dans ces menaces sont sous surveillance de la police et ont déjà été entendus hier par le Central CID.

Le vice-Premier ministre, Showkutally Soodhun, devra faire face à un nouvel interrogatoire après la deuxième déposition consignée par le leader de l’opposition Xavier-Luc Duval le 4 septembre. Le bureau du Directeur des Poursuites publiques (DPP) a, en effet, demandé au Central CID de chercher des explications du No 4 du gouvernement et de faire parvenir le dossier au plus vite pour décider de la marche à suivre.

La police de Rose-Belle, avec la collaboration de la CID de la région, émet des doutes sur les circonstances de la mort de Meenakshee D., une femme âgée de 42 ans, et de son compagnon, Akshay A., 35 ans, tous deux retrouvés pendus dans leur maison à New-Grove la semaine dernière. Si dans un premier temps les enquêteurs avaient privilégié la piste d'un double suicide, ils s'orientent cette fois sur la thèse de meurtre.

L’ex-petite amie de Hussein Abdool Rahim, Lynn Joëlle Ah Fat, s’est rendue au CCID hier après-midi pour fournir d’autres éléments d’informations suite à sa déposition consignée la semaine dernière. Elle a allégué que le “whistleblower”, qui a fait tomber l’ex-Attorney General, Ravi Yerrigadoo, dans l’affaire Bet365, lui aurait fait du chantage, la forçant à se dénuder pour des séances de strip-tease devant sa webcam. Accompagnée de son avocat, Me Siddhartha Hawoldar, la plaignante a accusé son ex-petit ami de violence car l’ayant déjà tabassée dans le passé pour une histoire d’argent.

  • Le Star Witness Rakesh Gooljaury produit un certificat médical pour justifier son absence à l’audience de ce matin
  •  La poursuite attire l’attention de la cour sur la présence de Paul Foo Kune en cour le 13 juillet, alors qu’il figure sur la liste des témoins de l’ex-PM

Le procès intenté à l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam, ainsi qu’aux ex-DCP Dev Jokhoo et Ravine Sooroojebally quant aux incidents survenus au bungalow de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011 devait reprendre aujourd'hui avec l'audition du Star Witness Rakesh Gooljaury. Ce dernier a cependant fait parvenir par le biais de son cousin un certificat médical pour justifier son absence en cour. Il devra être présent le 25 septembre. Me Gavin Glover, SC, avocat de Navin Ramgoolam, a pour sa part communiqué la liste des témoins, qui seront appelés à déposer pour l'ancien PM. Le nom de Farzhana Farouk Hossen figure en premier sur cette liste de 21 personnes.

Le contentieux entre Navin Ramgoolam et le ministre mentor sir Anerood Jugnauth se poursuit en Cour suprême, dans le cadre de la plainte logée par le leader du PTr en Cour suprême, réclamant des dommages de Rs 50 M à SAJ pour des propos « diffamatoires ». L’affaire a été appelée hier devant la Deputy Master and Registrar de la Cour suprême, Renuka Dabee. Le conseil légal de sir Anerood Jugnauth a réclamé plus de précisions dans la plainte.

La police a monté une grande opération ce mercredi matin dans la région de Karo Kalyptus pour mettre la main sur Stephan Pedre, âgé de 38 ans et soupçonné d'avoir cambriolé lundi après-midi la maison d'un médecin de 70 ans à Mon-Choisy. La victime avait assené un coup de couteau dans le ventre du cambrioleur, un SDF, pour se défendre. Après son arrestation, les éléments de la Field Intelligence Unit ont noté des traces de blessures sur le trentenaire et les deux ordinateurs portables volés chez la victime ont été récupérés ce matin.