Faits divers

L’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, qui répond d’une charge provisoire d’entente délictueuse en cour de Pamplemousses, a comparu devant cette instance judiciaire vers 13 h 25 hier, devant la magistrate Senevrayar Cunden. L’ancien Premier ministre s’est acquitté d’une caution de Rs 200 000 et a signé une reconnaissance de dettes de Rs 1 million afin d’obtenir la liberté provisoire.

Veena Ramgoolam, l’épouse de l’ancien Premier ministre et leader du Parti travailliste (PTr), qui a passé presque six heures hier après-midi dans les locaux du Central Crime Investigation Department (CCID), joue à Ponce Pilate au sujet du contenu des coffres-forts saisis en sa résidence de River-Walk.

Un dénommé Akash Takoorachand, âgé de 23 ans, a été retrouvé mort non loin de chez lui dimanche matin dans la région de Crève-Cœur. D’après le rapport d’autopsie, il est mort en se vidant de son sang.

Maurice occupe la 94e place au hit-parade des pays avec clients dans des banques suisses. Le nombre de clients, avec Maurice comme lieu de résidence, est de 81 pour un montant de Rs 4,5 milliards, le dépôt le plus élevé étant de Rs 775 millions. L’identité des clients mauriciens n’a pas été divulguée dans la presse internationale contrairement à d’autres personnalités au plan mondial.

Condamné à six mois de prison et à une amende de Rs 2 000 sous deux charges, Shunmoogum Pyneandee, qui a également vu son permis de conduire suspendu pour un an, a été débouté en appel. Les juges Asraf Caunhye et Bobby Madhub, qui ont coprésidé cette affaire en Cour d’appel, ont maintenu la sentence, trouvant que le verdict de la magistrate de première instance était conforme à la loi.

L’épouse de l’ancien Premier ministre et leader du Parti Travailliste, Veena Ramgoolam, a débarqué aux Casernes centrales vers les 13 heures aujourd’hui. Elle était attendue par des limiers du Central CID depuis samedi matin, et à ce matin il était question que si l’ancienne première dame du pays ne se présentait au QG du Central CID, d’autres moyens allaient être mis en œuvre pour consigner sa version des faits.

L’ancien Premier ministre et leader du Parti travailliste Navin Ramgoolam, inculpé provisoirement du délit de blanchiment de fonds pour Rs 200 millions, montant sujet à des amendements à la conclusion de l’enquête, a échappé à une des trois conditions imposées pour la remise en liberté provisoire. En effet, les hommes de loi de l’accusé ont pu convaincre la magistrate Sikhalingum-Jiwaheer, siégeant au tribunal de Curepipe, que la condition réclamant que Navin Ramgoolam se rende au poste de police le plus proche de sa résidence chaque jour est probablement excessive.

L’opération du Central CID, avec pour nom de code “Lakaz Lerwa Lion” – qui entame sa quatrième journée –, génère des révélations de plus en plus « shocking ». Non seulement pour la classe politique mais, surtout, pour toute la population, avec le changement de focus de l’enquête sur la “Roches-Noires Saga”, au sujet des incidents survenus au campement de Navin Ramgoolam dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011.

Une soirée de beuverie a très mal tourné tard durant la soirée de dimanche dernier, à la rue Couvent de Lorette, à Vacoas. Noël Madelon, un homme de 27 ans, a sauvagement agressé son ami, Yan Descombes, à coups de sabre, avant d’assouvir ses pulsions sexuelles sur la mère et la grand-mère de ce dernier. Grièvement blessé, Yan Descombes a été admis à l’hôpital de Candos, tandis que sa grand-mère, tabassée parce qu’elle a tenté de résister, a rendu l’âme à l’hôpital le lendemain de son agression. Noël Madelon demeure, quant à lui, en détention policière, le temps que l’affaire soit traduite en Cour. Le motif de la dispute : Noël Madelon étant déjà sous l’influence de l’alcool, Yan Descombes aurait refusé de lui servir à boire.

Une soirée de beuverie a très mal tourné tard durant la soirée de dimanche dernier, à la rue Couvent de Lorette, à Vacoas. Noël Madelon, un homme de 27 ans, a sauvagement agressé son ami, Yan Descombes, à coups de sabre, avant d’assouvir ses pulsions sexuelles sur la mère et la grand-mère de ce dernier. Grièvement blessé, Yan Descombes a été admis à l’hôpital de Candos, tandis que sa grand-mère, tabassée parce qu’elle a tenté de résister, a rendu l’âme à l’hôpital le lendemain de son agression. Noël Madelon demeure, quant à lui, en détention policière, le temps que l’affaire soit traduite en Cour. Le motif de la dispute : Noël Madelon étant déjà sous l’influence de l’alcool, Yan Descombes aurait refusé de lui servir à boire.

L’attente a été longue dans la croisée de River Walk menant au domicile de Navin Ramgoolam dans la nuit de vendredi à samedi. Dès l’annonce qu’une perquisition devait se faire chez l’ancien Premier ministre, quelques-uns de ses partisans ont décidé de s’y rendre pour lui témoigner leur solidarité.

L’opération de comptage des billets de banque retrouvés dans deux valises et l’un des coffres-forts saisis au domicile de Navin Ramgoolam à River Walk commencent à livrer leur secrets. A ce stade après plus de cinq heures d’opération plus de Rs 15 millions de roupies ont été comptabilisés par la CCID et les officiers de la Banque de Maurice.

Après avoir connu une des nuits les plus difficiles de sa carrière politique, Navin Ramgoolam a eu à faire preuve de patience et de stoïcisme pendant toute la journée d’hier avant de retrouver la liberté, même provisoire. En effet, la magistrate Shefali Ganoo, celle qui avait présidé l’enquête judiciaire sur le suicide allégué d’Anand Kumar Ramdony en cellule au poste de police de Rivière-du-Rempart le 30 juillet 2011, a rejeté les objections de la police. Toutefois, l’ex-PM a eu à fournir deux cautions de Rs 200 000 chacune et signer deux reconnaissances d’un montant de Rs 1 million chacune. Les débats devant la Bail and Remand Court ont été ardus, Me Gavin Glover soulignant avec force que « mon client n’a aucun intérêt à se faufiler ».

  • Une enveloppe contenant Rs 18 millions en devises étrangères saisie par le Central CID dans un troisième coffre-fort en la résidence des Ramgoolam dans la nuit de vendredi à samedi
  • Veena Ramgoolam attendue par les enquêteurs avec les codes pour ouvrir les deux “oversized” coffres-forts  de même que deux valises
  • L’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, placé en état d’arrestation vendredi après-midi, a passé la nuit de vendredi à samedi en cellule au Moka Detention Centre
  • Deux inculpations provisoires retenues, soit “conspiracy  to do an unlawful act” et blanchiment de fonds

À peine un mois après les premières auditions de témoins dans l’enquête sur un cambriolage allégué au bungalow de Navin Ramgoolam à Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, le Central CID est tombé sur ce qui est présenté comme le jackpot de River Walk. À l’exécution d’un mandat de perquisition en bonne et due forme avec objectif de chercher des fonds, les hommes de l’assistant commissaire de police Hemant Jangi sont tombés sur un trésor en la résidence de l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, au point où ce nouvel élément, qui a surgi sans crier gare, constitue un casse-tête chinois pour le panel d’hommes de loi, avec pour Leading Counsel sir Hamid Moollan, Queen’s Counsel, le doyen du barreau. D’ailleurs, dans les milieux proches du leader du Parti Travailliste, l’on confiait en privé, hier, que si des explications existent au sujet de la présence de ces fonds, tant mieux. Au cas contraire, la partie, que ce soit sur le plan de l’opinion publique, ou relevant du domaine légal, s’annoncera difficile. D’ailleurs, cet aspect de l’enquête ayant trait au money trail a pris le dessus sur les incidents et l’agression au bungalow de Roches-Noires point de départ de cette enquête.

Après une nuit de repos hier soir suite à la terrible journée et soirée de vendredi dernier qui a entraîné son arrestation et son inculpation sous deux chefs d’accusation notamment le complot et le blanchiment d’argent, l’ex-premier ministre Navin Ramgoolam, fraîchement libéré sous caution samedi après-midi, est retourné aux Casernes centrales en ce dimanche matin, accompagné de ses hommes de loi Me Yusuf Mohamed et Gavin Glover notamment. L'ensemble des coffres-forts et des valises ont été ouverts  et de fortes sommes d'argent en coupures de Rs 2000 ont été comptabilisés. On évoque que la somme de RS 200 Milllions attendue par les enquêteurs pourrait être dépassée. Une nouvelle inculpation de Navin Ramgoolam n'est  pas à écartée.

Alors qu’il avait été condamné à amende de Rs 2 500 en première instance pour avoir insulté sa voisine, Twaha Mohamedally a obtenu gain de cause en appel. Les juges Abdurrafeek Hamuth et Pritviraj Fekna ont soutenu que la magistrate de la cour de première instance n’avait pas pris en considération les nombreuses incohérences dans les versions données par la plaignante avant de rendre un verdict de culpabilité.

La magistrate Diya Beesoondoyal, siégeant au Bail and Remand Court (BRC) en Cour de district de Port-Louis, a accordé la mise en liberté sous caution à Ravindranath Bhoyroo, arrêté en janvier 2013 avec des rouleaux de gandia en sa possession. Ce dernier devra s’acquitter d’une caution de Rs 150 000 et signer une reconnaissance de dettes de Rs 500 000.

L’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) a déraciné 671 plants de cannabis, d’une valeur marchande de Rs 2 millions, dans différentes régions de l’île, mercredi dernier.

Le procès intenté au Rodriguais Jean Nicholas Pierre-Louis pour le meurtre de Marie Riffine Augustin a été appelé hier après-midi devant les Assises, présidées par le juge Bobby Madhub. Ce dernier a réservé sa sentence. Les avocats des deux parties se sont livrés à l’exercice des plaidoiries avant que le juge ne puisse rendre son verdict dans ce procès.

L’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam a quitté le samedi 7 février tard dans l'après-midi la Bail and Remand Court libre mais contre deux cautions

La société Sunni Razvi Society avait logé une plainte en Cour suprême demandant qu’une mère et son fils quittent les quartiers qu’ils occupaient aux frais de la société, le fils n’étant plus employé par l'entreprise.

Les  deux grands coffres et les valises, retrouvés au domicile de Navin Ramgoolam à River Walk lors de la perquisition de six heures de la police dans la nuit du 6 au 7 février, vont livrer leurs secrets aujourd’hui.

Grave accident de la route hier dans le Sud, plus précisément dans les parages de St-Felix, et dans lequel un aide chauffeur, qui voyageait à bord d'un camion transportant des produits, a perdu la vie.

La magistrate Wendy Rangan, siégeant en Cour intermédiaire, a accordé le bénéfice du doute à un employé du CEB, accusé d’attentat à la pudeur. La magistrate a conclu que la version de l’accusé n’avait pas été remise en question et a relevé certaines incohérences dans le témoignage de la plaignante.