Faits divers

  • À prévoir les premières convocations au QG de l’ICAC du Réduit Triangle dans l’Euro-Loan Saga, à 1,5% annuellement, au cours de cette semaine
  • Lutchmeenaraidoo : « Les risques d'une troisième rechute étaient bel et bien réels. J'ai rechuté et suis de nouveau hospitalisé »
  • State Informatics Ltd : le contrat signé le 16 avril 2015 avec Infozen Consulting Ltd du fils de l’ancien ministre des Finances, est de 15 mois

Le compte à rebours dans la Preliminary Inquiry sous la Prevention of Corruption Act (PoCA) dans l’Euro-Loan Saga de 1,1 million d’euros octroyé par la State Bank of Mauritius à l’ancien ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a bel et bien été enclenché depuis le week-end. Les indications recueillies de sources concordantes sont que la State Bank of Mauritius Ltd, qui collabore jusqu’à maintenant à l’opération Goldfinger, nom de code de cette affaire, a déjà transmis à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) les dossiers et fichiers de cet emprunt de Rs 45 millions avec des intérêts de 1,5% au terme du Judge’s Order émis, jeudi dernier, par le juge Iqbal Maghooa, siégeant en référé. La prochaine étape devra être les premières convocations formelles pour des auditions Under Warning au QG de l’ICAC du Réduit Triangle. En parallèle, une autre enquête avec un background aussi accablant, soit le contrat pour l’élaboration d’un e-Health Platform alloué par la State Informatics Ltd à la société Infozen Consulting Ltd, dont le promoteur n’est autre que le fils de l’ancien ministre des Finances, est déjà en bonne voie avec le dossier déjà placé sous séquestre par les limiers de l’ICAC. De son côté, par voie de Postings sur Facebook, le nouveau chef de la diplomatie a confirmé une nouvelle semaine de congé de maladie à partir d’aujourd’hui « suite à une troisième rechute ».
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès de différentes sources indiquent que la State Bank of Mauritius a exécuté depuis la fin de la semaine dernière les ordres de la Cour suprême avec la levée du secret bancaire. Les documents, inclus dans le Judge’s Order, allant de l’Application Letter de Vishnu Lutchmeenaraidoo pour ce prêt de 1,1 million d’euros aux Minutes of Proceedings du Credit Committee de la banque ou tout autre Standing Committee, ayant traité cette demande, y compris des Board Proceedings en passant par le Pay Slip du ministre de même que les détails des décaissements, soit de 400 000 euros, à ce jour, sont en possession de l’escouade de l’ICAC, constituée pour les besoins de cette enquête.

La motion de Vijaya Sumputh, visant à faire renverser l’ordre de l’Equal Opportunities Tribunal (EOT) de la convoquer comme co-défendeur dans l’affaire sur sa nomination au Cardiac Centre, a été entendue en Cour suprême ce matin. Les avocats de l’EOT, Mes Jaykhar Gujadhur et Rishi Pursem de l’Equal Opportunities Commission (EOC), ont présenté leurs objections. Ils maintiennent que « la motion ressemble à une révision judiciaire » et que les procédures pour cela n’ont pas été suivies. La prochaine séance est fixée au 2 mai.

L'adolescent impliqué dans le double meurtre de  Camp-de-Masque devrait être interrogé à 13h30 aujourd’hui par la Major Crime Investigation Team(MCIT). Le suspect, qui s’est rendu à l’hôpital ce matin pour faire ses pansements, devrait s'expliquer aux enquêteurs sur la chronologie des événements le 26 février, jour du drame. Pour cet exercice, il sera accompagné d'un homme de loi.

Victime d’une escroquerie par fraude électronique pour un montant de Rs 115 millions, le groupe hôtelier, New Mauritius Hotels Ltd, a émis une Cautionary Announcement à l’ouverture de la Bourse de Maurice. Comme révélé en primeur et en exclusivité dans l’édition du Mauricien de samedi dernier, des escrocs étrangers, par le truchement de fake e-mails, soi-disant émanant du Chief Executive Officer du groupe, Gilber Espitalier-Noël, ont bénéficié de manière frauduleuse de deux versements bancaires de Rs 115 millions de l’Euro Account opéré par le groupe dans une banque de la capitale.

Benita Jankee, 30 ans, une ex-employée de la Mauritius Post and Cooperative Bank (MPCB) habitant Camp-Fouquereaux, est soupçonnée d'être impliquée dans une fraude d’environ Rs 1 M dans l’affaire MPCB avec la complicité de Annaraby Chellum, son ex-collègue. Elle a été interrogée au CCID ce matin. Selon nos informations, elle aurait désactivé le compte d’une personne vivant à l’étranger avant de transférer cette somme d’argent sur le compte d’une tierce personne.

Onze entités, soit quatre sociétés et compagnie et sept individus, représentant des actionnaires minoritaires, ont fait servir une mise en demeure, la semaine dernière, à la compagnie de pêche Raphaël Fishing Ltd, et à son plus gros actionnaire, M. Jean Raymond Boulle. La pétition a été également adressée à ENL Corporate Services Ltd et ABAX corporate administrators Ltd en tant que codéfendeur.

Contraint de venir expliquer de manière nette et claire devant la Cour suprême s’il a, oui ou non, touché sa pension de retraite présidentielle pendant qu’il perçoit également ses salaires de Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, par l’intermédiaire de son homme de loi, Me Désiré Basset, s’est défendu, cette semaine, qu’il n’est pas rémunéré en salaires, mais qu’il bénéficie d’une « allocation ». Celle-ci se monte à Rs 282 000 par mois.

Lee Ann Palmarozza, 35 ans, avait été retrouvée sans vie dans une piscine de l’Anahita Resort dans la nuit du 28 au 29 décembre 2014. L’enquête de la MCIT avait débouché sur l’inculpation provisoire de son compagnon, Peter Wayne Roberts, homme d’affaires et propriétaire d’une villa dans cet établissement. L’autopsie pratiquée par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, avait attribué la cause du décès à une asphyxie, la victime portant des hématomes à la tête et à la gorge, et a eu des saignements internes. Alors qu’il avait déclaré se mettre à la disposition des enquêteurs et qu’il ne devait rentrer en Afrique du Sud que le 11 janvier, Peter Roberts avait été interpellé à l’aéroport le 2 janvier 2015. Depuis, il a été formellement inculpé du meurtre de son amie. Le procès aux assises intenté au milliardaire sud-africain a débuté lundi sous la présidence du juge Benjamin Joseph et s’est poursuivi chaque jour cette semaine. Week-end fait un survol des premiers instants de cette joute judiciaire qui passionne la presse sud-africaine…

Une doctoresse de 23 ans a été victime d’un vol jeudi vers 13 h 45. Alors qu'elle se trouvait près de l’hypermarché Super U, à Flacq, un inconnu à moto s’est arrêté à son niveau et lui a demandé son téléphone pour « passer un coup de fil ». L'individu a alors démarré et pris la fuite avec son butin, estimé à Rs 23 000. Le vol a été rapporté au poste de police de la localité.

Poursuivi en Cour intermédiaire sous plusieurs charges de vols et “aiding and abetting the author of a crime”, le bouncer Franco Ritta avait été reconnu coupable le 8 mars dernier par le magistrat Vijay Appadoo.

Le procès intenté en Cour intermédiaire à Christophe Jérôme Legrand, alias souris, Patrick Steeve Prinslet Serret, alias Polocco, et Sada Curpen pour complot dans le meurtre de Denis Fine s'est poursuivi hier. Lors de la séance, la femme et le frère de Polocco sont venus témoigner, tous deux affirmant que Polocco n'a « rien à voir avec cette affaire ». L'accusé, pour sa part, soutient n'avoir pas tué Denis Fine. Le procès reprendra le 24 mai.

La compagnie Stevenhills Ltd, dans son litige qui l'oppose à Sports Data Feed Ltd (SDF) concernant les paris sur des matches de football britannique, avait interjeté appel d'une décision du juge Abdurafeek Hamuth qui lui avait ordonné de payer une amende de Rs 50 000 pour n'avoir pas respecté un ordre intérimaire lui interdisant d'utiliser des données dont la SDF détiendrait les droits exclusifs. Le double bench de la Cour suprême, composé du chef juge Keshoe Parsad Matadeen et Nirmala Devat, a rejeté l'appel, soutenant que Stevenhills Ltd s'est rendu coupable d'outrage à la cour en continuant à utiliser les données malgré l'ordre de la cour lui interdisant de le faire.

En l’espace de moins d’une semaine, la disparition de quatre Bangladeshis a été signalée à la police. Des sources officielles déclarent que, depuis le début de cette année, sept ressortissants bangladais ont été portés manquants. Le dernier cas rapporté remonte à hier. Roopan Talukder, 29 ans, a été aperçu pour la dernière fois le 5 octobre dernier dans son dortoir, dans une usine de St-Félix. Il n’a plus donné signe de vie depuis. Il est mince, de teint clair, a les cheveux courts et mesure environ 1m75.

Le contre-interrogatoire du Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a débuté hier. Ce dernier, qui est médecin légiste, avait pratiqué l’autopsie du corps de Lee Ann Palmarozza, retrouvée morte dans la piscine de l’Anahita Resorts, où elle séjournait avec son compagnon, Peter Wayne Roberts. Le Dr Sudesh Kumar Gungadin avait attribué la mort à une asphyxie due à la noyade et avait déclaré en Cour que les blessures que portait la victime avaient été causées avant sa mort. L’avocat de la Défense a confronté le témoin au fait qu’il n’avait pas fait mention de ce détail dans son rapport d’autopsie.

Vers 23 heures hier, la brigade criminelle de Trou-aux-Biches, aidée du personnel de l’Emergency Response Service (ERS), de la Special Support Unit (SSU), de la Northern Divisional Support Unit (NDSU) et de la Police Dog Section, a monté une opération spéciale afin de prendre au collet plusieurs individus, suspectés d’être les auteurs de vols commis récemment dans le nord de l’île.

Une charge provisoire de meurtre a été logée contre l’adolescent de 17 ans impliqué dans le double meurtre de Camp-de-Masque. Celui-ci a obtenu sa décharge de l’hôpital hier après-midi, où il a passé 20 jours. Après avoir quitté l’enceinte de l’hôpital Jeetoo, vers 14h30 hier, les membres de la Major Crime Investigation Team (MCIT) l’ont conduit aux Casernes Centrales. Le meurtrier présumé étant mineur, les enquêteurs ont attendu sa mère pour enregistrer sa déposition, exercice qui n’a finalement pas pu être effectué. 

Arrêtée en janvier 2013 avec Rs 6 M d’héroïne dissimulée dans le corps, une femme de ménage malgache, Tiaraza Syldette Ratolimevasoa, 32 ans, a comparu devant les Assises hier. Me José Moirt a été commis d’office pour assurer sa défense. Tiaraza Syldette Ratolimevasoa devra être de retour en cour le 30 mars.

  • Réticence de la SICOM de souscrire à cette offre en l’absence de versement de dividendes au cours des prochaines années
  • Jack Bizlall : « Le FS ne peut à la fois agir comme demandeur au nom de l’État et décider en tant que dirigeant de SICOM, SBM et NPF »

L’éventuelle ouverture du capital de la National Insurance Company, ex-BAI Assurance avec l’écroulement de l’empire Rawat, à des entités parapubliques, suscite des remous, notamment au sein de la SICOM. En effet, le projet envisagé et qui a fait l’objet d’une présentation de la NIC, est de mettre 45 % de l’actionnariat à la disposition de trois entités publiques, le Fonds national de Pension (NPF), la State Bank of Mauritius et la SICOM. En cas d’approbation de ce plan de la NIC, chacune de ces entités devra souscrire la somme de Rs 850 millions. Toutefois, le projet pourrait être mis à rude épreuve avec les objections formulées au niveau de la direction générale de la SICOM et des remous au niveau du conseil d’administration.

Le procès intenté au milliardaire sud-africain Peter Wayne Roberts pour le meurtre de sa petite amie Lee Ann Palmarozza, retrouvée morte dans une piscine de la villa d’Anahita Resorts où le couple séjournait, se poursuit avec l’interrogatoire du Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. Compte tenu des blessures relevées au niveau du cou de la victime, le médecin légiste écarte la possibilité que la mort de Leen Ann Palmarozza soit accidentelle. Le Dr Gungadin a déclaré en Cour hier que selon son expertise, il serait possible que la jeune femme ait été étranglée et plongée sous l’eau en même temps. Par ailleurs, confronté au rapport de la contre-autopsie pratiquée par le Dr Satish Boolell, le Dr Gungadin a été catégorique à l’effet que ses conclusions sont différentes et que les blessures qu’il avait relevées ne figurent pas sur les photos du corps prises durant l’autopsie.

Deux individus étaient poursuivis pour avoir volé un générateur qui se trouvait sur un catamaran en février 2015. La magistrate Adila Hamuth, qui a donné son verdict, a rayé l'accusation portée contre l'un d'eux. L'autre accusé, un certain Dorestan, a quant à lui été reconnu coupable d'avoir volé ledit générateur.

Les juges Saheeda Peeroo et Prithviraj Fekna ont donné gain de cause au sergent de police Geerjanandsing Baungally, qui avait saisi la Cour suprême après son licenciement des forces de l’ordre le 10 mai 2011. Ce dernier avait logé une action contre le Commissaire de police et la Disciplined Forces Service Commission. Il lui était reproché de s’être absenté du travail sans autorisation. Les juges devaient faire état de plusieurs irrégularités dans la manière dont la partie défenderesse avait traité ce cas, soutenant que le dossier n’avait pas été traité correctement.

Un homme habitant à quelques pas du poste de police et de la Rights Management Society, à Beau-Bassin, a été pris en flagrant délit de piratage jeudi dernier. Il a été traduit en cour de Rose-Hill et a ensuite été libéré contre une caution de Rs 10 000. Son matériel de reproduction a été saisi.

Véritable coup du sort pour William Castagnet des suites d’une panne de voiture. En effet, cet homme de 30 ans a rendu l’âme hier après-midi dans des circonstances dramatiques. Plus tôt, ce jour-là, cet asthmatique avait demandé à l’un de ses amis de les conduire, sa mère et lui, chez son médecin traitant, à Quatre-Bornes car il ne sentait pas très bien.

Le procès intenté au milliardaire sud-africain Peter Wayne Roberts pour le meurtre de sa petite amie Lee Ann Palmarozza, retrouvée morte dans une piscine de la villa d’Anahita Resorts où le couple séjournait, a repris ce matin avec l’audition du Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, qui avait pratiqué l’autopsie de la victime. Si la cause du décès avait été attribuée à une asphyxie due à la noyade, le médecin légiste avait relevé plusieurs blessures internes et externes sur la victime. En Cour ce matin, face aux questions de l’avocat de la Poursuite, il a maintenu que ces blessures avaient été causées avant sa mort et plusieurs d’entre elles auraient pu être causées par des coups violents.