Faits divers

Une opération d’envergure a été menée ce matin dans la région de Rose-Belle pour retrouver les personnes contre lesquelles des mandats d’arrêt ont été émis et qui ne s’étaient toujours pas présentées en Cour.

En 2012, l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et ex-ministre de la Santé Rajesh Jeetah avait déposé une plainte en réclamation en Cour suprême contre l’actuel Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. Il s’estime en effet « diffamé » par les propos tenus par ce dernier au cours d’une conférence de presse au sujet de l’affaire MedPoint au Labourdonnais Waterfront Hotel le 18 avril 2012. L’ancien ministre réclame ainsi des dommages de Rs 150 M. L’affaire sera entendue l’année prochaine.

Vinod Appadoo, le commissaire des prisons, consignera une déposition contre un détenu de la prison de Melrose pour « conspiracy to introduce prohibited articles in a penal institution ». Il soupçonne en effet le détenu d’avoir récupéré hier, dans la cour de la prison, un colis jeté de l’extérieur.

L’homme d’affaires Patrick Soobhany, qui avait dénoncé une affaire de pot-de-vin à l’encontre de l’ancien ministre de l’Environment Raj Dayal, contre une EIA Licence pour un morcellement à Gros-Cailloux, réclame Rs 50 001 à l’ancien ministre pour sa déclaration à la presse du 15 avril dernier. Lors de l’appel de l’affaire en chambre civile de la Cour intermédiaire hier, l’avoué du businessman a présenté l’assignation à comparaître servie à Raj Dayal par voie de presse. La position du député MSM dans cette affaire est attendue le 30 novembre.

Le récidiviste Christophe Patrick Angeline, âgé de 27 ans, a été appréhendé tôt hier matin après une opération spéciale conduite par la brigade criminelle de Terre-Rouge, aidée par le personnel du GIPM, de la SSU, de la Police Dog, de l’ERS et de la DSU. L’individu était recherché car il ne s’était pas présenté au poste de police d’Abercombie depuis le 1er mars alors que cette condition avait été émise par la cour après qu’une charge provisoire de tentative de meurtre ait été logée contre lui en février dernier.

Les artistes se disant victimes de brutalités policières, lors d’un incident survenu à la gare du Nord le 30 décembre 2015, seront entendus par la National Human Rights Commission cette semaine. Parallèlement, ils ont été appelés pour une parade d’identification dans l’enquête policière dans le cadre de cette même affaire. Toutefois, leur avocat, Me Rama Valayden, déplore le fait qu’il n’y ait aucun développement concernant l’enquête sur la plainte des artistes pour brutalités.

Le procès intenté à l’homme d’affaires Michel de Ravel de l’Argentière, accusé d’attouchements sexuels et d’attentats à la pudeur sur huit fillettes, reprendra le 19 janvier 2017. Le procès a été appelé ce matin en Cour intermédiaire. La poursuite, représentée par Me Roshan Santokee, a amendé une accusation retenue contre l’accusé, déclarant que l’année à laquelle le délit commis sur une des victimes a été modifiée. L’homme d’affaires a par la suite plaidé coupable de l’accusation. Sur les 21 charges qui pèsent sur lui, Michel de Ravel a plaidé coupable de 15 accusations.

La magistrate Wendy Rangan, siégeant en Cour intermédiaire, a rejeté une motion de « voir-dire » logée par Me Nadeem Aullybocus, un des avocats de Prakash Maunthrooa dans l’affaire Boskalis, ce matin en Cour intermédiaire. Me Aullybocus avait indiqué « détenir des preuves » que l’enquête menée par l’équipe mauricienne à Genève, en Suisse, pour avoir interrogé des suspects dans le cadre de cette affaire, « n’était pas légale ». La cour a toutefois rejeté sa requête. Le procès reprendra le 1er novembre.

Une reconstitution des faits du drame ayant coûté la vie à l’adolescente sud-africaine Mundolene Vosloo, âgée de 17 ans, a eu lieu hier matin à l’hôtel RIU en présence de la seconde épouse de son père, Magdalena Vosloo, et de son avocat, Me Jaunbaccus. L’exercice de reconstitution des faits s’est déroulé en présence de la brigade criminelle de La Gaulette et des éléments du SOCO vers 7h pour prendre fin deux heures plus tard. La meurtrière présumée de Mundolene Vosloo, Magdalena Vosloo, 39 ans, est revenue sur les lieux du drame, soit à l’hôtel RIU, sur le littoral Sud. Cet exercice survient un peu plus d’une semaine après que le jeune frère de la victime, âgé de 14 ans, y a participé.

Répondant d’une accusation de trafic de drogue devant les Assises, le ressortissant malgache Yannick Mohamad Akbaraly avait été arrêté le 21 février 2014 dans une pension de famille à Plaine-Verte, soit le lendemain de son arrivée à Maurice en provenance d’Antananarivo, à Madagascar. L’affaire a été appelée hier devant le juge Benjamin Marie-Joseph. La poursuite, représentée par Me Shakeel Bhoyroo, a réclamé un arrêt de procédures afin de loger une nouvelle charge. La drogue saisie sera de nouveau analysée.

Le Passport and Immigration Office (PIO) est passé à l’offensive au cours de ces dernières 24 heures à travers une opération « crack-down » contre des étrangers en situation illégale à Maurice. Vingt-sept ressortissants étrangers ont ainsi été placés en état d’arrestation et devront être poursuivis devant les tribunaux pour le délit de séjour illégal à Maurice.

La dernière audience de l’enquête sur le drame en mer du 8 juin dernier à l’embouchure de la Grande-Rivière-Sud-Est (GRSE) a été marquée par des révélations d’un membre de la NCG de service le jour du drame. Il a soutenu qu’il avait averti une des rescapées, à savoir la Woman Police Constable Sauba Saulick, des risques et des dangers d’une sortie à l’Ile-aux-Cerfs.

L’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam a comparu en Cour de Curepipe ce matin, où il répond de quatre charges provisoires, notamment dans l’affaire Dufry, les prêts de Rs 40 M pour l’achat de son bungalow à Roches-Noires et sur les coffres-forts saisis à son domicile de Riverwalk lors d’une perquisition. Me Medaven Armoogum, le représentant de la poursuite, a demandé deux semaines additionnelles pour donner sa position sur deux accusations dont l’enquête n’a pas encore été bouclée alors que, pour les deux autres, le dossier a été référé au DPP pour qu’il donne son avis. Navin Ramgoolam devra se présenter en cour le 7 novembre pour connaître la décision du parquet sur la marche à suivre.

Laina Rawat, la fille du Chairman Emeritus de la défunte BAI, Dawood Rawat, a comparu en cour de Curepipe ce matin dans le cadre des trois accusations provisoires retenues contre elles après l’écroulement de l’empire BAI, où un détournement allégué de plus de Rs 6 milliards fait l’objet d’une enquête.

Le jugement de la Cour intermédiaire dans le procès intenté à Christophe Jérôme Legrand, alias Souris, Patrick Steeve Prinslet Serret, alias Polocco, et Sada Curpen, poursuivis sous une charge de « conspiracy to do harm to another person », était attendu hier. Toutefois, un des prévenus n’étant pas présent, le magistrat Vijay Appadoo n’a eu d’autre choix que de fixer la date du jugement au 30 novembre.

Poursuivi pour le meurtre de Nykos Antonio Babet, commis en juillet 2013 à Vieux-Grand-Port, le récidiviste notoire Jean Jonathan Catherine a comparu devant les Assises hier. Il a informé la cour qu’il avait retenu les services de Me Deepak Rutnah, qui n’était cependant pas au tribunal hier. Il devra comparaître de nouveau avec son homme de loi le 8 novembre prochain.

Poursuivi pour le meurtre de son épouse Deepa Takoordyal, 33 ans dont le corps démembré avait été retrouvé au pied d’une falaise dans la région de Trois-Mamelles le samedi 25 janvier 2014, Ashish Takoordyal a comparu devant les Assises hier. Initialement poursuivi sous une charge d’assassinat, il répond désormais de la charge d’homicide involontaire. Il a plaidé coupable. Son procès a été fixé pour être entendu le 10 janvier 2017.

Mohammed Mizanur Rahman, un machiniste bangladais âgé de 28 ans, a comparu devant les Assises hier. Il répond d’une charge de meurtre avec préméditation. Il est accusé d’avoir tué son compagnon, Alam Asraful, le 8 octobre 2014 à Belle-Rive Dubreuil à la suite d’une dispute. Son homme de loi, Me Raj Pentiah, a informé le juge Benjamin Marie-Joseph qu’il n’avait toujours pas reçu le dossier et a demandé du temps additionnel pour l’étudier. L’affaire sera de nouveau appelée pro forma le 24 novembre.

Le procès intenté au député Jean-Claude Barbier et à son présumé complice, Selvanaden Mootoosamy, a été renvoyé au 11 novembre devant la Cour correctionnelle de Port-Louis. Deux témoins, soit des policiers, étaient absents à la reprise du procès devant la magistrate Manjula Kumari Boojharut. Rappelons qu’alors que les deux accusés étaient initialement poursuivis devant la Cour intermédiaire sous une charge d’agression avec préméditation, le Directeur des poursuites publiques avait décidé de réduire la charge à celle d’agression.

L’enquête sur l’arrestation de quatre individus vendredi, suite à la séquestration d’un jeune homme à Petit-Raffray, a pris une nouvelle tournure depuis samedi. Les enquêteurs soupçonnent que cette affaire soit liée au trafic de drogue synthétique.

Deux passagers clandestins – Guni Yasini Juma, 26 ans, et Abdala Stamili, 25 ans –, tous deux de nationalité tanzanienne, ont été appréhendés très tôt ce matin par la police du Port. Une certaine quantité de cannabis a été découverte dans les effets personnels de l’un d’eux, drogue destinée « à sa consommation personnelle », selon l’intéressé. À l’heure où nous mettions sous presse, tous deux étaient interrogés par la police. Cette enquête est menée par le chef inspecteur Mohesh et est supervisée par l’assistant du commissaire de police Domah.

18 janvier 2015 – 16 octobre 2016, près de deux ans après la découverte des fissures et son effondrement, la portion Ripailles/Valton de l’autoroute Terre Rouge/Verdun, construite au coût de plus de Rs 4,2 milliards, attend toujours d’être efficacement réparée. À plusieurs reprises depuis mi-2015, le ministère des Infrastructures publiques a indiqué que le Tender ou appel d’offres pour cette tâche était en préparation. Et 21 mois plus tard, on attend toujours. À qui profite cette attente interminable? se demandent les professionnels du secteur pour qui cette route – quelle que soit la méthode de réparation appliquée, stone columns ou terrassement de sol – aurait été totalement utilisable dès novembre 2016, parallèlement à l’ouverture de la partie menacée par les éboulements des falaises et dont les travaux de sécurisation seront terminés le mois prochain.

L’interpellation en début de semaine d’un adolescent de 16 ans, J.L.Flore, à Grand-Baie, a déclenché un beau coup de filet de la police débouchant sur des arrestations en série. Menant du coup au démantèlement d’un important réseau de braqueurs qui sévissait principalement dans cette importante agglomération.

Quatre individus ont été appréhendés par le personnel de la Field Intelligence Office (FIO) de la Northern Division, sous la supervision du Detective Police Sergeant (DPS) Seewoochursing, vendredi après-midi, dans le cadre d’une affaire de séquestration. Plus tôt, une habitante de Montagne-Longue de 20 ans avait consigné une déposition au poste de police de Goodlands après que son petit-ami de 19 ans, domicilié à Petit Raffray, a eu des ennuis avec un groupe d’individus. Elle a déclaré aux policiers que vers 13h, ve vendredi, son petit-ami et elle se trouvaient à Beau-Plateau, à Goodlands, lorsqu’un inconnu a approché le jeune homme et a demandé à lui parler. Au même moment, plusieurs autres individus — qui s’étaient cachés dans les buissons — ont fait leur apparition, ont empoigné le jeune homme et l’ont emmené de force. Celui-ci a été tabassé par ses agresseurs. La jeune femme a précisé à la police que le même jour, un dénommé Kunal Ramkissoon envoyait des SMS à son petit-ami, alléguant que ce dernier lui devait de l’argent. Ainsi, peu de temps après, les enquêteurs de la FIO se sont rendus à Fond-du-Sac après avoir obtenu des renseignements précis et y ont intercepté une voiture qui avait à son bord cinq passagers. Sawan Kumar Sebocus, un planteur de 26 ans, Sabir Kumar Beedassy, 25 ans et sans emploi, Manesh Tooree, un cuisinier de 32 ans, et Kunal Ramkissoon, un barman de 20 ans — des habitants de Fond-du-Sac —, ainsi que le petit-ami de la jeune femme se trouvaient à bord du véhicule. Ils ont tous été conduits au poste de police de Plaine-des-Papayes pour enquête. Questionné, le jeune homme de 19 ans a déclaré avoir été kidnappé et tabassé par les quatre autres passagers de la voiture et qu’il avait été conduit chez le dénommé Sawan Kumar Sebocus, aussi connu sous le nom de Manoo, à Fond-du-Sac, où il a été contraint de signer au bas de trois lettres qui stipulaient qu’il leur devait la somme de Rs 50 000. Il a déclaré que Sawan Kumar Sebocus avait également placé un sac en plastique contenant des bijoux dans sa poche et que « li fine dir ma li pou mette case vol avec mwa ». Interrogé à son tour, Sawan Kumar Sebocus devait déclarer : « Mo fine faire enn erreur, dresse sa zafaire la », ajoutant que les bijoux récupérés dans la poche du jeune homme étaient les siens et que celui-ci lui devait beaucoup d’argent. Après que le suspect et ses complices eurent été entendus par les enquêteurs, ils ont été placés en détention. La victime a, pour sa part, été autorisée à rentrer chez lui. Les quatre suspects ont comparu devant le Bail and Remand Court (BRC) aujourd’hui. Une charge provisoire de sequestration a été logée contre eux.