Forum

Pour soumettre un texte au Forum, cliquer le bouton "Soumettre un article" ci-dessous.
La direction se réserve le droit de ne pas publier un texte soumis sans aucune justification.

20 juillet, 2017 - 15:30

The new proposal to peg the water prices to inflation rates seems quite plausible - indeed, if the State intends to consider each and every department falling under its control to become financially autonomous, then this form of automatic pricing mechanism appears logical.

20 juillet, 2017 - 15:15

La décision du gouvernement d'instituer une Commission d'enquête sur la drogue – une des douze priorités d'ailleurs du manifeste électoral de l'Alliance Lepep – représente un pas courageux dans la lutte contre la mafia et mérite d'être amplement saluée. Certes, la commission n'a pas encore terminé ses travaux mais d'ores et déjà, l'on découvre avec stupéfaction les activités obscures de certains avocats qu'un ancien président du Bar Council, Antoine Domingue, n'a pas hésité à qualifier de « narco-avocats » (16 juillet 2017), réclamant même la radiation pure et simple des « brebis galeuses » de la profession légale (15 juillet 2017).

20 juillet, 2017 - 15:15

La petite corruption n’a cessé de croître et pourtant, elle est souvent banalisée dans l’inconscient collectif.

20 juillet, 2017 - 15:05

CTSP pe diman guvernman donn bann dat kan lalwa travay retrograd pu amande sinon zot pu kumans enn kanpayn nasyonal pu Lepep pa eli prosin eleksyon.

20 juillet, 2017 - 15:20

L’oubli nous aide donc à prendre de bonnes décisions. Et ce, de deux façons. D’une part, il nous débarrasse des informations parasites qui entravent notre adaptation aux situations nouvelles.

19 juillet, 2017 - 15:00

I. Posons le cadre : la loi des Finances, débattue ce mercredi 17 juillet 2017, s’inscrit, comme les précédentes, dans le droit fil du système économique mondialisé. En pilotage quasi automatique, sous la surveillance des bailleurs de fonds internationaux et autres organismes de Bretton Woods, qui s’autorisent à donner leur aval avec, en point de mire, le verdict des autres agences de notation privées internationales!

19 juillet, 2017 - 16:00

Citoyens et Citoyennes,
Camouflée dans la Finance Act, la clause No 37, visant à amender la NIC Act, ouvre la voie à plusieurs dérives par rapport à la sécurité et à l'intégrité physique et morale de chaque Mauricien de plus de 18 ans. Des lecteurs de cartes et des cartes SAM* (qui permettront aux lecteurs de cartes d'accéder au “fingerprint minutiae” et même de lire des “fingerprint images”) seront disponibles, au bon gré du gouvernement, dans les secteurs public et privé pour lire nos données, personnelles et biométriques.

19 juillet, 2017 - 17:00

D’abord une précaution inutile: les promesses électorales n’engagent que ceux à qui elles sont faites. Tandis que les seuls engagements qui sont respectés sont ceux pris auprès des généreux mécènes finançant la campagne, retour d’ascenseur oblige.

18 juillet, 2017 - 19:00

On Sunday 9th July, natives of Agalega, relatives, descendants and friends replied positively to the invitation of the Kolektif Pou Agalega at Roche Bois as reported in Le Mauricien on 11th July. I made it a point to be present.  When I reached there, female activist Sybille of Generation Agalega was addressing the audience. Her statement was clear, firm and legitimate. She stated plainly that natives and descendants of Agalega must be taken on board. It has been a biggest mistake of our technocrats while preparing the last National Budget exercise not to make a slight mention of the need for the participation of the people in the development project funded by India. The legitimate criticisms levelled at those responsible for that have been misinterpreted deliberately in some quarters to give the impression that people of Agalega are against India. No, we are not against India! We will not fall in such a trap. Don’t take people of Agalega for fools. We are friends of India. We are especially friends of Subhas Chandra Bose, Dr Ambedkar and other freedom fighters of India. They have inspired Africa and Asia.

18 juillet, 2017 - 20:00

I used to be a sensitive soul but now I am gutted to learn through the press almost every day of all the atrocities and crimes such as murder or any form of violence towards women and children. In an interview with William Friedkin in 1975, famous film director, Fritz Lang talked about his 1931 film entitled M - Eine Stadt sucht einen Mörder (literally translated in English as M - A city looks for a murderer). M was Fritz Lang’s first sound film and the script was written by his wife, Thea Von Harbou. The scenario describes both the police and the criminal underground searching for a serial killer of children, played by Peter Lorre. Fritz Lang told Friedkin that M did not only address the issue of child murder but also dealt with social evils. Actually, his message through that film was of social nature to ‘warn mothers about neglecting their children.’ According to the book of Jean-Loup Bourget, Fritz Lang, Lady-killer, the author explains that when Fritz Lang was asked about his inspirations and why he made the drama-thriller film M, the answer was ‘there are dark forces within us, we’re all the children of Cain, we’ve all of us once thought of murder.’ According to the Book of Genesis, Cain was the son of Adam and Eve and was the first murderer in the history of humanity. In the book of Victor Hugo, La Légende des siècles, which is a collection of poems on the history and evolution of humanity, the author explained that Cain killed his brother Abel and God punished Cain and he was marked so that no man could kill him. Victor Hugo explained that as punishment, Cain could not escape from his conscience which reminded him of the murder he committed. According to Victor Hugo, Cain was being watched by an omnipresent eye. In order to evade from the watchful eye, he built a fortress and hid in its basement. He locked himself and on the door, it was written; ‘God is not allowed to enter’.

18 juillet, 2017 - 18:00

An Zilye 2013, dan 81em edision “Anou Koz Parol” dan Paz Forum, nou ti deza gagn lokazion mark 95em laniverser nesans Nelson Mandela, ki enn zournal ti dekrir sa lepok-la kouma dernie bondie vivan ki lemond finn kre. Dan sa moman-la, Mandela ti lor enn lili lopital, dan enn pozision kritik, ant lavi ek lamor. Li finn mor le 5 Desam 2013, setadir 5 mwa apre. Dan sa omaz-la, nou ti rapel bann lekter Le Mauricien ki andeor nom tribal Nelson Mandela, setadir, Madiba, ansien premie Prezidan nwar Sid-Afrik ti ena ousi kom prenom « Rolihlahla », ki dan langaz isiXhosa vedir literalman « ris brans enn pie », alor ki dan langaz metaforik ki servi toulezour, li vedir « fouter-dezord ». Nou ti ousi fer mansion ki « Nelson » se prenom ki enn so bann miss, Miss Mdingane, ti donn li so premie zour lekol parski, sa lepok-la, e sa se enn leritaz direk kolonizasion, li ti enn labitid donn bann zanfan afrikin bann nom angle, akoz bann Britanik ti trouv li difisil pou pronons bann nom afrikin. Mem si personn pa kone exakteman kifer Miss Mdingane finn swazir prenom Nelson, dan so oto-biografi, Mandela dir ki li panse ki prenom-la finn sirman inspire par nom kapitenn marinn britanik, Lord Nelson.

17 juillet, 2017 - 15:35

This will only make things easier for the demagogues and autocrats. On every major issue an artificial polarisation is imposed on us. An intellectual is someone who challenges binary oppositions, bridges cultural gaps, has the cognitive flexibility to connect various disciplines and passionately defends a nuanced way of thinking.

17 juillet, 2017 - 15:00

Au nom des membres du collectif de la société civile Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL) et en mon nom personnel, car je suis aussi une habitante du Sud, je vous demande de venir clarifier sans ambiguïté la position du Mouvement Patriotique concernant la déproclamation de la plage publique de Pomponette par le ministre Soodhun le 24 août 2016 et l’attribution de cette plage par le même ministre aux promoteurs hôteliers Pelangi Resorts Ltd et Clear Ocean Hotel and Resort Ltd, sous la direction de Mme Miranda Hartzenberg.

17 juillet, 2017 - 11:27

Ce texte est une traduction de celui de Bhawna Atmaram paru, en anglais, dans la page Forum du Mauricien du 29 mai 2017.

17 juillet, 2017 - 15:25

Deux années se sont écoulées depuis que tu nous as quittés si brusquement en ce samedi 11 juillet 2015.  Deux années qui n’ont pas comblé le vide que tu as laissé en partant.  Ton départ est à l’image de cette plaie profonde qui ne se cicatrise pas et reste toujours béante.

17 juillet, 2017 - 15:05

Beyond satisfying an electoral pledge it would provide it with important feedback on pressing national issues and opportunities to course correct. For example there is a very wide consensus in our country that we don't need the Metro Express just like saddling the CWA with a management contract is an act of zero governance.

15 juillet, 2017 - 09:00

Triste spectacle que celui de ceux qui se déchaînent contre cet écrivain de grand talent, Nathacha Appanah, qui a eu le malheur de pointer du doigt les travers de notre système éducatif. Que nous dit-elle ? Que les examens de la CPE, désormais défunts, ont traumatisé plusieurs générations d’enfants mauriciens. Que les élèves mauriciens s’intéressent peu ou pas à la culture. J’ai lu son texte, non comme une attaque en règle contre un collège, comme on semble le croire, mais comme un regard mélancolique et désabusé sur un système pourri. On peut lui reprocher une certaine maladresse dans ses propos mais cela ne justifie en rien cette expression de haine à son égard. Que veut-on démontrer ? Qu’un collège de l’élite est une institution sacrée et que nul, quel qu’il soit, ne peut le critiquer ? Qu’on est capable de te remettre à ta place, que tu as beau être un écrivain connu mais qu’on est, au bout du compte, ‘meilleures’ que toi ? La réaction de certains m’a choqué, j’ai senti l’esprit de meute et cette volonté de casser et de démolir l’autre.
 Mais, au-delà de la polémique, il faut s’interroger sur ce qu’on entend par réussir. Est-ce la faculté à intégrer un collège de ‘l’élite’, à avoir un parcours professionnel remarquable, à acquérir des biens matériels, à épater la galerie ? Me revient en mémoire ce roman de Simone de Beauvoir, Les belles images, qui évoque ces vies apparemment parfaites d’une certaine bourgeoisie parisienne qui masquent les plus grandes amertumes. Ces belles images sont illusoires. Je côtoie ces élites mauriciennes et derrière le vernis que trop brillant on fait le constat de vies brisées, de solitude ou encore de dépression. Ne parlons pas de ces élites corrompues, – souvent les produits de nos ‘star schools’ –, qui dirigent ce pays, elles nous proposent le spectacle quasi-quotidien de leur déchéance. La réussite, à mes yeux, est la possibilité d’aller au bout de son talent, quel qu’il soit, et d’être pleinement humain. Cela ne nous empêche pas d’avoir des ambitions, de repousser nos limites, de vouloir s’enrichir, pourquoi pas, mais pas au prix du mépris des autres, d’un pseudo-sentiment de supériorité.
J’ai eu la chance, lors d’un festival de poésie, en Moldavie, l’année dernière, de côtoyer un homme de grande envergure. Le poète syrien, Nouri al Jarrah. Certains ont sans doute, étant donné leur parcours, la légitimité d’une certaine arrogance mais Nouri m’avait frappé par sa générosité et son humilité. Je ne me suis jamais senti ‘petit’ à ses côtés. Et quand je pense qu’à Maurice on se gargarise de notre appartenance à des collèges, on cultive avec frénésie un sentiment de supériorité, j’arrive à me demander si on réfléchit parfois à notre condition d’insulaire, sommes-nous conscients qu’il existe un monde au-delà de nos frontières, savons-nous seulement ce que nous sommes ? Il s’agit non de cultiver une humilité qui puise dans le mépris de soi mais dans la sagesse de ce qu’on est et de ce qu’on peut être.
 Je suis sans doute naïf mais il n’est d’élite que celle du cœur. Je crois que nous sommes tous humains, qu’il n’est aucune hiérarchie possible, sinon celle du cœur, que nous sommes de la même précarité et si la vie est un dialogue avec la mort, qu’est-ce que ce dialogue nous apprend sinon que face à la finalité de notre destin, nous avons plus de choses en commun que de choses qui nous séparent. Il faudrait peut-être inscrire la naïveté de la foi en l’humain au cœur du projet de société mauricien, si ce projet existe seulement.

15 juillet, 2017 - 10:00

Isshack Hasgarally est décédé lundi à l’âge de 77 ans. Ses funérailles ont eu lieu dans la soirée: il fut inhumé au cimetière de Riche-Terre, en présence d’un grand concours de parents, d’amis et de connaissances.

15 juillet, 2017 - 10:00

A jockey having taken or ingested Methadone will serve only a 6-week suspension! The same chap was allowed to ride the BARBE!!! by the MTC.
It is sickening. In the UK Kieren Fallon was suspended for 18 months and he did not ride a horse! He is a champion jockey.
This chap puts others at RISK racing under the influence. He cannot walk away as simply as the MTC  wishes.
That chap must explain where he acquired the opiate. This substance is not prescribed. The ADSU must act. A jockey riding under the influence of OPIATES must have a LIFE BAN.
You see, the Sport of Kings has witnessed a very special event - dope the jockey, forget the donkey!
Business as usual.No. IT CANNOT BE.

15 juillet, 2017 - 10:00

La chronique de la très bonne romancière, Nathacha Appanah, « Le culte de la performance » parue dans le Journal La Croix m’interpelle. Elle y critique la réception qu’elle a eue de la part d’enseignantes de français et d’élèves du QEC; y dénonçant la passivité des élèves et les commentaires conservateurs des professeurs de français sur le contenu de ses ouvrages. Cette chronique a aussi déclenché un « buzz » sur les réseaux sociaux : critiques du système élitiste du QEC ; d’autres comparent les méthodes d’enseignement des écoles publiques avec celles des collèges confessionnels. Mon étonnement aussi en lisant le commentaire d’une internaute qui comptait le nombre de suicides au QEC ; ou un autre écrivant que les élèves de cette institution ne connaissent pas la souffrance du peuple. Tout ce déluge de réactions révèle l’hystérie entourant cette chronique et surtout le Queen Elizabeth College. Essayons, à tête reposée, d’y voir plus clair !

14 juillet, 2017 - 18:00

Depuis sa création en 2010, Platform Moris Lanvironnman (PML) attire l’attention des autorités sur la nécessité de réaliser des Evaluations environnementales stratégiques (EES) avant la finalisation de schémas directeurs, stratégies sectorielles, plans et programmes. Elle est un outil extrêmement utile pour évaluer les options/scénarios proposés et permet d’évaluer l’efficacité potentielle des plans et programmes du point de vue du développement et de leur durabilité. En sus de tester la concordance avec les stratégies sectorielles existantes, en procédant à des consultations publiques - étape inconditionnelle du processus -, une EES est en mesure d’identifier les conflits potentiels avec les opérateurs économiques existants et avec toute autre partie prenante. Loin d’être une tracasserie administrative, une EES est un bon outil de gérance car il permet une prise de décision informée et évite donc bien des désagréments en aval. Mener des EES est d’ailleurs conforme aux meilleures pratiques internationales. Dans son commentaire du Budget 2017–2018, PML avait exprimé son inquiétude selon laquelle des schémas directeurs et stratégies proposés dans le Budget n’ont pas été sujets à une EES, tels la création de marinas et l’aquaculture en mer. Or, la conduite d’une EES sur l’aquaculture en mer se révèle être cruciale.

13 juillet, 2017 - 15:00

1999, I am a teenager in Lower 6. I get a call from my mother’s ex-colleague and family friend, Mr. Isshack Hasgarally, known to us as Isshack. Assuming that he wants to talk to my mother, I tell him that I’ll call my mother to the phone after exchanging civilities. To my surprise, he says no, that he wants to talk to me.

13 juillet, 2017 - 15:35

Introduction
Considerable time and resources have been invested into the drafting of the Nine-Year Schooling (NYS) project.  This reform, like most others, may be far from perfect.  However, this is not the time to go into the flaws of the reform but to focus on what is required to move successfully forward.  This article argues that leadership development at all levels of the system is a pre-requisite if we are to ensure its effective implementation and thus an optimum return on our investment.