Interview

Notre invitée de ce dimanche est Lindsey Collen, écrivain, syndicaliste et militante, membre du Muvman Liberasyon Fam (MLF), de Lalit et de Ledykasyon Pu Travayer (LPT). Au cours de cette interview réalisée cette semaine, elle partage son analyse sur l’évolution politique et son évolution personnelle.

Alan Ganoo, président du Mouvement Patriotique a déposé cette semaine à l’Assemblée une “Motion of Disallowance” contre une majoration de 10% du prix du carburant. Dans l’entretien qui suit, il revient sur le bien-fondé d’une telle action et appelle à l’unité des partis de l’opposition. Il invite les leaders à mettre leur ego de côté pour unir leurs forces. Il s’exprime également sur une éventuelle réunification de la grande famille militante ainsi que sur la position du Mouvement Patriotique (MP) dans une prochaine élection. Il se dit en faveur de la limitation du mandat du Premier ministre et constate une situation politique confuse.

Notre invité de ce dimanche est l’inspecteur de police Jaylall Boojhawon, qui est par ailleurs président de la Police Officers Solidarity Union, syndicat récemment enregistré. Dans cette interview réalisée vendredi après-midi, il revient sur le combat pour obtenir l’autorisation à la police de se syndiquer, sur son différend avec l’assistant surintendant de police (ASP) Hector Tuyau et fait un bilan de la situation de la force policière et, surtout, de ses faiblesses. Par ailleurs, il énumère les mesures qu’il compte demander à la hiérarchie de prendre pour faire cesser la frustration qui règne au sein de la force. Le tout avec un ton qui relève plus du combattant que du diplomate.

La rencontre a d'abord été froide, mais au fil de l'interview, Gilbert Merven, candidat aux élections des Administrateurs du MTC, s'est prêté au jeu. Certes, on sent qu'il y a de la retenue, surtout lorsqu'on aborde sa rencontre avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Toutefois, notre interlocuteur balaye d'un revers de main toutes les « affaires » et les « accusations » qui ont fait tache pendant ses années à la présidence du MTC.

« Je rêve de voir le PMSD assumer la plus haute fonction  du GM avec Xavier-Luc Duval comme Premier ministre », confie Adrien Duval, ancien Deputy Speaker et aujourd'hui backbencher de l'opposition au sein du PMSD, dans une interview accordée au Mauricien cette semaine. Le jeune politicien évoque longuement la plainte logée en Cour suprême jeudi pour demander aux juges de donner leur interprétation du terme « vacant » en ce qui concerne le poste de Premier ministre. « Nous sommes contre le deal Papa-Piti parce qu’il n'y a aucune raison valable pour justifier le départ de SAJ. Lorsque nous avions dit qu’il était normal que si SAJ partait, il soit alors remplacé par son fils, (...) nous étions sous l’impression que SAJ aurait démissionné du Parlement. Cela n’a pas été le cas », dit-il, avant de rappeler la volonté du PMSD de défendre la Constitution, « qui est à la base du développement du pays ».

Notre invité de ce dimanche est Armoogum Parsuramen, ancien politicien et membre fondateur du MSM. Il a passé treize ans au ministère de l’Éducation avant d’occuper des postes de responsabilité à la Banque mondiale et à l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization), dont il fut le secrétaire du conseil exécutif pendant cinq ans. Depuis son retour à Maurice en 2011, Armoogum Parsuramen se consacre à des activités sociales et a fondé la Global Rainbow Foundation. Dans l’interview qu’il nous a accordée jeudi, il nous livre son analyse de la situation politique et du secteur des ONG.

« L’île Maurice d’aujourd’hui en a marre des alliances. Les militants sont devenus allergiques au terme “alliance”. Maurice a besoin d’une bouffée d’air frais politique », déclare Rajesh Bhagwan, député et président du MMM. Dans l’interview qui suit, le député et président du MMM soutient que son parti se prépare activement à se rendre seul aux élections générales, avec 60 candidats et Paul Bérenger comme Premier ministre pour cinq ans. S’agissant de la passation de pouvoir entre SAJ et son fils, celui qui a été pendant 34 ans d’affilée au Parlement estime que le premier a permis au second « “Learner” de prendre le volant avec un grand autocollant “L” sur la locomotive gouvernementale ».

Scopeinterroge Lindley Couronne. Non seulement par rapport à la sortie d’un nouvel ouvrage pédagogique mais aussi à propos du système éducatif. Nous abordons la culture des droits humains, avant de conclure sur une note politique.

« La COI est la seule organisation dans le sud de l’océan Indien entièrement consacrée aux problèmes des îles. Personne ne pourra nous défendre comme nous le faisons. Nous appartenons aux organisations internationales comme l’UA, mais nous voulons exprimer notre spécificité », insiste Hamada Madi Bolero, secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI), dans une interview accordée au Mauricien à quelques semaines de la réunion du Conseil des ministres de la COI, à laquelle il participera pour la première fois. Selon Hamada Madi Bolero, la commission devrait évoluer de manière à mieux défendre les intérêts des populations de la région et mieux exprimer la spécificité de l’indianocéanie au niveau international.

Les membres de la profession légale viennent d’élire le nouveau président du Bar Council. Il s’agit de Me Jacques Tsang Man Kin, qui a accepté de répondre à nos questions vendredi.

Ashok Subron, de Rezistans ek Alternativ, revient sur l’actualité politique de ces dernières semaines. Il justifie la plainte déposée en cour contre la passation de pouvoir entre sir Anerood Jugnauth et son fils, Pravind. Selon lui, il y a eu entorses à différentes provisions de la Constitution. Il analyse également le départ de Roshi Bhadain et la situation économique. Selon lui, le « gros capital », local et international, ainsi que les « parasites » autour du pouvoir déterminent aujourd’hui l’orientation économique. C’est ce qu’il identifie comme étant un système mafieux. Il fustige les concessions accordées sur différentes taxes alors même que le fonds de pension est en difficulté. Il prévient le Premier ministre, Pravind Jugnauth, que la réforme de la pension universelle risque de le mener à sa perte.

Ce n’est pas seulement un soliste. Chris Jo est aujourd’hui responsable d’Otentik Groove. Il est aussi arrangeur musical et producteur de Mo Rekonpans, l’album qui a valu à Lin une reconnaissance certaine.

L’Australie est très intéressée à utiliser Maurice comme plateforme financière et commerciale vers l’Afrique, a déclaré Susan Coles dans une interview accordée au Mauricien en marge de la célébration de l’Australia Day 2017. Elle a annoncé également que le Queen’s baton relay en vue des Jeux du Commonwealth prévus en Australie en 2019 passera par Maurice en avril prochain et a en outre invité le Premier ministre Pravind Jugnauth à effectuer une visite officielle en Australie.

Azim Currimjee, président de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI), la plus vieille institution du privé à Maurice, trouve des signes positifs dans le récent réaménagement du cabinet ministériel et espère qu’il débouchera sur une période de stabilité. Le secteur privé, souligne-t-il, est rassuré quant au leadership du gouvernement. Anticipant un taux de croissance économique d’au moins 3,8 % pour cette année, Azim Currimjee se dit optimiste quant au développement de l’économie nationale à condition que les gros chantiers annoncés soient mis à exécution avec l’efficacité voulue. Il insiste, cependant, que les entrepreneurs doivent pouvoir évoluer dans un environnement politiquement stable.

Marie Pricie Anjela Spéville, jeune professionnelle, se jette dans la bataille électorale pour les régionales à Rodrigues sous la bannière de l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR). Elle est convaincue de la cause politique défendue par son parti et se donne comme objectif, pour le scrutin du dimanche 12 février, de réaliser une première, soit se faire élire à La Ferme, région considérée comme le fief de l’opposition, notamment du Mouvement Rodriguais. Depuis le début de la campagne, elle est sur le terrain pour se battre.

Après la démission de Roshi Bhadain de toutes les instances du MSM et de l’Alliance Lepep, le conseiller municipal de Quatre-Bornes Samad Gunny a décidé de le suivre et de quitter le MSM. Il annonce qu’il sera un conseiller indépendant et explique les raisons derrière cette décision.

Notre invité de ce dimanche est Alain Wong, ancien ministre de l’Environnement, ancien membre de la direction du Parti Mauricien Social Démocrate et — jusqu’à samedi après-midi —, député siégeant en indépendant au Parlement. Sa démission des instances du PMSD suit d’un mois celle de son ex-parti du gouvernement. Dans cette interview réalisée à son domicile, jeudi après-midi, Alain Wong explique les raisons qui l’ont poussé à démissionner de toutes les instances du PMSD il y a dix jours. Il réagit aussi à la campagne de dénigrement sur internet qui a suivi sa démission de la basse-cour bleue.

Le Dr Ramachandra Bheenick, médecin généraliste exerçant aujourd’hui dans le privé, est d’avis que le ministre de la Santé a tout à fait raison de vouloir mettre de l’ordre dans le système de double pratique chez les spécialistes. Pour lui, appliquer des sanctions plus sévères n’est pas réalisable car « on va devoir sanctionner le médecin, le superviseur, les gens du ministère, toute la profession ». « Il n’est pas vrai de dire qu’il y a un manque de médecins dans le privé », insiste-t-il encore.

« Si le ministère dit qu’il a des preuves que des médecins du secteur public sont en train d’exercer dans le privé à l’heure où ils devraient être à l’hôpital, pourquoi ne prend-il pas des sanctions puisqu’il est l’autorité concernée ? » C’est ce que lance le Dr Bhooshun Ramtohul, spécialiste en orthopédie et consultant à l’hôpital du Nord dans le sillage de la polémique sur la double pratique des spécialistes dans les hôpitaux et dans le privé. Le président de la Government Medical Consultant in Charge Association estime que la solution à ce problème est de maintenir la double pratique tout renforçant la réglementation afin que seuls les coupables paient les pots cassés. Il souhaite par ailleurs un dialogue entre le ministère et les syndicats.

Le dirigeant du Ptr Arvin Boolell a, dans une interview accordée au Mauricien cette semaine, souligné l'importance de la constitution d'une plateforme républicaine de l'opposition afin de contrer ce qu'il estime être « un régime totalitaire ». Toutefois, cette plateforme ne devrait pas empêcher les partis qui la composent de se rendre seuls aux prochaines élections générales. Un éventuel gouvernement d'unité nationale ou une coalition entre certains partis « pourraient être créés par la suite afin d'assurer l'unité du pays », selon lui. L'ancien ministre des Affaires étrangères souhaite par ailleurs que les Chagos fassent l'objet d'un forum international qui réunirait toutes les parties prenantes, dont les Chagossiens, les représentants de la société civile, les syndicalistes, les académiciens, mais aussi des chefs d'Etat, dont Narendra Modi. Il recommande que ce forum soit organisé avant les débats prévus à l'Assemblée générale des Nations unies sur la résolution de Maurice sollicitant l'aval de l'Onu pour porter le dossier des Chagos devant la Cour internationale de justice.

Daniel Gérard, président de l'Association mauricienne de handball ne sera pas candidat à sa succession en tant que président de l'Association mauricienne de handball (AMH). Il nous avait révélé cette décision vendredi dernier et nous l'a confirmé au cours d'un entretien réalisé lundi au gymnase de Phœnix.

Bernardin Izor est un Rodriguais comme les autres, avec pour seule et unique fierté son travail. Âgé de 55 ans et éleveur de son état depuis son adolescence, il a vécu un véritable traumatisme en juillet dernier avec l’épizootie de fièvre aphteuse, qui a dévasté le cheptel bovin, ovin et porcin de Rodrigues et jeté le désarroi au sein de la communauté des éleveurs. Le cas de cet éleveur de Plaine-Corail se distingue des autres dans la mesure où l’abattage de 37 de ses bœufs et de 52 de ses moutons a tiré la sonnette d’alarme sur la dimension épidémique de la fièvre.

Avec la mise en pratique du Nine-Year Schooling cette année, les enfants qui entrent en Grade 1 passent par le School Readiness Programme. Cette initiative a pour but de faciliter la transition du préscolaire au primaire.

Notre invité de ce dimanche est Ram Seegobin, syndicaliste, porte-parole de Lalit et observateur attentif de la société mauricienne. Dans cette interview, réalisée vendredi matin au bureau de Ledikasyon Pu Travayer, il nous livre son analyse de la situation politique mauricienne. Avec une grosse part consacrée au dossier de la revendication de Diego Garcia par Maurice.