Interview

Cédric Ravet a le sport dans le sang. Véritable source d’inspiration pour les non-valides, l’handisportif s’est confié à coeur ouvert dans les colonnes de Week-End sur son parcours semé d’embûches, qui l’a fait grandir en tant qu’homme. Nous avons en outre eu la chance de le rencontrer le jour de son 28e anniversaire, soit le vendredi 5 de ce mois.

Moins d’une semaine après la défaite de l’Alliance PTr/MMM aux élections générales du 10 décembre dernier, le leader adjoint du MMM, Alan Ganoo, dans une interview accordée au Mauricien, reconnaît que « nous devons présenter nos excuses à notre électorat pour n’avoir pas écouté sa voix ». « Nous n’avons pas mesuré suffisamment l’impopularité de Navin Ramgoolam », dit-il. Selon lui, il incombe à Paul Bérenger et à la direction du MMM de venir avec une proposition afin de redonner confiance à son parti, à ses cadres et ses militants. Alan Ganoo se demande si en attendant le renouvellement des instances du MMM, il ne faudrait pas présenter un plan de reconstruction avec des propositions concrètes sur la direction que doit prendre le parti et pour faire son autocritique. Il considère que la fin de l’alliance PTr/MMM permettra aussi bien au MMM qu’au PTr de se reconstruire.

 
L'invité de ce dimanche est Ivan Collendavelloo, président du Mouvement Liberater, élu en tête de liste à Rose-Hill et numéro 4 du futur gouvernement. Dans l'interview réalisée hier après-midi, Ivan Collendavelloo revient sur les circonstances qui l'ont poussé à démissionner du MMM pour créer le Mouvement Liberater et poser sa candidature contre Paul Bérenger. Il répond aussi à des questions sur la campagne électorale et son désir de prendre le contrôle du MMM.

À la veille des élections générales, Nando Bodha, membre du Campaign Committee de l’Alliance Lepep, constate un ardent désir de changement dans le pays. Il considère que son alliance a le vent en poupe et que la logique mathématique ne s’appliquera pas lors du scrutin de demain.

Dans une interview accordée au Mauricien à la veille des élections générales, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, gonflé à bloc par le meeting national de la Place du Quai, se dit confiant que l’Alliance PTr/MMM s’achemine vers une « très grande victoire ». « Tous ceux qui pouvaient avoir le moindre doute sur notre victoire sans appel savent maintenant que cette victoire sera immense ! Cette foule à la Place du Quai dimanche est exactement la même que celle du meeting de 1995 à quelques jours des élections législatives que le PTr et le MMM ont remporté par 60/0 », confie-t-il. Il exprime sa foi dans l’alliance PTr/MMM, « qui démontre la puissance de notre volonté, à Paul et moi, de construire l’avenir de notre pays ». Il renouvelle son appel « à la population, à tous les patriotes, de ne pas “koupe-transe” au moment du vote ». Concernant la réforme constitutionnelle et la IIe République, Navin Ramgoolam affirme de manière sans équivoque qu’il n’y aura pas de réforme constitutionnelle « tant que je ne serai pas satisfait que le système proposé marchera et qu’il sera effectivement un pas en avant pour notre démocratie ».

Notre invité de ce dimanche est Daniel Berman, directeur général de Médecins Sans Frontières (MSF) pour l’Afrique australe. Après avoir travaillé dans l’industrie pharmaceutique, il s’est joint à MSF en 1999 et a depuis travaillé sur des projets contre la malnutrition et la malaria au Sierre Leone, au Niger et en Inde. Il a jeté les bases légales et organisationnelles de MSF à leur bureau à Johannesbourg de 2006 à 2007, a travaillé pour la campagne mondiale Access to Essential Medecines à Genève, avant d’occuper son poste actuel. Daniel Berman était à Maurice récemment pour lancer la campagne de collecte de fonds “Kass Konté Ebola”. Dans l’interview qu’il nous a accordée, il donne des explications sur l’épidémie, les mesures mises en œuvre pour la circonscrire et fait appel à la solidarité des Mauriciens.

A trois jours du choix du peuple, l'heure est au bilan pour le gouvernement sortant. Entre deux-trois rendez-vous improvisés et au moins une cinquantaine d'appels téléphoniques sur ses mobiles, le ministre de la Jeunesse et des Sports a trouvé le temps de répondre aux questions de Week-End.

A quatre jours du scrutin de mercredi prochain, 10 décembre, Week-End a sollicité Anerood Jugnauth en sa capacité de candidat au poste de Premier ministre pour répondre à nos questions à la veille du dernier grand meeting national de l’Alliance Lepep à Vacoas. C’est en toute décontraction et confi ant en la victoire que l’ex-président de la République et cinq fois Premier ministre, cumulant en tout 16 ans à la tête de l’exécutif, âgé aujourd’hui de 84 ans, s’est prêté de bon coeur à cet exercice.

Dans une interview accordée au Mauricien en marge des élections générales, Paul Bérenger se dit convaincu que l’alliance PTr-MMM s’achemine vers « un raz-de-marée électoral ». Il se veut également rassurant concernant la IIe République qui sera, dit-il, « un instrument d’unité pour la population ». Le leader du MMM rappelle également que le système parlementaire actuel, avec un Premier ministre disposant de tous les pouvoirs, n’a pas été exempt d’instabilité. Il évoque en outre la possibilité de participer à ses dernières élections générales. À moins que…

À quelques jours des élections générales du 10 décembre prochain, Le Mauricien a interviewé le leader du PMSD, qui est présenté comme le Premier ministre adjoint (DPM) d’un éventuel gouvernement de l’Alliance Lepep dirigé par sir Anerood Jugnauth. Xavier-Luc Duval soutient qu’il est un inconditionnel de la méritocratie et de la justice sociale. Ce sera, selon lui, le cheval de bataille du PMSD dans le cadre d’un éventuel gouvernement de l’Alliance Lepep. Il considère qu’en tant que DPM il aurait le poids constitutionnel nécessaire pour faire entendre sa voix.

La première participation d’Anwar Abbasakoor, candidat au N° 2 pour l'Alliance Lepep, est motivée surtout par « une situation presque pourrie qu’il importe de redresser ». Du MMM dans lequel il se trouvait autrefois, le candidat converti au ML retient que « le sens du devoir vis-à-vis de l’électorat est le but sincère de servir le pays et non pas ses propres intérêts ». De l’autre côté, Ameer Meea en est à sa deuxième participation au N° 3. Témoin au quotidien des affres de la drogue dans son quartier, il veut en faire un combat prioritaire. Il déclare : « Il ne faut pas être un grand mathématicien pour savoir quels seront les résultats au N° 3. »

Ameenah Gurib-Fakim est la candidate de l’Alliance Lepep au poste de première présidente de la République. Cette candidature ne semble pas avoir plu au leader de l’alliance PTr-MMM, Navin Ramgoolam. Mercredi dernier à Phœnix, il a mis en doute les «compétences» du Professeur Gurib-Fakim, à qui nous sommes allés demander une réaction.

Ils sont tous deux candidats dans une circonscription du Sud. Sanjeev Ghurburrun défend les couleurs de l’alliance PTr/MMM à Vieux-Grand-Port/Rose-Belle (N° 11) tandis que Mahen Jhugroo représente l’Alliance Lepep à Mahébourg/Plaine Magnien (N° 12).

Atma Bumma et Shravanand Ramkaun labourent tous deux le terrain dans la circonscription N° 5 (Pamplemousses/Triolet) mais dans deux partis différents. De familles modestes et travailleurs, ils comprennent bien la souffrance des gens, la pauvreté et le chômage, qui affectent un bon nombre de Mauriciens. E

Notre invité est Vasant Bunwaree, ex-ministre de l'Éducation, ex-membre du Ptr et leader du nouveau Mouvement Travailliste Militant. Critique de la IIe République prônée par l'alliance PTr-MMM, Vasant Bunwaree a été privé de ticket électoral par Navin Ramgoolam. Il a démissionné cette semaine du gouvernement et du PTr pour reprendre sa liberté de parole. C'est dans ce cadre qu'il nous a accordé la présente interview, vendredi dernier. Elle a été réalisée à son cabinet médical à Cuerepipe, où il vient de reprendre ses activités de cardiologue.

A 55 ans et après avoir tourné le dos au Champ de Mars à la fin de la saison 2013 pour des raisons que nous savons tous, Christian Lafraisière, connu pour être un gros propriétaire de chevaux, effectue son retour dans l’arène. Non pas comme membre d’une écurie, mais pour tenter sa chance comme administrateur du MTC.

Fin octobre, l’UNESCO a approuvé le projet de La Route de l’engagisme présenté par le gouvernement mauricien. L’ex-ambassadeur d’Inde à l’Unesco Bhaswati Mukherjee faisait partie de la délégation et a longuement plaidé en faveur de la reconnaissance de cette partie de l’histoire mauricienne, et de l’humanité dans son ensemble, pour que le projet soit accepté par l’UNESCO. Pour elle, il s’agit d’une reconnaissance internationale de ce système que l’Anglais a appelé « The Great experiment » et qui a été répliqué à travers le monde.

Amina Barkatoolah a débuté sa carrière comme enseignante d’anglais dans les années 70’. Ayant parcouru le monde à la demande du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle en France, pour étudier l’efficacité de la mise en pratique de la validation des acquis en période de chômage, elle est aujourd’hui experte consultante en matière d’employabilité auprès d’organismes français et internationaux. Détentrice d’un doctorat en sciences de l’éducation, elle a travaillé pour l’Unesco et a enseigné à la très réputée École supérieure de Paris (Europe). Dans l'entretien qui suit, elle nous dit quelles sont les compétences nécessaires pour être employable toute sa vie, surtout à un moment où « les mobilités sont inéluctables ».

Alors que l’économie constitue un des points forts de la campagne électorale en vue des élections générales du 10 décembre prochain, Le Mauricien a interrogé Gilbert Gnany, le Chief Strategy Officer et directeur du MCB Group Ltd dont les analyses sont toujours suivies avec intérêt par les opérateurs économiques. Il passe en revue la situation économique locale et internationale, insiste sur l’importance de l’éducation et de la formation pour éliminer l’inadéquation entre les compétences des jeunes et les exigences du marché, sur la nécessité de booster la participation des femmes dans le développement économique. Il souligne avant tout la nécessité urgente de relancer les réformes pour stimuler la croissance, ajoutant qu’atteindre le statut pays à revenu élevé n’est pas une fin en soi.

Reza Uteem, avocat en Business Law, député sortant du MMM pour la circonscription N° 2 (Port-Louis Sud/Port-Louis Central) et candidat pressenti pour être au front bench d’un éventuel gouvernement PTr/MMM, briguera les suffrages pour la deuxième fois.

Nos invités de ce dimanche sont Me Irfan Rahman, le Commissaire électoral, et Me Yousouf Aboobakar, le président de l'Electoral Supervising Commission. Nous avons rencontré, jeudi dernier, les deux responsable de l'organisation et de la supervision des élections à Maurice. Voici la transcription de cette interview.

Le monde observait hier la Journée mondiale du Diabète, l’accent étant mis cette année sur le petit-déjeuner, le repas décrit comme étant « le plus important de la journée ». Dans ce sillage, le Dr Veenoo Basant Rai, présidente de la Mauritius Diabetes Association (MDA) et représentante à Maurice de la Fédération internationale du Diabète, fait le point sur ce mal silencieux. Elle note que, très souvent, le problème des patients mauriciens est « la non-adhérence aux traitements » du fait que le diabète est souvent asymptomatique. Le patient se dit alors : « Je me sens bien, pourquoi devrais-je prendre des médicaments ? ». Pourtant, souligne-t-elle, les complications liées à cette maladie « sont très graves », car pouvant affecter n’importe quelle partie du corps.

Après Ashok Subron, le représentant des travailleurs de l’industrie sucrière, dimanche dernier, nous donnons la parole aujourd’hui à Gilbert Espitalier-Noël, le président de la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA). Dans cette interview réalisée vendredi après-midi, le représentant des usiniers donne son point de vue sur la grève annoncée pour la semaine prochaine et répond à quelques questions sur l’actualité locale.

Notre invité de ce dimanche est Ashok Subron que nous recevons à deux titres: négociateur des syndicats de l'industrie sucrière et un des responsables du parti politique Resistans ek Alternativ. Dans l'interview qu'il nous accorde, il détaille, tout d'abord, les raisons qui poussent les travailleurs de l'industrie sucrière à faire grève le 12 novembre. Il explique ensuite les raisons selon lesquelles les électeurs mauriciens devraient voter pour les candidats de Resistans ek Alternativ.