Interview

Alors que des collèges d’État nationaux s’apprêtent, théoriquement, à changer de profil en marge du Nine-Year Schooling, les enseignants des collèges catholiques sont contre l’idée de convertir certains de leurs établissements en académies. Leur syndicat, la Secondary and Preparatory School Teachers and other Staff Union (SPSTSU), est catégorique à ce sujet. Lysie Ribot, la présidente du syndicat, demande même aux autorités de l’éducation catholique de ne pas mettre les enseignants au pied du mur en leur imposant un choix qui n’est pas le leur. La conversion des collèges catholiques en académies, selon le syndicat, irait à l’encontre de l’identité et de la mission de ces établissements confessionnels.

Le dernier rapport du Comité des Nations Unies sur les Droits de la Personne Handicapée a été très critique sur la situation à Maurice. L’absence de lois appropriées, d’infrastructures et d’encadrement, notamment, est pointée du doigt. Le comité parle même de « ségrégation » dans le système éducatif. Nalini Ramasamy, secrétaire de Disabled People International (DPI) Mauritius, réagit à ce rapport et évoque la dure réalité des personnes handicapées à Maurice.

À la tête de New Mauritius Hotels (Beachcomber) depuis l’an dernier, Gilbert Espitalier-Noël constate que l’industrie touristique se trouve dans un cercle vertueux, permettant à Maurice et aux acteurs de l’industrie du Tourisme de voir l’avenir avec « plus de sérénité ».

Dans une interview accordée au Mauricien dans le cadre du premier festival de planeur à modèle réduit organisé par la Société Aéronautique de Maurice (AeSM) et le Rajiv Gandhi Science Centre (RGSC), le Capitaine Richard Twomey, aussi connu comme Capitaine Dick, d’origine irlandaise, 85 ans, avec 60 ans d’expérience comme pilote militaire et pilote de ligne, affirme qu’il est plus « en sécurité dans un avion que dans une voiture, à vélo ou même en faisant ses courses dans un supermarché ».

Dans un entretien accordé au Mauricien en marge de la journée de l'Europe, célébrée le 9 mai dernier, Marjana Sall, ambassadeur et chef de la délégation de l'Union européenne (UE) auprès de Maurice, annonce la signature prochaine d'un accord portant sur l'octroi d'un portefeuille d'aide de 9,9 millions d'euros dans le cadre du programme indicatif du développement.

Cela fait exactement 25 ans aujourd’hui que Mgr Maurice Piat a été ordonné évêque. Ce jubilé célébré dimanche dernier par le diocèse de Port-Louis coïncide aussi avec la fin de son mandat car il présentera sa démission au Pape en juillet prochain, date à laquelle il aura 75 ans. Sur un ton serein et sans détours, Mgr Maurice Piat aborde dans l’interview qui suit les principales questions ayant jalonné son épiscopat. Aucune amertume envers le syndicaliste Tengur pour le procès intenté aux collèges catholiques et que le diocèse a perdu, ni envers ceux qui l’ont interpellé, d’une manière brusque parfois, sur des sujets d’actualité. Nous sentons qu’il est préoccupé par l’étendue du problème de la drogue. Et s'agissant de ses collaborateurs, l'évêque de Port-Louis fait part de son appréciation quant à l'approche féminine dans le travail pastoral.

Monseigneur Maurice Piat célèbre aujourd’hui ses 25 ans à la tête de l’église catholique de Maurice. Nous avons profité de l’occasion pour aller l’interroger sur les points forts de son épiscopat.

 Le partenariat entre l’Inde et Maurice va bien au-delà du traité de non double imposition (DTAC) entre nos deux pays. C’est ce qu’a déclaré le Haut-commissaire de l’Inde à Maurice, Anup Kumar Mudgal, qui commentait pour la première fois pour Le Mauricien l’accord signé par le secrétaire financier, Dev Manraj, et lui mercredi sur la révision du traité. Les amendements apportés au traité, dit-il, réduisent l’incertitude et améliorent la prévisibilité des services financiers indien et mauricien. Le traité de non-double imposition, estime-t-il, sera un instrument précieux qui servira nos deux pays pour des années encore, aussi longtemps qu’il répond aux exigences qu’impose le changement rapide au niveau international. Le Haut-commissaire précise que le grant de Rs 12,7 milliards n’est pas une compensation. « India has been a steadfast partner in the socio-economic development of Mauritius from the very beginning – be it capacity and institution building or iconic landmarks such as the Cyber City and SVICC », soutient-il.

Spécialiste en sustainable development, longtemps employé par la Banque mondiale, le Dr Vasant Jogoo a été jusqu’à ces dernières semaines un nominé politique du MSM. Dans l’interview qui suit, il nous explique pourquoi il a été révoqué deux fois, justifie son opposition au projet « Smart cities » et affirme que le gouvernement est prisonnier de certains hauts fonctionnaires.

Avec le boycott des classes dans le secondaire privé mardi dernier, Yahya Paraouty, le président de la Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE) pense avoir fait un premier pas pour faire reculer le Nine-Year Schooling. Si l'UPSEE a défendu son action en évoquant des raisons liées à l'emploi, le flou qui subsiste dans le projet de réforme, en revanche, on a peu entendu son président s'exprimer sur la question de mixité dans les futures académies. L'UPSEE est farouchement opposée à celle-ci au secondaire. Yahya Parouty en parle ici et affirme que "la mixité va pervertir l'élite". Il prévoit même un soulèvement social en cas de mixité dans les futures académies.

Pour la deuxième année consécutive Ryan Dobbs est aux commandes de l'AfrAsia Bank Mauritius Open. Une compétition haut en couleurs qui réunit quelque 120 golfeurs professionnels issus de trois Tours, nommément l"Europeen, l'Asian et Sunshine. Dans un entretien qu'il a accordé à Week-End en fin de la semaine écoulée, l'ancien Golf Director d'Heritage Golf Course dit souhaiter une victoire mauricienne.

Directeur de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), diplômé en droit, en sciences politiques et en sociologie, le Dr Dominique Wolton est également le fondateur et directeur de la revue internationale Hermes. Invité par l'Institut Français à donner une série de conférences à Maurice, il a accepté de répondre à nos questions sur la communication, la mondialisation et la cohabitation culturelles, entre autres sujets. Voici un résumé de cette interview réalisée jeudi dernier à l'IFM.

Le congrès biennal du Conseil international pour l'arbitrage commercial (ICCA) s'ouvrira demain à Maurice et sera marqué pour la première fois par la présence du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. « C'est une unique occasion de mieux faire connaître notre plateforme pour l’arbitrage international », a expliqué Salim Moollan, vice-président de la Commission des Nations unies pour le droit commercial international (CNUDCI). Le légiste, qui a participé activement à l'organisation de ce congrès à Maurice, nous fait part de ses impressions.

A 36 ans, Ivor Tan Yan, jeune détenteur d’une maîtrise en droit des universités Lyon 2 (France) et de Newcastle, a choisi d’abandonner un poste lucratif de In-House Counsel dans une firme privée afin de mettre ses compétences aux services des travailleurs. Délégué de la Fédération des syndicats progressistes (FPU), il a participé, il y a deux semaines, à sa première discussion prébudgétaire présidée par le Premier ministre. Il n’a pas été impressionné. Ivor Tan Yan dit espérer que la jeune génération, qui pèsera plus de 50% aux prochaines élections, n’acceptera pas la loi sur le salaire minimum telle que le gouvernement veut la présenter.

L’Ambassadeur Mussie Hailu, directeur régional de l’United Religions Initiative (URI) pour l’Afrique, est à Maurice pour la remise de l’Africa Peace Award de cette instance à la présidente de la République de Maurice, Ameenah Gurib-Fakim (ndlr : qui a eu lieu hier, 28 avril, à la State House, à Réduit). Dans cette interview, il affirme que « le dialogue intrareligieux et le dialogue interreligieux constructifs sont importants pour la paix et la cohésion sociale entre les communautés et entre les pays ». Pour lui, il ne suffit pas de développer les activités économiques pour pouvoir atteindre les objectifs que l’Union africaine s’est fixés dans le cadre de son agenda 2063 mais de promouvoir une culture d’intégrité, et le respect des valeurs en parallèle.

Notre invité de ce dimanche est l’architecte Gaëtan Siew, par ailleurs président du Construction Industry Developpement Board (CIDB), de la State Land Development Company (SLDC) et pilote du projet « Smart cities ». Dans l’interview qu’il nous a accordée, jeudi dernier à son bureau, il revient sur les questions et controverses  concernant les smart cities.

Fraîchement élu à la tête de l’Association of Inbound Operators Mauritius (AIOM), Fabien Lefébure dépeint un tableau plutôt florissant de la situation des tours opérateurs à Maurice. Une situation qui sera toutefois entachée, dit-il, si le gouvernement persiste avec les récentes mesures avalisées par le Conseil des ministres concernant le transport des touristes et qui mettent, selon lui, les activités du secteur des réceptifs en danger avec des conséquences qui peuvent mener à des pertes d’emploi. Or, dit-il, c’est un surplus de licences de taxis, distribuées à outrance par les gouvernements successifs à leurs partisans pour des raisons électoralistes, qui crée la disparité dans le secteur.

Earth Scientist et président de Dodo Alive, fondation des Pays-Bas, le Dr Kenneth F. Rijsdijk bénéficie depuis 2006, avec un groupe de scientifiques étrangers et mauriciens au sein du Dutch Research Programme, du soutien du gouvernement mauricien, du ministère des Arts et de la Culture, du National Heritage Fund (NHF) et du Mauritius Museum Council, pour collecter des données et mener des recherches sur Mare-aux-Songes et le système de dunes voisin du Chaland/La Cambuse.

Actuellement à Maurice pour animer des séminaires sur le dialogue social, le tripartisme et l’unité syndicale et par ailleurs délégué par le Bureau International du Travail pour mettre sur pied un Conseil des Syndicats, Insa Ben Said Dia, spécialiste principal en Éducation ouvrière du BIT et posté à Pretoria, déclare dans cet entretien que le respect du tripartisme, « c’est un peu là où il y a eu panne » à Maurice. Une fois arrivé dans le pays, dit-il, « je me suis rendu compte qu’au niveau du dialogue social et au niveau des organisations des travailleurs, il y avait un problème ». Pour lui, si la grève est un moyen de mettre la pression, « elle doit être l’arme finale, la dernière qu’on utilise quand il n’y a pas d’issue ». Il ajoute que « l’État ne doit pas imposer. Le but des consultations c’est d’épuiser toutes les possibilités pour arriver à une paix sociale dans le pays ».

Notre invité de ce dimanche est Alain Wong, ministre de la Fonction publique et — depuis la démission forcée de Raj Dayal — le suppléant au ministère de l’Environnement. En tant que ministre de la Fonction publique, il a été au four et au moulin cette semaine avec la publication du rapport du PRB et surtout les réactions qui ont suivi. Dans l’interview qu’il nous a accordée vendredi après-midi à son bureau, il revient sur ce rapport, sur son action à l’Environnement, sur des questions d’actualité et le congrès que le PMSD tient aujourd’hui à Rose-Hill.

Gérard Sanspeur, nommé président du Board of Investment l’an dernier, occupe depuis la semaine dernière les fonctions de Senior Advisor au ministère des Finances. Il a déjà dans le passé occupé les fonctions de directeur du BOI et du Port Franc. Il a aussi occupé les fonctions de secrétaire général de la MCCI. Il est très familier à la coopération régionale et a été consultant international pour plusieurs projets en Afrique et dans la région. Dans un entretien accordé au Mauricien, il évoque la volonté du Premier ministre et ministre des Finances de présenter un budget 2016-2017 qui se démarque totalement du précédent. Il préconise la réintroduction de la notion de project approach pour tous les projets d’investissement à Maurice.

Le concept nappy déclare la guerre aux produits chimiques et adopte le look naturel pour les cheveux. Cette mode véhiculée notamment par les stars afro-américaines a été bien adoptée à Maurice. Le Collectif Fudge’ Hair organise ce samedi son premier événement en vue de mieux faire connaître ce concept et réunir les personnes intéressées. Anouchka Massoudy, l’une des fondatrices du collectif, nous en parle.

Notre invité de ce dimanche est Dan Maraye, expert comptable et observateur attentif de l’évolution socio-économique et politique du pays. Dans l’interview qu’il nous a accordée vendredi matin, il passe en revue tous les sujets qui ont occupé la une de l’actualité politique ces derniers jours.

Répondant aux questions du Mauricien lors d'une rencontre avec la presse hier à l'hôtel Hilton, où il séjourne, l'illusionniste Gus souligne que la magie ou l'illusion est « plus qu'une simple activité de divertissement » et qu'elle « peut être utilisée ailleurs, comme dans le business ». Selon lui, « il y a un vrai travail de fond à faire en utilisant le principe des illusionnistes pour l'appliquer au business ».