Interview

José Frèches, sinologue et écrivain, est un spécialiste mondialement connu de la Chine. Il est l’auteur d’une série d’ouvrages historiques dont Moi, Bouddha, Les dix mille désirs de l’empereur, L’Impératrice de la soie (trois volumes), L’empire des larmes (deux volumes). À Maurice le mois dernier dans le cadre de Confluences, il a animé une conférence très appréciée sur le thème « La Chine, le géant qui s’est réveillé ». « Aujourd’hui, le battement de l’aile d’un papillon en Chine peut avoir des répercussions économiques sur le monde », estime-t-il dans un entretien accordé au Mauricien.

Notre invité de ce dimanche est l'ancien président de la République, Cassam Uteem. Dans l'interview qu'il nous a accordée vendredi matin, il aborde des questions d'actualité avant de revenir sur la proposition de réforme électorale proposée par le Premier ministre. Pour Cassam Uteem, cette proposition est plus un coup médiatique et politique que l'expression d'une réelle volonté de réformer le système électoral. Notre invité justifie son opinion par des exemples et prêche pour une vraie réforme qui s'attaquerait aux principaux maux qui rongent la société mauricienne.

À l’occasion de la célébration du 175e anniversaire de sa création, la Mauritius Commercial Bank a publié un magnifique ouvrage de 600 pages intitulé « Un pays, un peuple une banque ». Cette publication, qui retrace l’histoire de l’institution bancaire, porte la signature de Malenn Oodiah pour la direction de projet et d’Adi Teelock pour la réalisation. Il est organisé en trois parties. La première est consacrée à l’histoire économique, qui adopte une approche multidimensionnelle en ce sens qu’elle s’intéresse aussi bien à l’activité économique propre qu’aux phénomènes migratoires etc. La deuxième donne la parole à quelque 50 partenaires du groupe MCB qui exercent dans plusieurs secteurs d’activité et finalement la troisième partie est consacrée à l’histoire de la banque. Dans un entretien qu’elle nous a accordé, Adi Teelock nous en parle.

L’écrivain réunionnais Axel Gauvin n’a pas signé de nouveaux livres qu’il aurait présentés en avant-première au salon du livre Confluences 2014. Pas de nouveaux personnages familiers du petit Soubaya de Faims d’enfance, ou encore de Maxime Grondin du dernier roman Train fou. Pas d’espoir de prix Goncourt ou Renaudot comme avec le somptueux texte L’aimé…

Si Marie Thérèse Humbert, âgée de 73 ans, est connue pour ses œuvres littéraires, sa passion pour la politique l’est moins. Et pourtant, elle a été candidate socialiste aux élections cantonales dans l’Indre et était en campagne ces dernières semaines pour les municipales dans l’endroit où elle habite, à Saint-Julien de Vouvantes, un petit village à quinze kilomètres de Châteaubriand en Bretagne. Lors de son passage à Maurice le mois dernier dans le cadre de Confluences, elle nous a parlé de la genèse de son engagement politique depuis sa jeunesse à Maurice. Sa première motivation : la justice sociale. « La misère, c’est la plus grande tragédie que l’on peut vivre », explique-t-elle dans l’entretien qu’elle nous a accordé.

Notre invité de cette semaine est Dan Maraye, observateur de la vie politique mauricienne. Dans l’interview qu’il nous a accordée cette semaine, il se lance dans le débat sur la réforme électorale et nous présente sa proposition qu’il compte soumettre au Premier ministre.

Le nouveau Deputy CEO de Bank One, C.P. Balachandran, qui a pris ses fonctions à Port-Louis il y a quelques semaines, voit en l’Afrique un grand marché émergent. De Maurice, dit-il, on devrait pouvoir voir ce qui se passe ce continent. Outre les riches Africains, affirme-t-il, des Indiens qui vivent dans ces pays veulent travailler avec le centre financier mauricien plutôt qu’avec l’Inde. Bank One, indique Balachandran, compte ouvrir un bureau bientôt en Afrique du Sud.

Après avoir été conseiller culturel et responsable de Culture et Avenir du bureau du Premier ministre, Alain Gordon-Gentil – qui a récemment démissionné de l’ICTA – a décidé de ne pas renouveler son contrat.

Psychologue clinicienne depuis près de quarante ans, Mme Arielle Adda s’est spécialisée dans l’étude du comportement des enfants surdoués. Elle a publié deux livres qui sont aujourd’hui des références en la matière: “Le livre de l’enfant doué” et “L’enfant doué - l’intelligence réconciliée”coécrit avec Hélène Catroux. Arielle Adda vient d’effecteur une brève visite à Maurice à l’invitation de la Fondation Enfants Doués. Voici l’essentiel de l’interview qu’elle nous a accordée avant son départ.

Il sera chez nous dans quelques jours. Et en attendant, Arijit Singh a accepté de répondre à nos questions, histoire de mieux se faire connaître, en attendant de rencontrer ses fans mauriciens.

Denis Dhiersat, médecin généraliste et son épouse Claire, tous deux conseillers conjugaux et familiaux depuis plus de 25 ans et formateurs du Centre de liaison des équipes de recherche sur l’amour et la famille (CLER), ont animé un stage sur la dynamique de la vie conjugale les 15 et 16 mars derniers. Et ce, à l’initiative de l’Institut Cardinal Jean Margéot. Interrogé sur la santé des couples dans la société moderne, les deux Français, basés à La Réunion, constatent la difficulté des couples d’aujourd’hui à s’engager.

« On se dit des choses beaucoup plus importantes autour d’un livre qu’autour d’une pizza ou d’une série télévisée », soutient Alain Serres, auteur et éditeur des Éditions Rue du Monde, en France, qui était à Maurice dans le cadre du salon Confluences. Sa conférence sur le thème « Quelles interrogations sur le monde la littérature pour jeunesse peut-elle partager avec les enfants » a été très appréciée par un public composé de bibliothécaires, d’enseignants de maternelles, de représentants d’institutions primaires et secondaires ainsi que d’enfants. Dans cette interview, Alain Serres parle de l’importance de la lecture pour un enfant et observe qu’un livre coûte moins cher qu’un jouet avec lequel un enfant jouera trois fois avant de le mettre de côté. « Autour d’un livre, on prend son temps, on discute de la vie, de l’amour, de la mort, de la fragilité, de l’émotion », explique-t-il.

Notre invité de ce dimanche est Jean-Mée Desveaux, ancien conseiller spécial du Premier ministre Paul Bérenger. Dans l’interview qu’il nous accorde cette semaine, Jean-Mée Desveaux explique son parcours professionnel, ses passages au gouvernement et revient sur les révélations qu’il a faites sur le deal Illovo l’année dernière.

Anna Patten, la grande dame du khatak mauricien, est une des signataires de la pétition contre la manière dont le spectacle de la fête nationale, célébrée le 12 mars, a été organisé. Dans l’interview qui suit, elle explique les raisons qui l’ont poussée à signer cette pétition.

Le haut commissaire du Pakistan à Maurice, Ulfat Hussain Shah estime que le potentiel commercial et d’échanges entre nos deux pays n’est pas pleinement exploité. Il en parle dans cette interview au Mauricien et insiste sur la nécessité de développer une « awareness » accrue entre les hommes d’affaires pakistanais et mauriciens sur les possibilités d’échanges.

Edwy Plenel, ancien directeur de la rédaction du “Monde”, est le président de Mediapart. Il était à Maurice dans le cadre de Confluences 2014 (Salon du livre) et a participé à un débat avec pour thème “Une presse indépendante : Utopie de nos démocraties ?” Dans une interview qu’il a accordée au “Mauricien”, il nous parle des défis auxquels la presse et les journalistes ont à faire face aujourd’hui, de l’intérêt public et de la démocratie. La révolution numérique, estime-t-il, ne signifie pas la crise définitive du journalisme.

Notre invité de ce dimanche est le philosophe français Michel Onfray qui vient de passer quelques jours à Maurice. Grâce au concours de l'Institut Français de Maurice (IFM), nous avons pu interviewer le philosophe à la veille de son départ.

Géraldine Aliphon, directrice de l’ONG Autisme Maurice, déplore la démarche de certaines ONG travaillant avec des enfants handicapés et qui veulent, à tout prix, « garder leurs clients » autistes, à qui elles proposent un service inadapté. Elle appelle aussi les parents à plus d’efforts pour le bien-être de leurs enfants autistes, dans le cadre de la Journée mondiale de l’Autisme, célébrée le 4 avril.

À Maurice dans le cadre du salon littéraire Confluence 2014, Nicolas Hulot a fait salle comble samedi au SVICC à l’occasion d’une conférence publique. Il a rencontré vendredi des acteurs politiques et économiques et a eu une session de travail à la Commission de l’océan Indien pour discuter des problèmes rencontrés par les Petits États Insulaires en Développement. Dans cette interview, Nicolas Hulot préconise la création d’une juridiction internationale pour juger les crimes environnementaux. Il nous parle de la conférence internationale sur le climat prévue à Paris en 2015 et évoque les enjeux de notre temps.

Directeur général de l’Université des Mascaraignes (UDM), le professeur Pierre Guillon a fait la une de l’actualité grâce à deux déclarations. La première qu’il démissionnait de l’UDM ; la deuxième qu’il revenait sur la première. Dans l’interview qu’il nous a accordée jeudi dernier, il nous explique les raisons de ce qui semble être, à première vue, un vaudeville en deux actes.

Séverine Auffret est remontée aux sources du monde occidental pour retrouver des femmes qui pensent… et des êtres qui atteignent la sagesse sans dogme. Ses études avaient ignoré les femmes philosophes, mais ses convictions de féministe lui ont permis d’approfondir et partager l’histoire de quelques femmes dont les agissements, si ce n’est les écrits ont traversé les siècles… A l’occasion des conférences qu’elle a données récemment à Maurice sur Olympe de Gouges et Ibn Tufayl, elle nous propose ici un voyage dans le temps chez les Grecs aux temps de Sappho, Hypparchia ou de Mélanippe, puis au XIIe siècle avec le philosophe autodidacte Ibn Tufayl, et sous la révolution française.

Dai Sijie, un cinéaste et romancier chinois qui est surtout connu pour son livre Balzac et la petite tailleuse chinoise, est actuellement à Maurice à l’invitation de Culture et Avenir afin de participer à Confluences 2014, le salon international du livre qui se tient au centre swami Vivekananda du 6 au 9 mars.

Le photographe réunionnais François-Louis Athénas, grand défenseur de l’image argentique, animera des visites guidées d’une exposition de photos dans le cadre du Salon international du Livre Confluences qui s’ouvre le 6 mars prochain au centre de conférence Swami Vivekananda à Pailles. En marge de cette manifestation, il a animé, au début du mois, des ateliers de photographie argentique dans des écoles secondaires du pays, notamment au Lycée des Mascareignes et à la Mahatma Gandhi Secondary School. Pour lui, il n’y a pas l’ombre d’un doute : « L’argentique procure un plaisir que le numérique ne donne pas. »

Notre invité de ce dimanche est Armand Apavou, propriétaire des hôtels qui portent son nom et qui ont été placés en receivership à la demande de trois banques. Dans l'interview qu'il nous a accordée vendredi, Armand Apavou donne sa version des faits, conteste le receivership et le Receiver Manager, s'interroge sur les motivations et affirme qu'on veut brader ses hôtels alors qu'il dit avoir une solution pour rembourser ses dettes et continuer à exploiter ses établissements.